France Dimanche > Actualités > Nikos Aliagas : Tabassé en pleine rue !

Actualités

Nikos Aliagas : Tabassé en pleine rue !

Publié le 23 octobre 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

C'est sans crier gare que le pauvre animateur de 52 ans a été roué de coups par ses agresseurs…

Suite au traumatisme d'une agression physique, si certaines victimes sombrent dans le déni, d'autres restent hantées à jamais par ce moment fatal où leur vie a basculé dans l'horreur. 


Frappé sauvagement au visage, le pauvre Nikos Aliagas est encore sous le choc. De retour chez lui « avec un œil au beurre noir » comme il l'a raconté sur le plateau de C à vous sur France 5, le 15 septembre dernier, le présentateur star de TF1 n'est pas près d'oublier cette attaque d'une violence inouïe. 

Il faut dire que ses agresseurs n'y sont pas allés de main morte, s'acharnant sur lui au vu et au su de tous, puisque les faits se sont déroulés en plein jour dans la rue. « Ils m'ont cassé la gueule », a résumé l'animateur de 52 ans, encore tout abasourdi. 

Cette histoire glaçante remonte à son enfance passée « au milieu des chutes de tissu ». Et pour cause… Son père Andreas – tailleur de métier né à Athènes qui s'est installé en France en 1964 –, a fait ses armes dans les plus grandes maisons de couture telles que Christian Dior et Guy Laroche. Talentueux, il a même créé en 1970 les costumes rayés portés par Alain Delon dans le fi lm Borsalino de Jacques Deray. Ce qui est pour le petit Nikos la plus grande des fi ertés. 

Or, un jour, celui-ci fait l'erreur de s'en vanter auprès de ses condisciples durant la récréation. Ceux-ci peinent à le croire. « Eh, menteur ! » lui lâche alors une bande de jeunes garçons haineux. 

Ils attendront que Nikos sorte de l'école pour lui tomber dessus à bras raccourcis et lui infl iger une rouste mémorable. 

De retour à la maison, amoché de partout, il pensait naïvement que son papa compatirait à son malheur. Eh bien, non ! À l'écoute de sa mésaventure, ce dernier lui « en a mis une de l'autre côté, à la grecque », s'est-il souvenu. Une gifl e retentissante censée endurcir ce fi ls d'immigré élevé à la dure. « La prochaine fois, tu rends les coups », lui a alors assené Andreas. Une sacrée leçon pour Nikos qui a compris ce jour-là qu'il devrait apprendre à se « battre », au sens fi guré bien sûr, pour se frayer un chemin dans l'existence… 

Valérie Edmond

À découvrir

Sur le même thème