France Dimanche > Actualités > Omar Sy : C’est lui que vous préférez !

Actualités

Omar Sy : C’est lui que vous préférez !

Publié le 4 février 2015

Du héros d’� Intouchables�, on ne sait presque rien, à part que Omar Sy est marié et a quatre enfants. Pour la première fois, il a accepté de parler de lui…

"Dès que c’est intime, j’ai du mal à m’exprimer." C’est avec une honnêteté bouleversante que le comédien, devenu star internationale, s’est confié, en décembre dernier, à Michel Denisot, lors de son émission Conversation secrète, sur Canal +. L’occasion d’en apprendre un peu plus sur ce formidable comédien et de découvrir l’homme, l’Omar Sy secret qui, par pudeur, par humilité aussi, est toujours à deux doigts de penser que ce qui lui arrive n’est pas réel.

C’est vrai que l’on en sait peu sur lui. On le connaissait surtout pour son duo avec son compère Fred Testot, au point que certains pensaient même qu’il s’appelait « Omar Etfred ». C’est à la faveur de son succès triomphal dans le film Intouchables, d’Olivier Nakache et Éric Toledano, sorti en novembre 2011, qu’il se met à exister pleinement et reçoit la récompense suprême de ses pairs, le 24 février 2012 : le César du Meilleur acteur.

Omar Sy et François Cluzet dans une scène du film
Omar Sy et François Cluzet dans une scène du film "Intouchables"

Certes, il est fou de joie. Mais il était déjà très heureux d’avoir été nommé auprès de collègues aussi talentueux que François Cluzet et Jean Dujardin ! Plus encore que cette récompense, ce sont peut-être les mots que lui adresse alors un très grand comédien français qui touchent profondément Omar  Sy : « J’ai reçu un message de Gérard Depardieu qui me félicitait pour mon travail. Et ça, c’est comme le César. […] Il m’avait reconnu comme quelqu’un qui fait le même travail que lui. C’est quelque chose dont j’avais besoin », confie-t-il.

Un besoin que l’on comprend d’autant mieux quand on sait qu’enfant, il n’a pas franchement été encouragé par ses enseignants, à Trappes, commune de la banlieue parisienne souvent qualifiée de « difficile ». Le petit garçon a beau avoir de bonnes notes, il sent très vite que les conseillers d’orientation n’envisagent pas pour lui un avenir radieux : « On nous empêchait d’aller dans certaines directions », se souvient-il, c’est-à-dire d’ouvrir ses ailes, de rêver, de réfléchir…

Musulman

Heureusement, Omar réfléchit et refuse de voir son monde réduit par les autres. Affecté dans un lycée d’une banlieue « un peu plus bourgeoise, dit-il, où il y avait moins de mecs comme moi » et où il fait « un peu peur », il s’aperçoit que la meilleure manière de se faire accepter est l’humour : « Quand on sourit, quand on fait des vannes, ça détend tout le monde, et on peut faire connaissance après… »

Jamel Debbouze et Omar Sy
Jamel Debbouze et Omar Sy

C’est donc en ayant découvert cette clef magique, qui lui ouvrira toutes les portes, qu’Omar Sy va creuser son sillon. Avec aussi l’aide précieuse de ses amis, comme Jamel Debbouze, le « grand frère », qui lui montre que tout est possible, même quand on vient de Trappes. Sa religion le portera aussi, comme il l’explique dans l’entretien. Quand Michel Denisot lui parle du rejet que l’islam connaît en France, il répond ne surtout pas vouloir donner de conseils en la matière. « Tout ce que je peux faire, c’est dire que je suis musulman. Comme ça, ça vous donne un autre exemple de musulman. »

Aujourd’hui, sa foi s’est affirmée, et Omar avoue volontiers que « cette religion [lui] a évité certaines choses ». Peut-être certains écueils de la jeunesse… Ce qui est sûr, c’est qu’il tient aujourd’hui une place particulière dans le paysage artistique français. Et pas que dans le cinéma. Malgré lui, comme Jamel, il est un peu un modèle. Sans doute gardera-t-il toujours pour lui, et pour ses proches, ce qu’il ressent au plus profond de son cœur.

Sans doute, comme son père, qu’il qualifie, avec une admiration manifeste, d’« homme de très peu de mots » : « C’est peut-être aussi pour ça que j’ai du mal à parler de moi, publiquement, explique-t-il. Je fais attention, parce que mon père, quand il parlait, ça percutait. Et donc, j’ai pas envie de parler pour rien »… Il rend grâce à son père d’avoir quitté le Sénégal et de l’avoir fait naître en France. « Il a fait le plus gros », dit-il en éclatant de rire.

Omar Sy sourirePourtant, même si Omar Sy aime son pays, le comédien est parti vivre à Los Angeles. Non pour fuir, mais pour se retrouver un peu avec sa famille, loin de l’agitation médiatique. Au grand dam de sa mère, qui lui a alors déclaré : « N’y va pas, parce que, là-bas, ils tirent sur les Noirs ! » Mais ses parents ont fini par lui rendre visite, pour son plus grand bonheur.

Conseils

Un bonheur qui ne va faire que croître, si l’on en croit ses récentes collaborations dans des blockbusters américains, comme X-Men : Days of Future Past ou Jurassic World, coproduit par Steven Spielberg. Et Omar fait désormais partie des poulains de l’agence de comédiens la plus prestigieuse de Hollywood, CAA, aux côtés de George Clooney ou de Will Smith.

En fin de compte, l’acteur n’aura pas écouté tous les conseils de son père, qui lui disait, entre autres : « Surtout, ne fais pas de vagues». Omar Sy en fait d’énormes et surfe sur leur crête avec une rare élégance.

Laurence Paris

À découvrir