France Dimanche > Actualités > Nathalie Baye : Dans la spirale de la dépression

Actualités

Nathalie Baye : Dans la spirale de la dépression

Publié le 28 décembre 2007

Souriante , lumineuse, éclatante. Et surtout forte, si forte qu'elle en paraît invincible : telle est ou semble être Nathalie Baye depuis toujours.

Une comédienne brillante et solide, sur laquelle ses fidèles admirateurs savent qu'ils peuvent toujours compter, en toutes circonstances. On comprend donc leur déception, mais aussi leur stupeur, lorsqu'ils ont appris la triste nouvelle concernant Nathalie Baye.

La tournée que l'actrice devait entreprendre à partir du 8 janvier, et qui devait la conduire un peu partout en France et en Belgique jusqu'au 11 avril, cette tournée n'aura pas lieu. En tout cas, pas aux dates qui étaient prévues à l'origine. Durant ces quarante représentations, l'actrice devait reprendre le spectacle qu'elle avait rôdé en 2006, à Lausanne, puis au théâtre du Rond-Point, à Paris : Zouc par Zouc , un magnifique hommage à l'humoriste suisse, recluse dans son pays à la suite d'une terrible maladie nosocomiale qui l'a lourdement handicapée.

Ce spectacle, Nathalie y tenait énormément. Elle vient pourtant d'y renoncer. Oui, aussi incroyable que cela puisse paraître, lorsqu'on connaît Nathalie Baye, elle a dû se résoudre à jeter l'éponge. Et pour une raison particulièrement grave, portant un nom qui fait toujours un peu peur. La dépression.

Sur un site internet qui est consacré à la comédienne, mais qui n'est pas son site officiel, on apprend en effet qu'elle aurait finalement renoncé à ce spectacle parce qu'elle se sentait trop fragile, physiquement et moralement.

Physiquement, cela n'a rien de très étonnant, dans la mesure où Nathalie a fourni, ces derniers mois, une très grosse charge de travail. Mais psychiquement ? Que faut-il comprendre ? Et que signifient ces « problèmes personnels », auxquels il est fait allusion, sur le même site ? La vérité est que Nathalie a été atteinte de plein fouet là où toute femme est la plus fragile, la moins armée pour se défendre : son coeur de mère.

Sang d'encre

La vérité est que Nathalie Baye se fait un sang d'encre pour la personne qui lui est certainement la plus précieuse au monde : Laura, la fille qu'elle a eue avec Johnny Hallyday.

Car Laura Smet ne va pas bien, ce n'est plus un secret depuis déjà de longs mois. Sa rupture d'avec l'écrivain Frédéric Beigbeder, il y a un peu plus d'un an, l'avait, on s'en souvient, littéralement anéantie. Au point qu'elle se laisse pratiquement couler à pic, ne répondant plus au téléphone, renonçant à tenir ses engagements professionnels.

Finalement, en avril 2007, à bout, Laura avalait un cocktail de médicaments et se retrouvait transporté d'urgence à l'hôpital Sainte-Anne...

Rechute

On imagine le choc terrible que cela a dû être pour sa mère ! On imagine aussi quel formidable espoir cela a été, ensuite, pour Nathalie, lorsque Laura a paru remonter la pente, retrouver son lumineux sourire et son envie de vivre.

Au point que la jeune comédienne était même revenue sur les plateaux de cinéma pour tourner le film de Philippe Garrel, La Frontière de l'aube. Oui, à ce moment-là, Nathalie Baye a dû se dire que, pour sa fille chérie, le plus difficile était passé...

Hélas, le 30 novembre dernier, Laura Smet devait de nouveau être admise en urgence à Sainte-Anne, après avoir renoncé, pour cause de surmenage, à tourner Femmes de l'ombre, cédant son rôle à Marie Gillain.

Il n'est pas difficile de comprendre, dans ces conditions, pourquoi Nathalie Baye a préféré elle aussi mettre sa carrière entre parenthèses, au moins pour quelque temps. D'abord, il est toujours extrêmement pénible - et même cruel -, pour une mère, d'être soumise à ces « chauds et froids » brutaux, à ces violentes alternances angoisse-espoir-angoisse, qui finissent par vous amener vous-même au bord de la dépression, tant vous vous rongez pour ceux que vous aimez.

Il est encore plus facile de se rendre compte que, désormais, la priorité des priorités pour Nathalie Baye, c'est sa fille, la santé de sa fille, le bonheur de sa fille... Et qu'elle serait prête, si cela se révélait nécessaire, à y sacrifier tout le reste.

Si jamais, à force d'attentions, de tendresse, d'amour maternelle, la comédienne parvient à rendre le sourire à son petit ange meurtri, alors oui, sûrement, Nathalie Baye pourra se consacrer à nouveau au spectacle qu'elle vient d'annuler. Mais certainement pas avant.

Didier Balbec

À découvrir