France Dimanche > Actualités > Nathalie Baye : Elle révèle le calvaire de sa vie !

Actualités

Nathalie Baye : Elle révèle le calvaire de sa vie !

Publié le 1 mai 2018

Nathalie Baye que l’on a pu voir dans “Nox”, une série de Canal + où elle incarne une policière à la dérive, vient de confier toutes ses blessures d’enfance…

De loin, presque en filigrane, mais véritablement présente auprès de sa fille, l’actrice de 69 ans vit avec beaucoup de tristesse la guerre de succession qui oppose depuis des semaines Laura à la veuve de Johnny…

Mais dans cette période difficile, pleine de relents nauséabonds relayés par les réseaux sociaux, où Nathalie Baye ne peut rien faire d’autre que se placer du côté de son enfant, la comédienne préfère, avec beaucoup d’élégance, se concentrer sur ce qui la passionne plus que tout au monde : son métier !

On peut d’ailleurs la retrouver dans Nox, la nouvelle série policière diffusée actuellement sur Canal +, où l’actrice incarne Catherine Suzini, ancienne flic à la dérive, qui part à la recherche de sa fille disparue sans laisser de trace dans les sous-sols de Paris…


Un comble pour celle qui vient d’avouer dans les pages de Marie Claire qu’elle souffre depuis toujours de claustrophobie !

« Quand un ascenseur est vaste et vitré, ça va, a-t-elle confié. Sinon, j’ai l’impression d’être enfermée dans un cercueil vertical. Le premier jour de tournage, alors que je devais avancer dans un conduit bas de plafond et étroit, j’ai demandé à ce qu’il n’y ait personne derrière moi, afin de pouvoir repartir très vite si je me sentais mal. »

Handicaps

Cette peur des espaces confinés, qui peut être très invalidante et même rendre la vie insupportable, n’est pourtant pas le seul trouble anxieux dont la maman de Laura a souffert dès sa plus tendre enfance, et dont elle souffre encore aujourd’hui.

« J’avais été très malheureuse à l’École alsacienne, où l’on avait découvert que je souffrais de dyslexie et de dyscalculie [trouble sévère dans les apprentissages numériques, ndlr] », a encore expliqué la star.

On a du mal à imaginer cette immense artiste, cette femme en apparence si sûre d’elle, aux prises avec de telles difficultés !

Et l’on peut même se demander comment, avec de tels handicaps, Nathalie a réussi à devenir l’extraordinaire actrice qu’elle est, parvenant, notamment grâce à la lecture, à se libérer de ces deux lourdes entraves…

Si elle avoue avoir encore des problèmes avec les noms propres, dont elle écorche parfois la prononciation, tous ses soucis s’effacent dès qu’elle aborde son texte et qu’elle le joue.

Une chance pour celle qui a d’abord rêvé de chausser des pointes et d’entrer à l’Opéra…

Mais tous ces inconvénients qui auraient pu l’empêcher de jouer la comédie et de réussir brillamment dans le septième art ne lui sont évidemment pas tombés dessus par hasard, causés à n’en pas douter par des épreuves vécues dans son enfance.

C’est en tout cas ce qu’elle laisse entendre dans les pages de notre confrère : « J’avais des parents assez particuliers, des bohèmes sans un rond qui n’arrêtaient pas de s’engueuler, a-t-elle aussi déclaré. Au point que tout cela s’est terminé par un divorce douloureux, engrangeant chez moi beaucoup de souffrance. »

Au moment où Nathalie Baye est devenue mère à son tour, on imagine que les souvenirs de son passé l’ont amenée à réfléchir, peut-être davantage que tout autre parent, aux séquelles que pourrait engendrer une séparation d’avec Johnny Hallyday, le père de Laura.

Lorsque les deux stars ont décidé de rompre, l’actrice a donc tout fait pour que cette rupture ne blesse pas trop sa fille : « Je faisais en sorte qu’elle le voie le plus possible, notamment pendant les périodes de vacances. […] Je me suis moi-même retrouvée coincée entre des parents séparés qui ne s’adressaient plus la parole, générant une situation tellement cauchemardesque pour mon frère et moi-même que cela m’a traumatisée. Je me suis juré de ne pas reproduire ça avec Laura. »

Et d’ajouter : « Dans l’idéal, il faudrait réussir sa désunion au même titre que l’on a réussi son union. Johnny et moi y sommes parvenus. »

Toutes ces précautions, prises avec courage par cette maman aimante qui cherchait à protéger sa progéniture, n’ont hélas pas pu empêcher sa chère enfant de succomber à ses côtés sombres.

On connaît les années de galère durant lesquelles Laura était aux prises avec la drogue, on connaît son combat pour s’en délivrer, et aujourd’hui, il semble que ces moments épouvantables appartiennent bel et bien au passé : « Elle est tendre, Laura, profondément gentille et très solide, a également déclaré Nathalie Baye. Elle possède maintenant une rigueur incroyable. Elle en a fini avec ses démons. C’est même une vraie militante anti-addiction. Depuis cinq ou six ans, elle va aux réunions et elle entraîne ceux qui en ont besoin. Libérée de ses nuits, elle est redevenue le soleil qu’elle était. Laura est une belle personne, et, de plus, très drôle. »

Chute

Les démons qu’évoque celle qui a joué avec brio une mère toxique – un rôle de composition ! – dans Juste la fin du monde, de Xavier Dolan, elle les a vus de trop près briser deux hommes qu’elle a passionnément aimés : Philippe Léotard, disparu à 60 ans, le 25 août 2001, avec qui elle a vécu une liaison de près de dix ans, de 1972 à 1982, et, bien sûr, Johnny Hallyday…

« Avec Philippe, la chute a duré très, très longtemps, a enfin expliqué Nathalie avec une certaine amertume. Il avait déjà deux garçons lorsqu’il a eu une fille avec sa dernière compagne. Laisser des orphelins si jeunes, c’est quand même affreux. Les hommes sont, par moments, inconscients. Ils continuent de faire des enfants tard, même lorsqu’ils ne vont pas bien, et continuent de brûler leur existence. »

Une opinion exprimée sans langue de bois par une femme de tête et de cœur…

Clara MARGAUX

À découvrir