France Dimanche > Actualités > Muriel Robin : Alain Delon lui a dit non !

Actualités

Muriel Robin : Alain Delon lui a dit non !

Publié le 6 janvier 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Folle amoureuse d'Alain Delon depuis sa tendre enfance, Muriel Robin rêvait de l'épouser…

Muriel Robin est une femme passionnée. Quand elle aime, elle n'a pas l'habitude de faire les choses à moitié. Mais si, par malheur, l'objet de son affection vient à lui faire faux bond, cet artiste à fleur de peau peut se consumer jusqu'à devenir l'ombre d'elle-même. Ce drame intime, la comédienne l'a vécu avec Alain Delon. Très pudique sur sa vie privée, elle a toujours tenu à garder secrète la folle passion qu'elle a entretenue pour le monstre sacré du cinéma.


Son coup de foudre pour l'acteur remonte à son enfance lorsqu'elle le voit pour la première fois à la télévision. Subjuguée par sa beauté, la fillette décrète qu'il sera son prince. Elle n'a qu'un rêve, qu'elle pense inaccessible : le rencontrer et lui déclarer sa flamme. Des années plus tard, le destin va lui en donner l'occasion.

Devenue célèbre après avoir quitté Saint-Étienne pour la capitale, elle fait enfin la connaissance de la star. Entre eux, vont se tisser des liens très forts, si forts que Muriel va se mettre à espérer ce qu'elle pensait jusque-là impossible : unir son destin à celui qui fait rêver toutes les femmes… Un jour, elle décide de tout lui avouer et lui demande carrément de l'épouser ! Mais la réponse de l'acteur, cinglante, va la mettre à terre, comme elle l'a raconté dans La Bande originale, sur France Inter. « Je suis amoureuse d'Alain Delon depuis l'âge de 5 ans, il le sait », a-t-elle avoué, avant de poursuivre avec beaucoup d'émotion : « Je l'ai demandé en mariage, il a refusé. » Une tragédie qui s'ajoute à un autre drame qu'elle cache au plus profond d'elle-même depuis très longtemps et qui lui fait, de son propre aveu, un « mal de chien » : le fait d'avoir été boudée par le cinéma pendant trente ans.

Excepté dans Marie-Line, le film de Mehdi Charef, en 2000, le septième art ne lui a jamais offert de grands rôles… Pour celle qui a été formée par l'immense Michel Bouquet et qui est sortie diplômée, en 1980, du Conservatoire d'art dramatique avec la meilleure note, c'est l'incompréhension. Cette mise à l'écart a eu des conséquences terribles sur sa santé. L'humoriste de 65 ans est revenue sur cette déchirure, le 17 décembre, face à Yann Barthès dans Quotidien, sur TMC.

« Pendant trente ans, on ne m'a pas envoyé un seul scénario de comédie. Si j'en ai pas fait, ce n'est pas que j'ai refusé, c'est qu'on ne m'en a pas envoyé. Ça m'a tuée, ça m'a mise à terre, ça m'a fait faire trois dépressions, ça m'a fait grossir parce que j'ai fumé, parce que j'ai bu… Ça m'a fait un mal de chien. C'est le plus gros chagrin de ma vie. Mais maintenant c'est réglé, et je n'ai pas l'amertume ni l'aigreur », a-t-elle ainsi confié. On comprend alors mieux pourquoi l'artiste a longtemps vécu sur le fil du rasoir. Elle ne rêvait que de cinéma tout en espérant pouvoir partager un jour l'existence du plus grand acteur français. Mais les deux se sont finalement refusés à elle.

Aujourd'hui, enfin apaisée après avoir trouvé le bonheur auprès de la comédienne Anne Le Nen, elle a décidé de passer l'éponge. Le cinéma n'a pas voulu d'elle ? Pas grave ! Elle a fait sans lui, traçant sa route avec succès dans des téléfilms où son jeu est reconnu à sa juste valeur. Elle s'est même offert le luxe de passer derrière la caméra en réalisant un téléfilm adapté de ses sketchs cultes, I Love You coiffure, diffusé le 21 décembre sur TF1.

Quant à Alain Delon, elle lui a pardonné, même si l'acteur a tenu il y a quelques années des propos déplacées sur la communauté homosexuelle. Ces deux êtres sensibles étaient faits pour s'entendre. Le savoir seul dans sa propriété de Douchy lui fend le cœur. À ses yeux, il reste aussi touchant qu'un enfant. Elle sait qu'il lui a manqué un papa. Qu'au divorce de ses parents, à l'âge de 4 ans, il fut placé dans une famille d'accueil, ce qui reste pour lui une blessure jamais cicatrisée. « Pour moi, c'est le plus bel homme du monde. Alors ça ne pardonne pas tout, mais je l'aime, a-telle concédé. C'est le petit garçon qui me touche chez Alain. J'aimerais le prendre dans mes bras et être le père qu'il n'a pas eu, la référence qu'il n'a pas eue. »

Une bien belle déclaration…

Valérie EDMOND

À découvrir