France Dimanche > Actualités > Pascal Légitimus : Sa nouvelle 
vie de guérisseur  !

Actualités

Pascal Légitimus : Sa nouvelle 
vie de guérisseur  !

Publié le 23 décembre 2017

À 58 ans, 
l’humoriste Pascal Légitimus se lance dans une incroyable 
reconversion…

Il a l’air d’avoir vingt de moins que ses 58 ans. Et c’est avec une incroyable énergie qu’il joue, jusqu’au 7 janvier prochain, une pièce très drôle au théâtre des Variétés, à Paris, Non à l’argent.

Mais si tout semble aller le mieux du monde pour le comédien, il se pourrait pourtant que son avenir l’écarte des scènes et des caméras.

En effet, si sa passion pour son métier est toujours intacte – il a même récemment confié son envie de reformer les Inconnus –, une autre aspiration le titille, au point d’envisager de changer radicalement de vie ! Pour quoi faire ? Pour soigner les gens ! Oui, Pascal est persuadé d’avoir un don qui lui permet de soulager la souffrance de ses congénères ! « Julie de Bona, ma femme dans la pièce Non à l’argent, avait une espèce de tendinite à l’épaule, et tous les soirs elle me disait : “Mets ta main, ça me fait du bien ; ça m’apaise.” C’est la chaleur, et cette chaleur, je peux l’augmenter… », a-t-il expliqué dans les colonnes de VSD. Ce pouvoir lui viendrait de ses ancêtres, comme il l’avait révélé à notre confrère Inexploré, en 2015 : « C’est familial. Ma grand-mère était médium. Ma tante également, elle en a fait son métier. Et dans la famille Légitimus, il y en a beaucoup qui ont des capacités de perception un peu particulières. »


Le comédien a précisé, toujours dans VSD, qu’il ne s’agissait pas là de magie blanche, mais […] d’un don de guérisseur. J’ai un peu hérité de ce truc-là, a-t-il ajouté, expliquant que sa fille disait toujours : “Papa, il a les mains magiques.” » Cela doit sans doute être infiniment troublant d’avoir la sensation que l’on peut aider les gens à aller mieux. Et quand le journaliste de VSD lui fait remarquer, sur le ton de l’humour, qu’il tient là un vrai « piège à fille », l’humoriste le reprend avec sérieux : « Mais non, dit-il. Ça régénère l’énergie interne. Et si vous avez une coupure et que j’y mets les mains, 
le sang va coaguler plus vite. » Mais avec Pascal, pas question de rester grave bien longtemps. « Si j’arrête ce métier, je pourrai ouvrir une petite échoppe de guérisseur, poursuit-il. Avenue Montaigne évidemment, pas à Barbès, il y en a trop ! » L’avenue Montaigne où il se retrouverait en concurrence avec les boutiques les plus luxueuses de la capitale ! Si le comédien voulait juste nous faire rire avec cette phrase, force est de constater qu’il exerce déjà son don pour rendre les gens heureux. Il n’y a qu’à aller le voir au théâtre pour se convaincre qu’il sait guérir la morosité la plus tenace.

Laurence PARIS

À découvrir