France Dimanche > Actualités > Nathalie et Jean-Pierre Pernaut : Ils pleurent un enfant !

Actualités

Nathalie et Jean-Pierre Pernaut : Ils pleurent un enfant !

Publié le 4 mars 2016

Pendant trois ans, Nathalie et Jean-Pierre Pernaut se sont battus aux côtés de � Tom � pour lui insuffler le courage de lutter contre le mal qui le rongeait. En vain…

Pourquoi la mort d’un enfant est-elle plus terrible qu’aucune autre au monde ? Pourquoi a-t-elle ce pouvoir effrayant de nous anéantir quand par malheur elle survient ? Sans doute parce que, à la souffrance de la disparition proprement dite, vient s’ajouter, comme pour la démultiplier, la révolte contre ce que tout le monde ressent comme la plus cruelle des injustices.

Car voir disparaître l’un après l’autre ses parents est certes douloureux, mais chacun comprend que c’est dans l’ordre des choses, que cela suit la loi naturelle ; alors que voir dépérir et finalement s’éteindre ce petit être qu’on a aidé à naître et que l’on pensait accompagner, pas à pas, jusqu’à son entrée dans la vie adulte…

->Voir aussi - Nathalie et Jean-Pierre Pernaut : Leur nouveau grand bonheur !

Il n’y a pas de mots pour rendre compte de l’écroulement intérieur qui se produit alors, quand il s’agit de porter en terre le petit martyr à jamais immobile, qui ne demandait qu’à vivre et a eu si peu le temps de le faire. Jean-Pierre Pernaut le sait mieux que personne.

Car c’est ce cauchemar que, tout à côté de lui, il a vu Nathalie Marquay affronter, sans relâche, un jour après l’autre, ainsi qu’il vient de le révéler dans l’entrevue qu’il a accordée la semaine dernière à Paris Match.

->Voir aussi - Nathalie et Jean-Pierre Pernaut : Leur émouvante union devant Dieu !

Confidente

Durant trois ans, trois longues années faites d’une succession d’espoirs et de rechutes, sa femme s’est battue pour tenter d’arracher le petit Tom aux griffes noires qui étaient là pour le saisir et l’emporter.

Puis, quand elle a compris que la partie était perdue, elle s’est encore armée de courage pour faire bonne figure devant le petit garçon et tenter, coûte que coûte, d’adoucir ses derniers instants ; faire que, à l’instant du grand basculement, ce soit un sourire et une voix tendre, presque maternelle, qu’il emporte comme souvenirs de sa si courte vie.

C’est avec une grande sobriété, dictée par sa pudeur, que Jean-Pierre Pernaut évoque cette tragédie et le rôle qu’y a joué Nathalie : « Après sa guérison, son médecin lui a dit qu’elle était un ovni. Il y a un ange gardien posé sur son épaule et cela lui donne envie de prendre soin des autres... (...)

* Association Ti’toine, BP 90134, 76501 Elbeuf Cedex. Site : www.titoine-normandie.org

Vous voulez en savoir plus ? Achetez la version numérique du magazine ! 0,99€ seulement

Didier Balbec

À découvrir