France Dimanche > Actualités > Nathalie Baye et Laura Smet : Unies dans le deuil

Actualités

Nathalie Baye et Laura Smet : Unies dans le deuil

Publié le 20 mars 2009

C'est le 14 mars dernier, dans le petit cimetière de Venteuil, que Nathalie Baye et Laura Smet ont dit un ultime adieu à leur père et grand-père

Dire adieu à son père, lorsque sa mère s'en est allée depuis des années déjà, c'est tirer un trait définitif sur son enfance. C'est se retrouver seul, orphelin. C'est se résoudre à voir disparaître les repères qui vous ont aidé à vous construire. Perdre cette voix rassurante que l'on n'entendra plus, ces yeux dont la flamme ne brillera plus, ces bras, qui vous ont porté, qui ne vous enlaceront plus. Soudain, les souvenirs se bousculent, les cris d'enfants, les pleurs, les rires remontent à la surface. Images que les années ont parfois ternies, qui retrouvent d'un coup leur netteté. Plus jamais, songe-t-on tristement...

Une épreuve que vient de vivre Nathalie Baye, qui a vu défiler sous ses yeux ces moments de bonheur partagés dans ce foyer un peu bohème. Elle qui, écolière, rêvait d'avoir un papa comme ceux de ses copains, avec un vrai métier, un travail à heures fixes, un salaire régulier, devait, après coup, repenser à sa chance d'être née dans cette famille où certes l'argent ne coulait pas à flots, mais où l'amour et la liberté étaient les valeurs maîtresses.

->Voir aussi - Nathalie Baye : Dans la spirale de la dépression

Bien sûr, il y a eu des orages entre ses parents, Claude et Denise. Les crises s'achevèrent même sur un divorce. Bien sûr, un gai chaos régnait. Chez les Baye, on ne savait pas quel était le jour de la rentrée des classes et Claude oubliait l'anniversaire de sa fille. Mais il suffit de voir le chagrin qui affectait Nathalie pour comprendre tout l'amour qu'elle vouait à ce père si original.

Foi

C'est avec dignité que la comédienne et sa fille, Laura Smet, ont dit adieu, samedi dernier, à Claude Baye. L'artiste, âgé de 87 ans, vivait depuis plus d'un an dans une maison de retraite à Venteuil. C'est dans ce petit village champenois, où le grand-père de Nathalie exerçait le métier de médecin et où son père possédait une résidence secondaire, dans cette région où l'actrice avait coutume de venir, qu'il a été salué une dernière fois.

Lors de l'office, le prêtre a rappelé la foi de cet homme et son amour pour cette terre viticole qu'il avait si souvent peinte. À plusieurs reprises, la voix cristalline d'une soliste s'est élevée. Puis, Laura, la seule petite-fille du défunt, a pris la parole pour lire un texte de Charles Péguy. Émue, la jeune femme a livré à l'assemblée les mots touchants du poète sur la séparation et la mort.

Longtemps, Claude Baye a peint. Il y a quelques années, ses œuvres avaient fait l'objet d'une exposition à Paris. Nathalie notait alors la formidable énergie de son père. Aujourd'hui, l'artiste n'est plus, emporté par un cancer qui l'a arraché aux siens.

Vendredi dernier, Nathalie Baye et Laura Smet avaient déjà dû affronter l'épreuve de la crémation, se résoudre à voir disparaître, là, sous leurs yeux, cet homme cher à leur cœur. Ensemble, unies dans un même chagrin, accrochées l'une à l'autre, elles s'étaient alors donné du courage. Il leur en faudra encore pour que la douleur s'apaise, fasse place à une nostalgie plus douce.

Les jours qui vont suivre seront certainement difficiles. Parcourir les œuvres que l'on a vu naître sous les doigts de son père. Trier, archiver définitivement les innombrables papiers.

Bouts de vie

Clôturer administrativement tout ce qui doit l'être, comme si après l'épreuve de la disparition, il fallait encore nécessairement voir mourir, les uns après les autres, tous ces petits bouts de vie. Découvrir des secrets, peut-être, comme Nathalie en avait percé après la disparition de sa mère, il y a quinze ans. C'est ainsi, le passé resurgit rarement sans rouvrir des blessures. Seul le temps qui passe, tel un baume, pourra panser les plaies.

Christian Morales

À découvrir

Sur le même thème