France Dimanche > Actualités > Mireille Darc : Hantée par son douloureux passé !

Actualités

Mireille Darc : Hantée par son douloureux passé !

Publié le 29 octobre 2004

"Les ressuscités", un livre paru aux éditions Flammarion, révèle un poignant secret de Mireille Darc..."Les ressuscités", un livre paru aux éditions Flammarion, révèle un poignant secret de Mireille Darc...

Difficile d'imaginer, en la voyant, si sage et si sereine, les terribles épreuves qui ont jalonné la vie de Mireille Darc ! Des épreuves que l'actrice a surmontées avec un courage exemplaire, mais qui l'ont hélas à jamais marquée...

En effet, ainsi que le révèle le livre Les ressuscités, de Christine Kerdellant et Éric Meyer, paru chez Flammarion, cette superbe femme de 66 ans cache un poignant secret...

Dans cet ouvrage, réunissant le témoignage de plusieurs personnes qui, ayant frôlé la mort, portent un nouveau regard sur la vie qu'ils ont failli perdre, l'actrice, avec une franchise bouleversante, lève le voile sur le passé qui ne cesse de la hanter.

Dès sa plus tendre enfance, Mireille Aigroz doit vivre avec un souffle au cœur. Née à Toulon et élevée «à la dure» par un père jardinier et une mère épicière, elle cache soigneusement ses malaises. Mireille est une fillette rêveuse et, dans cette famille modeste, elle apprend la rigueur et le travail.

Surmontant sa fragilité, elle fait la carrière que l'on sait. Mais en 1980, c'est l'embolie cérébrale. Cette fois, Mireille n'a plus le choix, elle doit se résigner à une opération à cœur ouvert. L'actrice fétiche de Georges Lautner a alors 42 ans et se laisse convaincre par le professeur Cabrol.

«Avant l'intervention, il m'a tout expliqué. Il dédramatisait tout en répétant : "Vous savez, je ne suis qu'un plombier", raconte humblement la célèbre blonde. Mireille transforme cette épreuve en challenge, en exploit physique. Est-elle inquiète ?

«Oui, mais j'oubliais ma peur, raconte-t-elle. Et puis, il y a un côté miraculeux dans cette intervention : vous entrez vous ne pouvez plus respirer, vous sortez, vous êtes guérie." Hélas, le destin s'acharne.

Trois ans plus tard, Mireille affronte un deuxième coup dur. Le 7 juillet 1983, sous le tunnel d'Aoste, un camion percute la voiture qui l'emmène au nord de l'Italie. Le choc est terrible !

La colonne vertébrale fracturée, Mireille passe quatre mois immobilisée dans un corset de plâtre. Une école de patience, de recul et de méditation.

Transformation

La muse d'Audiard reste optimiste. Mais cette épreuve la transforme : son sentiment d'immortalité et son insouciance sont à jamais perdus, comme elle l'avoue dans ce captivant témoignage : «J'ai fait des cauchemars pendant des mois. Il m'arrive encore de trembler en traversant la rue, ou de sangloter en passant sous un tunnel. Quand je croise quelqu'un de contagieux, j'hésite à l'embrasser, alors qu'autrefois je l'aurais serré dans mes bras, incapable d'imaginer que je pouvais attraper sa maladie. Parfois, je me donne des coups de pied pour ne pas avoir peur.»

Plus récemment, Mireille Darc a dû affronter un troisième coup dur. Un cancer qu'elle évite d'évoquer. Toutefois, cette femme d'exception résiste avec ténacité.

Il y a des phrases qui ont disparu de son vocabulaire, tant elles lui paraissent indécentes, comme : «J'ai mal à la tête.» Mireille explique aussi avec toute la pudeur et le courage qui la caractérisent : «Se répandre est extrêmement négatif, pour soi comme pour les autres. Il ne faut pas vivre sur sa douleur, mais essayer de se faire plaisir. Et de faire plaisir, ce qui revient au même!»

Un antidote dont Mireille Darc sait à merveille faire usage pour surmonter les terribles épreuves qui la harcèlent, encore et toujours, jour et nuit, comme un cauchemar éveillé toujours recommencé.

Anita Buttez

À découvrir

Sur le même thème