France Dimanche > Actualités > Muriel Robin : Née d’un adultère !

Actualités

Muriel Robin : Née d’un adultère !

Publié le 6 décembre 2018

robin-muriel-20181206j

Dans son livre « Fragile », l’humoriste Muriel Robin révèle être le fruit d’une relation extra-conjugale… Une révélation que lui a faite sa mère à la fin de sa vie.

« Je vais te dire une chose… À toi toute seule. J’ai eu quelqu’un d’autre que ton père. », lui a glissé sa mère quelques années après la mort de son mari. Dans son livre « Fragile » sorti le 18 octobre dernier, Muriel Robin révèle être le fruit d’un adultère. 

Lorsque Aimée prononce ses mots, l’humoriste est bien loin de comprendre tout ce que cette révélation implique. Atteinte d’Alzheimer à la fin de sa vie, la mère de l’artiste n’est d’ailleurs pas en mesure d’éclairer les zones d’ombres qui se sont à présent formées dans l’esprit de la compagne d’Anne Le Nen.

C’est Juliette, une confidente d’Aimée, qui finira par lever le voile sur ce secret trop longtemps enfoui : « Ton père n’est pas Antoine Robin. C’est Jacques. Jacques Hamalian… Ta mère m’avait confié ce secret en me demandant de te l’annoncer plus tard ». 


À ce moment-là, elle comprend. Elle comprend que sa mère - Aimée Robin - a fréquenté un autre homme pendant treize longues années. De 1950 à 1963. Elle comprend que cinq ans après le début de cette relation clandestine, sa mère accouchait d’elle. Elle comprend aussi qu’elle n’est peut-être pas la fille de celui qui l’a élevée.

Pour en avoir le cœur net, la comédienne française décide de faire appel à la science. Lorsque les résultats du test ADN lui parviennent, la place n’est plus au doute mais à la certitude : cet inconnu est bien son père biologique. 

Désarçonnée par la puissance de cette confidence, Muriel Robin décide de rencontrer Paulette, la veuve de l’amant de sa mère. « Je veux voir si je lui ressemble parce que je trouve que je ressemble à mon père, le faux, décrypte celle qui a souffert de plusieurs dépressions. Le lendemain, je vais chez l’épouse de ce Jacques, et je vois des photos de lui, et on a ça en commun, la même fossette qui est un gène dominant… et voilà ». 

« Voilà ». À ce moment-là, Muriel Robin ne comprend plus. Elle accepte.

Estelle LAURE

À découvrir