France Dimanche > Actualités > Mimie Mathy : La mort, elle y pense sans cesse !

Actualités

Mimie Mathy : La mort, elle y pense sans cesse !

Publié le 10 février 2012

Sous des dehors enjoués, notre ange gardien, Mimie Mathy, préféré cultive une certaine mélancolie qui la pousse à prévoir ses obsèques !

Quoi de plus normal, lorsqu'on est l'ange gardien le plus célèbre de France, que d'être intéressé par tout ce qui touche à la mort ? C'est une sorte de « déformation professionnelle » ! Mais on pourrait penser que, quand elle a déposé dans sa loge ses ailes de Joséphine pour redevenir la très humaine Mimie Mathy, l'héroïne de la série de TF1 chasse ces pensées pas drôles de son esprit pour les remplacer par d'autres, plus guillerettes.

Eh bien, pas du tout : dans la vie de tous les jours aussi, Mimie est littéralement hantée par la mort ! C'est ce qui ressort du livre de Seymour Brussel, qui, après avoir fait ses débuts avec les Inconnus, est aujourd'hui thérapeute bioénergéticien. Dans Le secret de nos vies intérieures (aux éditions Dervy), il a interrogé un certain nombre de personnalités, dont Mimie Mathy, justement.

L'angoisse que confie la comédienne à son ancien complice du Petit théâtre de Bouvard n'est pas banale : elle a beau y réfléchir, elle ne parvient pas à savoir si elle préfère être enterrée ou incinérée ! Et comme, avec Mimie, l'humour ne perd jamais ses droits, elle résume son dilemme par une savoureuse formule : « Je ne supporte pas d'être enfermée et je ne supporte pas la chaleur ! »

->Voir aussi - Mimie Mathy : Son histoire d'amour tourne mal !

Elle-même reconnaît aussitôt que sa position sur le sujet n'est pas banale : « C'est très bizarre comme réaction, cela semble futile, mais j'y pense souvent. Benoist me dit : "Imagine qu'il t'arrive quelque chose, qu'est-ce que je fais ?" »

Benoist, c'est bien sûr son mari depuis le 27 août 2005. Lui aussi pense beaucoup à la mort, mais sans trop se soucier de ce qu'il adviendra de son corps, puisqu'il croit fermement à la métempsycose. C'est-à-dire qu'il est persuadé d'avoir eu plusieurs vies avant celle d'en ce moment, et qu'il en aura encore d'autres après.

Cette foi en la réincarnation, il essaie de la faire partager à Mimie, mais celle-ci s'avoue un peu sceptique : « J'ai un mari qui a un avis tranché sur la question, il est persuadé que nous nous réincarnons, que nous revenons. Je lui réponds : "Présente-moi Louis XIV, parce que, pour l'instant, je ne l'ai pas croisé dans mon entourage." »

Une pirouette bien dans la manière de Mimie, mais qui ne change rien au fait qu'elle continue de penser à ce moment inéluctable qui est notre destin à tous : « [...] Je pense beaucoup à la mort, parce que mes parents sont âgés, parce que je sais qu'un jour ou l'autre, ils ne seront plus là. »

Cela étant, il existe des façons plus positives que d'autres d'aborder cette grave question. Mimie Mathy ne l'ignore pas, bien sûr, et elle envisage de se lancer à fond dans cette voie-là.

Dilemme

« [...] Si je peux aider quelqu'un à vivre avec mes organes, je le ferai. [...] Nous pensons tous la même chose dans la famille. »

Très généreux, le don d'organes, bravo Mimie ! Le problème, c'est que cela ne résout en rien votre dilemme initial. Car, une fois que les médecins auront prélevé les organes en question, vous vous retrouverez face à la même alternative : enterrée ou incinérée ? Et il faudra bien choisir ! Il vaudrait même mieux choisir un peu avant...

De fait, face à son vieil ami Seymour Brussel, Mimie Mathy continue de peser le pour et le contre : « Je ne sais pas si je veux me faire disperser, parce que, en même temps, c'est plus pratique d'avoir un endroit fixe. »

Effectivement, c'est Benoist qui a raison : croire en la réincarnation est encore ce qu'il y a de mieux. Cela évite de trop se soucier de son enveloppe charnelle, puisque, de toute façon, on sait qu'on en récupérera une nouvelle. Sauf que, à partir de là, on peut se torturer la cervelle, à se demander sous quelle forme on va revivre ! Bref, on ne s'en sort pas.

Notre conseil à Mimie Mathy : essayez d'oublier un peu tout ça et... fiez- vous à votre ange gardien !

Didier Balbec

À découvrir