France Dimanche > Actualités > Mylène Farmer : Son producteur fait de rares confidences !

Actualités

Mylène Farmer : Son producteur fait de rares confidences !

Publié le 14 décembre 2021

.photos:jacovides-borde-moreau-/-bestimage
© JACOVIDES-BORDE-MOREAU / BESTIMAGE Mylène Farmer - Cérémonie de clôture du 74ème Festival International du Film de Cannes, le 17 juillet 2021

Mylène Farmer reviendra sur les devants de la scène, courant 2023, avec douze dates de concert. Thierry Suc, son producteur, manager et ami de longue date, qui ne donne jamais d’interview a accepté de se laisser aller à quelques confidences au sujet de l'interprète de « Désenchantée ».

Il travaille actuellement avec des noms comme ceux d’Alex Vizorek, Kyan Khojandi, Laurent Gerra, Baptiste Lecaplain ou encore Eric Antoine et Laura Felpin. Thierry Suc « est un des plus grands producteurs qu’a connu la France », selon Pascal Nègre, ex-PDG d’Universal Music. Il ne donne jamais d’interview mais au sommet de sa carrière, celui qui a travaillé avec Jean-Jacques Goldman, Valérie Lemercier ou encore Jean-Paul Gautier, qu’il a sollicité pour les costumes d’un show de Mylène Farmer en 2012, a finalement accepté de faire quelques confidences à nos confrères du Monde. Le producteur s’est exprimé en particulier sur sa relation avec sa protégée et amie de longue date : Mylène Farmer.


C’est au printemps 1988 qu’ils se rencontrent, au Pré Carré, un restaurant à deux pas de l’Arc de triomphe. Thierry Suc arbore une veste en jean avec des motifs de Mickey, il est jeune et fait face à la chanteuse, son agent et Laurent Boutonnat, son compositeur. Mylène Farmer rencontre un succès fou avec les singles Libertine (1986) et Sans contrefaçon (1987) mais elle n’a pas encore franchi l’étape « concert ». Elle cherche donc un producteur et rencontre notamment Jean-Claude Camus et son beau-frère Gilbert Coullier, qui ont respectivement travaillé sur les tournées de Johnny Hallyday et Michel Sardou.

Alors que la plupart propose à l’interprète de Désenchantée de se produire au Casino de Paris, à l’Olympia ou à la Cigale, Thierry Suc a plus d'ambition ! Il confie « J’ai suggéré de voir plus grand, une scène assez vaste pour y déployer son univers visuel, un décor, des danseurs, pour proposer un vrai show ». Bingo ! C’est le jeune Lyonnais qu’elle choisit et c’est ainsi que l’aventure entre ceux qui deviendront amis commence.

En mai 1989, il produit donc la première tournée de Mylène Farmer, avec un cimetière en guise de décor et des costumes dessinés par Thierry Mugler. La presse qualifie ses concerts de « show à l’américaine ». Six mois de tournée passent et le dernier soir, Thierry Suc se rappelle que Mylène Farmer l'embauche comme manager. Albert Koski, l'un des plus grands producteurs de concerts, reconverti en marchand d’art, insiste : « Personne d’autre ne pourrait avoir une telle relation avec Mylène Farmer ». Et Jules Frutos, à la tête d’Alias Productions, de surenchérir que « Thierry est le seul à pouvoir s’ouvrir à l’intégralité d’un artiste : sa création, son entourage, sa vie privée ».

Dans les années 1990, Mylène Farmer décide de délaisser quelques années la scène. Le Monde rappelle qu'à l'époque, la chanteuse « est traumatisée par le coup de folie d’un fan qui, voulant obtenir son adresse, a tué le réceptionniste de Polydor, son label, en 1991 ». Elle ne fera pas de tournée avant 1996. Une dizaine d’années plus tard, voilà qu’elle s’apprête à bientôt remonter sur scène. La billetterie de Nevermore, la tournée de douze dates de Mylène Farmer prévue en 2023, s’est ouverte il y a quelques temps et disons que cela a été un carton. Thierry Suc confiait à nos confrères, « Mylène est passée ici vendredi : elle pleurait. Elle est toujours étonnée d’être autant aimée. C’est hallucinant, il n’y a plus qu’elle en France pour susciter un tel engouement ». Il se souvient d’ailleurs que même Johnny Hallyday considérait peu avant sa mort qu’« il n’y avait que deux stars en France », Mylène Farmer et lui.

Trente-deux ans de collaboration plus tard, Nevermore sera donc la huitième tournée produite par Thierry Suc. Il révèle qu’elle le surnomme « Lao », comme Lao Tseu, pour sa sagesse. « Mylène m’a appelé pendant le confinement, il y a un an, et m’a dit : ‘J’ai envie d’y retourner, qu’en dis-tu ?’ », se remémore le producteur avant d’ajouter qu’ « Il fallait que la demande émane de son désir à elle ». La machine est lancée puisqu'il commence déjà à réfléchir à la scénographie, la chorégraphie, les lumières, les écrans et les costumes. Rendez-vous en 2023. 

Kahina Boudjidj

À découvrir

Sur le même thème