France Dimanche > Actualités > Nolwenn Leroy : Son combat contre la maladie !

Actualités

Nolwenn Leroy : Son combat contre la maladie !

Publié le 30 juin 2014

Confrontée par deux fois au drame de la � mucoviscidose�, la chanteuse est aujourd’hui plus concernée que jamais…

« Nolwenn mène des combats dont elle ne montre pas les bleus. » Cette très belle phrase, qui en dit long sur cette artiste aujourd’hui amplement reconnue, c’est Olivier de Kersauson qui l’a prononcée l’an dernier à propos de cette Bretonne devenue star. Et l’on sait très bien que le navigateur n’est pas du genre à flatter son monde. S’il a ainsi décrit Nolwenn Leroy, c’est qu’il sent, qu’il sait que cette jeune femme exquise et ravissante, au talent incontestable, peut cacher sa détresse si elle est par trop attaquée dans sa vie.

Nolwenn 1 LeroyDes bleus, la chanteuse en a, au cœur et l’âme, chaque fois que se présente à nouveau sur sa route un fléau qui ne laisse aucun répit à ceux qui en sont atteints. Ce fléau, c’est la mucoviscidose, qui s’attaque aux poumons et au pancréas, engendrant de terribles problèmes respiratoires et digestifs.

On savait la jolie brune totalement dévouée à l’association Grégory-Lemarchal (fondée à la suite du décès du chanteur, en 2007, à l’âge de 23 ans), récoltant des fonds pour la recherche contre ce mal. Jamais, depuis la disparition du jeune artiste, elle n’a cessé de se mettre au service de cette cause, donnant de sa personne.

Déjà, en novembre 2008, aux côtés des parents de Grégory, Pierre et Laurence Lemarchal, elle inaugurait un nouveau service cardio-pulmonaire à l’hôpital Foch de Suresnes, dans les Hauts-de-Seine. Et, le 8 juin dernier, elle courait 10 km à L’Île-Tudy, dans le Finistère, en tant qu’ambassadrice de la course Defigena, dont l’intégralité de la recette (30 000 euros) a été reversée à la lutte contre cette maladie.

Nolwen 2 LeroyMais si Nolwenn est sensible aux dégâts que cause la mucoviscidose, aujourd’hui, la menace semble se rapprocher d’elle ! Elle s’est confiée récemment sur ce douloureux sujet à notre confrère Télé poche.

Si, comme l’on pouvait s’y attendre, elle évoque son expérience de la maladie avec Grégory – « Moi, l’amitié qui me liait à lui m’a donné l’occasion de la voir de près » –, elle dit aussi en quoi ce fléau la concerne le plus directement du monde : « Je suis bretonne et je connais l’importance de la mucoviscidose dans notre région. Tout le monde ici côtoie une personne qui est touchée plus ou moins directement par cette maladie », a-t-elle en effet déclaré.

Nolwen 3 LeroyGénéreuse

Et c’est malheureusement vrai, ainsi que l’explique la sociologue Nadine Pellen. Des études ont montré qu’en France un enfant sur 4 400 était atteint, alors qu’en Bretagne il y en a un sur 2 928, et même un sur 2 410 dans le Finistère ! De fait, Nolwenn ne se sent peut-être pas à l’abri des ravages de ce mal terrible. D’autant qu’elle en a connu les effets dévastateurs bien avant de rencontrer Grégory.

C’était en 1998, elle n’avait alors que 16 ans. Et là, comme elle l’a dit, toujours chez notre confrère, elle a été confrontée à un premier drame : « J’ai séjourné une année aux États-Unis. Dans ma famille d’accueil, une personne, qui avait subi une greffe, est également décédée… » Sans doute qu’à force de surmonter les épreuves qui n’ont cessé de se présenter sur son chemin, Nolwenn est devenue cette femme généreuse, à l’écoute des autres et qui, au contraire de ceux qui font le bien uniquement lorsque les caméras les filment, donne d’elle-même quand personne ne le sait.

Nolwenn 4 LeroyAujourd’hui, à 31 ans, forte de ses expériences et avec l’amour que lui donne son compagnon, le joueur de tennis Arnaud Clément, il est certain que la jeune femme va continuer de se battre.

Des bleus, elle en aura encore sans doute, mais on sait que les plus belles œuvres naissent souvent des douleurs vécues. Et que la part d’humanité de chacun s’acquiert au contact des autres, de leurs joies comme de leurs souffrances.

Laurence Paris

À découvrir