France Dimanche > Actualités > Nicolas Sarkozy : Victime d'un choc psychologique !

Actualités

Nicolas Sarkozy : Victime d'un choc psychologique !

Publié le 9 août 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

En apprenant la terrible nouvelle, c’est un peu comme si le ciel venait de lui tomber sur la tête de Nicolas Sarkozy…

Il ne nous avait pas habitués à garder le silence si longtemps… Mais le 24 juillet dernier, Nicolas Sarkozy a retrouvé la lumière et ses lecteurs, en publiant la suite de Passions, ses Mémoires sortis en 2019. Un pavé de 528 pages intitulé Le Temps des tempêtes, sorti, comme le premier volet, aux éditions de l’Observatoire, et qu’il a tranquillement écrit durant le confinement…


Tandis que, durant ces deux mois et demi d’immobilisation générale, son épouse Carla se concentrait de son côté sur l’écriture des quinze titres de son nouvel album, l’ancien chef de l’État s’attelait à raconter ses premiers souvenirs de président ! Une plongée sans concession dans les affres d’une époque douloureuse et intense pour l’homme politique, qui révèle aujourd’hui à nos confrères du Figaro une information incroyable… Lui que l’on pensait dans une forme olympique a dû être opéré d’urgence ! Qu’est-il donc arrivé à celui qui semble être, à 65 ans, une force de la nature ? On sait combien, au cours des derniers mois où le coronavirus a sévi avec une extrême violence, emportant dans la tombe des milliers de nos compatriotes, il a été difficile pour de nombreux Français de se résoudre à se soigner. Hôpitaux surchargés, pandémie galopante, manque de protections efficaces des soignants, autant de raisons pour tous ceux qui n’étaient pas atteints par le virus d’arrêter tout traitement et d’éviter les services d’urgence !

Mais heureusement pour Nicolas Sarkozy, l’intervention nécessaire qu’il a subie n’a pas été réalisée durant l’étrange période que nous vivions encore il y a quelques semaines, mais bien justement au cours des premiers mois de son mandat à la tête de notre pays ! Étape sur laquelle l’ex-locataire de l’Élysée revient dans son nouveau livre, révélant par la même occasion des détails liés aux derniers instants que ce grand passionné a partagés avec Cécilia, son épouse durant onze ans…

Souvenez-vous, en 2007, Sarkozy remporte l’élection présidentielle face à Ségolène Royal. Après une campagne difficile et brutale, l’ancien ministre de l’Intérieur de Jacques Chirac s’installe à la place du maître sous les ors de la République, un mandat qu’il convoite depuis longtemps. Mais dans les coulisses, la joie semble loin d’être totale. Pour le nouveau président qui, face aux médias, sourit à la vie, son cœur est très certainement brisé par la fin de son histoire d’amour avec la mère de son fils, Louis, alors à peine âgé de 10 ans.

Ce fut probablement un véritable déchirement pour cet homme qui vient de gagner son pari politique, et qui, dans le même temps, est en train de rompre le lien avec sa compagne au quotidien, sa confidente, son amie. Ce fardeau porté dans l’ombre de la victoire, l’ancien maire de Neuilly-sur-Seine l’avait déjà évoqué dans Passions, son livre sorti l’an dernier : « Rétrospectivement, je comprends combien mon divorce, à peine élu, a pu déstabiliser les Français, écrivait-il. Sans parler des dix jours de l’été 2007 passés aux États-Unis à essayer, contre l’évidence, de sauver mon couple. C’est peu dire qu’à l’époque l’attitude de Cécilia me stupéfia. Je n’avais rien anticipé. Je n’y avais rien compris. Je subissais sans pouvoir contrôler une situation qui, chaque jour, devenait plus incompréhensible. » Un état de sidération qui a sans doute empêché cet amoureux banni de verbaliser sa douleur et le chagrin qu’il ressentait…

D’ailleurs, toujours dans ses mémoires publiées en 2019, Nicolas affirmait éprouver un grand soulagement une fois la séparation officialisée en 2007 : « Alors que je m’étais tant battu pour sauver ma famille, le lendemain du divorce, je me réveillais au Portugal où je me trouvais pour un sommet européen avec un poids immense en moins. J’étais soulagé. C’était fait. Je l’avais craint, j’avais tort », se souvenait-il. À la lecture de ces deux dernières phrases, l’on pourrait croire qu’en effet ce chapitre de la vie amoureuse de Nicolas Sarkozy était bel et bien terminé, et que sa signature au bas du jugement de divorce mettait fin symboliquement à sa souffrance d’avoir été ainsi rejeté et remplacé par un autre.

Une passion d’autant plus éteinte avec Cécilia, devenue par la suite Madame Attias, que, quelques mois plus tard, le président se mettait en couple avec Carla Bruni. Pourtant, il semblerait que l’homme politique n’ait alors pas réussi à guérir sa blessure. Comme il le raconte dans Le Temps des tempêtes, trois jours après le divorce d’avec Cécilia, le tout nouveau président était hospitalisé d’urgence à cause d’un phlegmon à la gorge ! Il faut savoir que cette grave infection des amygdales, nécessitant une intervention chirurgicale rapide, est excessivement douloureuse. De plus, elle empêche le patient de parler, de déglutir et de manger, celuici ne pouvant qu’à peine entrouvrir la bouche en raison de la grosseur de l’organe gonflé de pus… Seule solution pour en venir à bout, percer l’amygdale et extraire le concentré de bactéries, en bref : crever l’abcès ! Et dans le cas de l’ancien chef de l’État, « l’abcès » en question avait toutes les raisons de s’avérer important…

Aujourd’hui, celui qui affirme dans les pages du Figaro, à propos de cette année 2007, « C’est une période d’une telle densité », a bien vite retrouvé le bonheur aux côtés de sa chère Carla et de leur petite Giulia, âgée de 8 ans !

Clara MARGAUX

À découvrir