France Dimanche > Actualités > Pascal Danel : "Je ne ressens pas le confinement !"

Actualités

Pascal Danel : "Je ne ressens pas le confinement !"

Publié le 14 mai 2020

.photos:bestimage

Reclus dans sa maison de Seine-et-Marne avec son épouse Florence, le chanteur de 76 ans nous a confié, en exclusivité, ses petits secrets.

Le moral semble au beau fixe pour l'interprète de La Plage aux romantiques et Les Neiges du Kilimandjaro ! Confiné en compagnie de sa moitié, la douce Florence, dans sa maison située non loin de la jolie commune de Barbizon, en Seine-et-Marne –  qui a donné son nom à la célèbre école de peinture –, le chanteur de 76 ans, membre de la tournée Âge tendre aux côtés, entre autres, de Michèle Torr et de Jeane Manson, semble même prendre un certain plaisir à se retrouver loin des tourments du monde…


En pleine renaissance après une période noire durant laquelle sa femme Florence a dû batailler contre un cancer du sein, il croque toujours la vie à pleines dents avec l'appétit de ceux qui reviennent de loin. Car Pascal ne connaît que trop bien ces « imprévus » qui font soudain basculer une existence pleine de félicité dans l'horreur, lui qui a bien cru perdre sa charmante épouse de vingt-cinq ans sa cadette. La maladie très avancée avait en effet obligé la jeune femme à subir en urgence, il y a quelques années, une lourde intervention chirurgicale. Un sacré choc pour Pascal qui saluait alors la force de caractère de sa chère et tendre.

Mais tout ça, c'est du passé ! Soudés par cette épreuve, Pascal et Florence ont fait front avec courage, alors ce n'est sûrement pas ce satané confinement qui va avoir raison de leur amour ! En 2009, leur mariage au château de Soubiran, à Dammarie-les-Lys, venait couronner ce coup de foudre digne d'une comédie romantique hollywoodienne. Lui, le chanteur de charme de 65 ans disait « oui» avec beaucoup d'émotion à une délicieuse jeune femme brune, habillée comme une princesse, devant ses copains de toujours dont les chanteurs Herbert Léonard et Danyel Gérard. « C'est un vrai conte de fées, on croit toujours que cela n'arrive qu'aux autres », avouait alors le « jeune » époux, déjà marié une première fois en 1966 et divorcé depuis vingt-six ans.

« J'ai rencontré Florence en 1982 lors d'une tournée des podiums RMC. Elle avait 13 ans, elle aimait mes chansons. On a fait une photo ensemble, point final. Puis, en vacances dans les Hautes-Alpes, elle m'a retrouvé et m'a montré cette photo de 1982. Ça a été le coup de foudre ! », racontait-il à peine remis de ses noces avec des étoiles dans les yeux. L'union de la star et de la fan faisait plaisir à voir tant ces deux-là emblaient complices. Aussi, quand on 'aime comme eux d'un amour profond t sincère, se retrouver reclus en duo, ça essemble au bonheur !

Pourquoi, en effet, ne pas profiter de ce huis clos pour se réinventer et réenchanter ensemble le quotidien ? Si les psychologues prévoient une vague de divorces sans précédent une fois le confinement levé, Pascal et Florence, eux, roucoulent toute la journée, plus fusionnels que jamais. Assignés à résidence, ils exultent, alors que d'autres, au bord de la rupture, se déchirent. Les amoureux savourent le bonheur d'être deux, à l'abri dans leur nid d'amour.

Il faut dire que cette vaste propriété, nichée dans un écrin de verdure, est le cadre parfait pour se redire « je t'aime », comme nous l'a confié Pascal. « C'est une grande maison avec beaucoup de terrain, donc on ne ressent pas vraiment le confinement ! Et en plus, comme on n'a pas de voisins, on n'a pas de souci d'attraper quoi que ce soit ! », a précisé la star avant de poursuivre, bien conscient d'être un privilégié : « Avec Florence, on est tranquilles. On a de la place, on n'est pas collés l'un à l'autre ! Notre vie n'a pas beaucoup changé, à part qu'on ne peut pas prendre la voiture. »

Les tourtereaux n'ont même pas à sortir de leur domaine enchanté pour profiter de la beauté du paysage car leur immense parc leur suffit amplement. Dans ce décor bucolique, digne d'un tableau de Théodore Rousseau, le célèbre peintre qui s'est installé en 1836, non loin de là, à Barbizon afin d'y croquer la nature environnante, Pascale et Florence se ressourcent sans crainte de s'asphyxier.

“CE QUI ME MANQUE, CE SONT MES COPAINS, MON FILS, MA FILLE ET MA PETITE-FILLE…”

« Pour nous, tout va bien, on n'a pas sorti les couteaux. Je n'ai pas monté une tente au fond du jardin pour y passer la nuit ! » a-t-il précisé non sans humour. Bravo !

Pas peu fier d'avoir préservé son couple, Pascal a ensuite confié ses petits secrets pour éviter les éventuelles disputes. « Il faut avoir chacun des occupations », conseille-t-il. Et pour lui, ce sera l'écriture ! « Pour m'occuper, j'écris un bouquin pour raconter ma vie, ma naissance pendant la guerre, ma mère que j'ai retrouvée à 25 ans et que j'ai eu la douleur de perdre il y a quelques mois, mon père, que j'ai vu trois fois dans ma vie, mes pensionnats, mes nourrices, et quantité d'anecdotes de ma vie d'artiste. J'espère que ça intéressera les fans », nous a-t-il confié.

Oui, cette épreuve difficile peut aussi donner l'occasion de faire le point. Une introspection qui peut même se révéler positive, comme il le confie avec beaucoup de philosophie : « Le confinement a cela de bien qu'il nous laisse du temps pour penser, réfléchir, se concentrer, sans être embêté par quoi qui que ce soit… »

Seul bémol à ce qui pourrait ressembler au paradis terrestre : l'éloignement de ses amis et ses enfants qui se fait chaque jour sentir un peu plus. « Ce qui me manque, ce sont mes copains, mon fils, ma fille et ma petite-fille. Je suis triste de ne pas improviser un plat de pâtes avec les gens qui me sont chers. Mais je pense que dans peu de temps, on retrouvera tout ça ! » a-t-il conclu avec beaucoup de sagesse, non sans, malgré tout, compter les jours qui le séparent encore de la date du déconfinement, prévue le 11 mai…

VE, Valérie EDMOND

À découvrir