France Dimanche > Actualités > Nathalie Kosciusko-Morizet : Son fils écrasé 
par une voiture !

Actualités

Nathalie Kosciusko-Morizet : Son fils écrasé 
par une voiture !

Publié le 23 janvier 2017

Alors qu’il rentrait tranquillement de l’école, le malheureux Paul-Élie, 11 ans, fils de Nathalie Kosciusko-Morizet, n’a pas pu échapper à la collision.Alors qu’il rentrait tranquillement de l’école, le malheureux Paul-Élie, 11 ans, fils de Nathalie Kosciusko-Morizet, n’a pas pu échapper à la collision.Alors qu’il rentrait tranquillement de l’école, le malheureux Paul-Élie, 11 ans, fils de Nathalie Kosciusko-Morizet, n’a pas pu échapper à la collision.Alors qu’il rentrait tranquillement de l’école, le malheureux Paul-Élie, 11 ans, fils de Nathalie Kosciusko-Morizet, n’a pas pu échapper à la collision.Alors qu’il rentrait tranquillement de l’école, le malheureux Paul-Élie, 11 ans, fils de Nathalie Kosciusko-Morizet, n’a pas pu échapper à la collision.Alors qu’il rentrait tranquillement de l’école, le malheureux Paul-Élie, 11 ans, fils de Nathalie Kosciusko-Morizet, n’a pas pu échapper à la collision.Alors qu’il rentrait tranquillement de l’école, le malheureux Paul-Élie, 11 ans, fils de Nathalie Kosciusko-Morizet, n’a pas pu échapper à la collision.

Il y a tout juste une semaine, le 5 janvier, Paul-Élie, 11 ans, le fils aîné de Nathalie Kosciusko-Morizet, a été heurté par une voiture alors qu’il traversait une rue du VIe arrondissement de Paris, en dehors d’un passage piéton. Selon les témoins, l’automobiliste roulait trop vite et le petit garçon n’a rien pu faire pour l’éviter.

Inquiète

L’enfant a été immédiatement conduit à l’hôpital. Heureusement, ses jours ne sont pas en danger. Souffrant juste de douleurs au pied et à la cheville gauche, il a pu rentrer chez lui. Pourtant, on imagine le choc terrible ressenti par sa maman qui se trouvait ce jour-là à 8.000 km de Paris et ne pouvait rien faire. L’ex-ministre de l’Économie numérique était en effet à Las Vegas pour assister au Consumer Electronics Show, le plus grand salon d’innovation technologique du monde.

Si NKM est très sûre d’elle en politique, elle est de nature plutôt inquiète quand il s’agit de sa progéniture. L’ex-ministre a toujours su faire passer sa vie de famille avant sa carrière. Elle ne s’est jamais cachée d’avoir un côté « maman-poule » et de surveiller ses enfants comme le lait sur le feu : « Je m’arrange pour être là entre 19 h 30 et 20 h 30 pour leur donner le bain », déclarait-elle, alors qu’ils étaient petits. I

Il y a peu, elle confiait à Libération à propos de Paul-Élie et de Louis-Abel, son frère cadet, 7 ans : « Quand j’emmène mes deux garçons le matin à l’école, je me demande s’ils sont en sécurité, si la prof est bien, s’ils préparent leur avenir. » Sachant cela, on mesure le désarroi de NKM, rivée au téléphone pour avoir des nouvelles de son fils, car ne pouvant se rendre immédiatement à son chevet.

Heureusement, après avoir examiné Paul-Élie, les médecins se sont montrés très rassurants et NKM, qui était prête à bondir dans le premier avion pour Paris, a finalement renoncé à écourter son séjour américain. Elle l’a fait d’autant plus sereinement qu’elle sait pouvoir se reposer sur son ex-mari, Jean-Pierre Philippe. C’est lui qui a immédiatement pris les choses en main et n’a pas quitté la chambre de son fils.

Malgré un divorce récent, en mars dernier, le couple s’entend toujours bien et sait faire passer l’intérêt des enfants avant tout. Il faut dire que Nathalie et Jean-Pierre ont derrière eux dix-neuf ans de vie commune, dont douze de mariage, et que leur séparation a eu plus à voir avec les aléas de la vie politique qu’avec un désamour.

Souhaitons donc à Paul-Élie de vite se rétablir. Comme il ne s’agit que d’un gros bobo, il avait surtout besoin d’un câlin de sa maman, ce qui fut fait dès le retour de Nathalie Kosciusko-Morizet, le 9 janvier.

Carlos Herrera

À découvrir

Sur le même thème