France Dimanche > Actualités > Monica Bellucci : “Je ne suis pas une Italienne d’opérette !”

Actualités

Monica Bellucci : “Je ne suis pas une Italienne d’opérette !”

Publié le 13 novembre 2015

  La sculpturale actrice Monica Bellucci n’en revient pas d’entrer dans la collection des James Bond girls à… � 51 ans � ! Surtout qu’on le lui avait déjà proposé il y a vingt-cinq ans.La sculpturale actrice Monica Bellucci n’en revient pas d’entrer dans la collection des James Bond girls à… � 51 ans � ! Surtout qu’on le lui avait déjà proposé il y a vingt-cinq ans.

Depuis 1962 et les tout débuts de James Bond, dans Dr No, il y a toujours eu des femmes dans l’univers et dans le lit de 007. Mais c’est la première fois que l’agent secret a une aventure avec une femme de 50 ans, Monica Bellucci. Rencontre avec une James Bond girl très sensuelle…

France Dimanche (F.D.) : Comment avez-vous réagi quand Sam Mendes, le réalisateur, vous a offert le rôle ?

Monica Bellucci (M.B.) : Au début, j’étais un peu surprise qu’il choisisse une James Bond girl de 50 ans ! Puis Sam m’a expliqué qu’il cherchait une femme mûre qui fasse 50 ans, pas une créature de 50 ans qui en paraisse 40 ou 35 ! J’ai vu Spectre il y a deux jours et, franchement, j’ai été impressionnée par la puissance que dégage mon personnage ! Malgré son âge et toutes ses imperfections, Lucia est à la fois très forte, très féminine, très sensuelle… Je trouve ça très bien que James Bond ait une aventure avec une femme plus âgée que lui.

->Voir aussi - Monica Bellucci : Elle a déjà oublié Vincent...

Monica Bellucci avec Daniel Craig
Monica Bellucci avec Daniel Craig

F.D. : Est-il vrai que vous avez déjà refusé un rôle de James Bond girl ?

M.B. : Oui, on m’a approchée il y a de cela vingt-cinq ans, à l’époque où Pierce Brosnan incarnait 007 ! Mais, cette fois, la production a créé ce rôle pour moi ! Ce que j’aime dans ce James Bond, c’est qu’il y a deux personnages féminins totalement différents. Lucia, que j’incarne, est toujours en noir. Elle représente le passé, un monde dans lequel les hommes contrôlent tout, et elle cherche à s’échapper. Elle ne sait pas comment faire jusqu’à ce que James Bond l’aide à s’en sortir. Madeleine, jouée par Léa Seydoux, est toujours en blanc, en couleurs claires. Elle représente la modernité. C’est une fille ultra-indépendante. D’ailleurs, elle sauve même la peau de Bond à un moment!

F.D. : Entretenez-vous de bonnes relations avec le père de vos enfants ?

M.B. : Tout à fait. Vous savez c’est incroyable, quand vous avez eu une relation avec quelqu’un et de belles années ensemble et qu’en plus vous avez des enfants avec lui, les bons moments demeurent gravés pour toujours. Et ce, même si nous ne formons plus un couple. Quoi que je fasse, Vincent restera à jamais le père de mes enfants et je lui vouerai toujours le plus grand respect.

F.D. : Vous avez beau être italienne, pour moi vous êtes incontestablement française…

M.B. : Pourtant, tout en moi est italien. Y compris mon passeport. Je suis une femme femme. Avec des formes, des hanches… J’aime les spaghettis, les plaisirs de la chair. Je ne suis pas une Italienne d’opérette. Je pourrais être plus mince si je le désirais mais je ne serais plus moi-même. Pour l’instant, j’ai fait le choix d’habiter à Paris. Je voyage tout le temps et cette ville est devenue mon camp de base. Mes enfants y vont à l’école et j’y suis très attachée, mais je ne saurais vous dire d’où ça vient.

F.D. : Qu’aimeriez-vous transmettre à vos deux filles, Deva, 11 ans, et Léonie, 5 ans ?

M.B. : Je pense que c’est très important d’avoir une passion dans la vie. Peu importe leur choix, mes filles peuvent devenir chanteuses ou simplement mères au foyer, tant que c’est ce qu’elles veulent vraiment.

->Voir aussi - Monica Bellucci : Ses couvertures de magazine les plus sexy

F.D. : Vieillir vous effraie-t-il ?

M.B. : Non ! Parce que j’ai vécu une vie formidable !

F.D. : Que pensez-vous des stars qui ont recours au bistouri ?

M.B. : Personne ne souhaite devenir vieux ou tomber malade. Nous espérons tous vivre centenaires, en pleine santé, mais nous savons tous que c’est impossible. Aussi devons-nous regarder les choses en face. Je pense que c’est à chacun d’accepter ou non son image dans le miroir. C’est la beauté qui vient de l’intérieur qui fait une vraie différence. Je vis en Europe, et quand je vois de grandes actrices anglaises, comme Judi Dench et Helen Mirren, ou françaises, comme Isabelle Huppert et Catherine Deneuve, cela me réconforte.

Notre correspondant à Los Angeles avec la séduisante Monica Bellucci.
Notre correspondant à Los Angeles avec la séduisante Monica Bellucci.

F.D. : Comment faites-vous pour rester en forme ? Faites-vous de la gym ? Du yoga ? Quel régime suivez-vous ?

M.B. : Je ne fais rien de façon régulière parce que mon style de vie ne s’y prête pas, et ce n’est pas dans mon caractère d’être programmée. Mais il m’arrive de faire du yoga. J’aime bien aussi le Pilates et la natation et, quand je travaille, je fais un petit peu plus attention à ce que je mange, parce que j’ai un bon coup de fourchette. Il m’arrive aussi de boire un verre de vin, mais je ne suis pas très fan de l’alcool, donc j’ai une vie assez naturellement saine. Je prends plus de risques dans ma vie d’actrice ! [Rires] Par exemple quand j’ai tourné des films comme Malena ou Irréversible.

De notre correspondant aux Usa Franck Rousseau

À découvrir