France Dimanche > Actualités > Mylène Demongeot : « Dans deux jours, elle est morte » !

Actualités

Mylène Demongeot : « Dans deux jours, elle est morte » !

Publié le 15 février 2022

.photos:frederic-andrieu-/-bestimage

L’actrice de 86 ans était invitée hier sur le plateau de « C à vous », à l’occasion de la sortie prochaine du film « Maison de retraite » dans lequel elle joue. Mylène Demongeot est revenue sur sa prétendue rivalité avec Brigitte Bardot, s'est confiée sur ses problèmes financiers et a surtout parlé de ses soucis de santé qui ont failli lui coûter la vie…

Mylène Demongeot revient sur les devants de la scène. Dès ce mercredi 16 février, l’actrice de 86 ans sera à l’affiche de Maison de retraite, co-écrit par Kev Adams et réalisé par Thomas Gilou. On retrouvera également derrière nos écrans, Gérard Depardieu, Daniel Prévost, Liliane Rovère, Firmine Richard ou encore Marthe Villalonga. Invitée sur le plateau de C à vous, aux côtés de Kev Adams, pour faire la promo du long-métrage, Mylène en a profité pour se livrer davantage. Problèmes financiers, rivalité dans le monde du cinéma et soucis de santé, l’actrice s’est confiée à coeur ouvert.


Kev Adams a avoué que Mylène Demongeot lui avait causé une sacrée frayeur lors du tournage. Contaminée par le COVID-19, la comédienne n’était pas sûre de s’en sortir indemne… L’humoriste expliquait à Anne-Elisabeth Lemoine que ce long-métrage a été marqué par « une série de miracles ». Après avoir bataillé pour obtenir le financement de ce film, c’est l’actrice qui a inquiété l’équipe. « Je suis partie à l'hôpital, on a dit : 'Dans deux jours, elle est morte'. Donc à la maison, tout le monde pleurait », se souvient Mylène.

De son côté, Kev racontait qu'à un moment il a reçu un coup de fil dans lequel on lui disait que  « Mylène, ça ne va pas, ça ne va vraiment pas » et qu'il faudrait prévoir la suite sans elle. « On se dit que ce n'est pas possible, c'est un film choral, il n'y a pas de suite sans elle ! », soulignait l'ex d'Iris Mittenaere. Il concluait sur le fait que la comédienne est « un miracle merveilleux ». Et cette dernière, qui refuse de se faire vacciner, rebondissait sur le sujet en saluant le professeur Didier Raoult. Elle indiquait notamment que c’est lui qui l’a « sauvée ». Et de poursuivre : « C’est pour ça que mon Raoult, sur lequel tout le monde tape, moi je l’embrasse ! » Mylène Demongeot, annonçait également être guérie de son cancer du péritoine. Une excellente nouvelle quand on sait les hauts et les bas par lesquels elle est passée…

En effet, retour en 2012, où on apprenait que l’ex-femme du réalisateur Marc Simenon avait été escroquée par un banquier véreux. Ce ne sont pas moins de 2 millions d’euros, notamment issus de la vente de sa villa de l’île de Porquerolles, dans le Var, qui lui sont dérobés. Elle expliquait déjà en 2019 : « Mon banquier puisait sans vergogne dans le compte d’un riche américain pour prêter de l’argent à d’autres clients ». Résultat des courses ? « Depuis cette affaire, j’ai appris à me serrer la ceinture, je vis désormais à Paris dans un appartement de 35 m2. Je ne pensais pas qu’à mon âge, je devrais me priver, or je compte désormais mes sous », déclarait-elle à l’époque à nos confrères d’Ici Paris.

Sur le plateau de C à vous, Mylène Demongeot revenait également sur sa rivalité avec Brigitte Bardot. Patrick Cohen lui lançait : « Mylène, la jeune génération vous connait pour être la femme de Claude Brasseur dans Camping, Lorette Pic, mais les plus anciens se souviennent de tous vos rôles, vous avez joué les pin-up dans les premiers OSS, vous avez été la fiancée de Jean Marais dans les Fantomas, la fiancée de Philippe Noiret dans Tendre voyou (…) Vous avez été aussi un sex symbol ». Mylène Demongeot se contentait de lâcher un simple « Il parait » en guise de réponse.

Elle redécouvrait ensuite une interview qu'elle avait donnée en 1974. « Il y a quelques temps, vous avez été en concurrence avec Brigitte Bardot pour être la première femme de France, vous avez perdu le combat », lui déclarait l'intervieweur. « Ça m'a assez enquiquinée d'ailleurs, je ne pouvais pas faire un pas sans qu'on me dise : ‘C'est la nouvelle Bardot’. Il n’y a rien de plus épouvantable pour quelqu'un. J'ai perdu, je n'ai jamais cherché à la concurrencer, ça me faisait profondément suer », répondait Mylène à Patrick Cohen. Et d’ajouter, face aux invités présent sur le plateau de C à vous que Brigitte Bardot « c'était la fille avec qui on avait envie de coucher », alors qu'elle était « la fille qu'on voulait épouser ». « On avait deux trucs totalement différents. Mais ça va très bien. On s'entendait très bien. On s'entend très bien », concluait celle qui joue une certaine Simone Tournier dans Maison de retraite, en salles demain. 

Kahina Boudjidj

À découvrir