France Dimanche > Actualités > Nana Mouskouri : Les 10 secrets d'une voix en or !

Actualités

Nana Mouskouri : Les 10 secrets d'une voix en or !

Publié le 30 juillet 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

En attendant la sortie “d'un disque de chansons du passé”, découvrez la face cachée de Nana Mouskouri, la star internationale de 85 ans…

TOUT UN CINÉMA

Nana a grandi dans un cinéma, avec un père projectionniste et sa mère ouvreuse dans le même établissement. La chanteuse affi rme volontiers que cet environnement lui a « appris à rêver », celui des fi lms, en particulier Le Magicien d'Oz, sorti en 1939, dans lequel Judy Garland interprète magistralement le titre Over the Rainbow. C'est cet univers qui lui a donné l'envie de chanter et de se produire. « Quand je chantais sur la scène du cinéma où mon père travaillait, devant une salle vide, je me sentais bien, j'étais sur un nuage, c'était irréel », avait-elle confi é au quotidien suisse Le Temps, en 2017.


FEMME À LUNETTES

Si, aujourd'hui, personne ne trouve rien à redire au sujet de ses lunettes, on a longtemps assené à la jeune artiste qu'elle devait s'en passer ! « Au début, aucune télévision dans le monde ne m'acceptait avec », avait-elle expliqué. Même le grand Harry Belafonte, avec qui elle part en tournée entre 1964 et 1966, tente de les lui faire enlever. Mais en vain ! « Je suis myope et astigmate. Et toute ma vie, j'ai voulu être sur scène comme je suis dans la vie. Alors, voilà. » Une autre raison qui l'a poussée à conserver cet accessoire, c'est que, excessivement timide, elle se sentait protégée en les portant.

LES CONSEILS DE LA CALLAS

Nana étudie la musique classique durant huit ans au conservatoire, mais quand elle découvre le jazz et le rock, un nouveau monde s'ouvre à elle. Rejetée par son professeur à cause de ses goûts non conformes, elle trouve une belle consolation dans les paroles de la grande Maria Callas, qui lui dit un soir : « Mieux vaut être une bonne chanteuse populaire qu'une mauvaise chanteuse de classique. » Et encore : « L'important, c'est pourquoi tu chantes et comment tu chantes. Car c'est selon la façon dont tu chantes que les gens t'aiment ou ne t'aiment pas. »

ELLE EST POLYGLOTTE

Nana parle couramment six langues : le grec, le français, l'anglais, l'allemand, l'espagnol et l'italien. Elle a voulu apprendre à s'exprimer dans celles qu'elle utilisait le plus souvent pour chanter dans le monde entier. Mais parmi les quelque mille cinq cents chansons qu'elle a interprétées, il y en a aussi en chinois, japonais, portugais, hébreu, néerlandais et gallois…

ELLE A ÉCHAPPÉ À UN ATTENTAT

À la fin des années 60, lors de son tour de chant avec Harry Belafonte, la violence raciste fait rage en Amérique. « Harry ne devait pas me tenir la main, on ne devait pas être trop près l'un de l'autre, avait-elle expliqué à VSD. Une fois, dans un avion à destination de San Francisco, nous avons dû atterrir parce qu'un attentat à la bombe se préparait. Harry était très proche de Martin Luther King, et il était régulièrement menacé de mort. » Peu de temps après, le 4 avril 1968, le pasteur, défenseur non-violent des droits civiques, était assassiné.

LES SECRETS DE SA LONGÉVITÉ

Si elle n'a jamais voulu confi er ses traits au talent d'un chirurgien, la star se livre à une routine simple pour garder la forme. Elle nettoie son visage et y passe de la crème hydratante chaque jour. Chaque matin aussi, elle fait ses 15 minutes de gymnastique. Elle surveille son alimentation, ne boit quasiment pas et ne fume pas. Simple et efficace.

SON PLUS GRAND REGRET

Ne pas avoir pu donner assez de temps à ses enfants, Nicolas et Hélène, lui serre le cœur. « Maman est comme la colombe, elle vient, elle se pose, puis elle s'envole. Pendant longtemps nous avons été étrangers… », propos de son fi ls que rapportait la star en 2016, lors de l'interview qu'elle accordait à Marc-Olivier Fogiel dans Le Divan. « Je me mettais sur le canapé et pendant qu'ils jouaient, je m'endormais… Et le lendemain je reprenais l'avion pour chanter. Je voulais avoir des enfants, mais peut-être que j'étais un peu inconsciente », avait-elle dit, la voix brisée. C'est une femme surnommée Féfé, que ses enfants commençaient à appeler « maman », qui les a véritablement élevés. « J'étais devenue l'intruse dans ma propre maison », déplorait-elle.

UNE ARTISTE ENGAGÉE

La chanteuse a été députée européenne de 1994 à 1999. Elle est aussi ambassadrice de l'Unicef depuis 1993. Il y a deux ans, à l'initiative de la comédienne Juliette Binoche et de l'astrophysicien Aurélien Barrau, elle fait partie des 200 personnalités qui signent dans Le Monde une tribune contre le réchauffement climatique : « Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité »…

FIDÈLE À LA SUISSE

Si elle réside à Genève depuis cinquante-six ans, ce n'est pas pour sa fi scalité, affi rme-t-elle. Pour elle, ce pays est synonyme de paix, au sens propre. Ayant connu la guerre, l'invasion de la Grèce par les nazis, elle a toujours trouvé rassurant de vivre dans cette nation neutre. À Genève, elle profi te du lac, des montagnes et de l'aéroport qui lui permet de voyager tout au long de l'année…

Laurence PARIS

À découvrir