France Dimanche > Actualités > Patricia de Koh-Lanta : "La victoire pour offrir un toit à sa maman !"

Actualités

Patricia de Koh-Lanta : "La victoire pour offrir un toit à sa maman !"

Publié le 3 mai 2012

La routière au grand cœur souffre de voir sa mère vivre dans une caravane depuis cinq ans. Éliminée trop tôt l’été dernier de Koh-Lanta, Patricia, la sympathique camionneuse, revient, plus déterminée que jamais. Son but : gagner pour offrir un logement à Antoinette, sa maman…


France Dimanche (F.D.) : Vous repartez une seconde fois en un an. N’est-ce pas une folie ?

Patricia : Je veux prendre ma revanche. La dernière fois, je suis sortie amère, avec un sentiment d’inachevé. On m’a redonné ma chance, et je veux tout déchirer, aller au bout et gagner. La joie d’être sur les poteaux, pour moi, et les 100 000 euros, pour ma maman. Elle vit toujours dans une caravane dans mon jardin. La semaine, je suis sur la route, elle s’occupe des enfants. C’est difficile. Jordan, l’un de mes fils, se fait d’ailleurs opérer demain [interview réalisée le 12 avril, ndlr]. Il a eu un accident de scooter, rien de très grave, mais je ne pourrai pas être auprès de lui à cause de mon métier. Du coup, c’est ma mère qui s’en occupera.

F.D. : Qu’aimeriez-vous faire pour votre maman ?

Patricia : Je rêve de lui donner un logement décent. J’ai pensé créer une association avec les autres aventuriers, faire comme les Enfoirés, en parodiant Koh-Lanta par exemple, pour que les gens aident les candidats qui ont des difficultés. Je ne suis pas la seule dans la misère. À ce propos, je tiens à remercier Évelyne, qui habite dans la Marne. Cette dame, qui ne roule pas sur l’or, m’a envoyé une enveloppe avec un mot et 20 euros, sans laisser d’adresse. J’ai beaucoup pleuré en lisant sa lettre. Grâce à Facebook, je l’ai retrouvée, je l’ai appelée, elle était émue. Je ne l’oublierai jamais.

F.D. : Vous culpabilisez, parfois, de faire mener cette vie à votre maman ?

Patricia : Quand mes parents ont divorcé, ma mère a baissé le prix de leur maison pour que je puisse la garder. Du coup, elle ne s’est acheté qu’une petite caravane. J’ai vraiment l’impression de lui avoir volé sa maison. Et elle ne veut pas habiter chez moi. Elle n’invite jamais personne, sûrement parce qu’elle a honte de sa situation. Elle ne sait même pas ce que sont des vacances au bord de la mer.

F.D. : Sur le camp, vous êtes dans la belle équipe des Jaunes. Ça doit être bon pour le moral, non ?

Patricia : C’est excellent ! Je voulais être avec Freddy, et c’est arrivé. Je l’admire vraiment. Il est jeune et si mûr. J’aime aussi Wafa et Bertrand. Être dans cette équipe m’a boostée. C’est motivant de se dire qu’on se mesure aux meilleurs. Cette année, je vais faire profil bas. Rester discrète, faire l’anguille et jouer collectif, en donnant le maximum pour l’équipe. Ce n’est pas une stratégie, ça me ressemble. J’aime faire plaisir aux gens.

F.D. : Avez-vous vécu de nouvelles aventures dans votre métier ?

Patricia : Oui [rires] ! Récemment, j’ai voulu m’arrêter dans un « routier » où j’avais l’habitude d’aller, à Gramat, dans le Lot. Je me gare sur le parking et n’y vois personne. J’entre, m’installe au bar et commande une menthe à l’eau. Et là, une femme sort et me dit fermement : « Mais vous vous croyez où, ici ? » J’étais chez des gens qui avaient racheté le restaurant pour en faire leur maison…

F.D. : Avez-vous un homme dans votre vie ?

Patricia : J’ai été très déçue, donc je ne vis que pour mes enfants, aujourd’hui. C’est dur de trouver quelqu’un. Qui voudrait d’une femme routière ?

F.D. : L’émission n’aide pas à faire des rencontres ?

Patricia : Les gens ne sont intéressés que par Koh-Lanta. Mais, parfois, c’est un avantage. La semaine dernière, un client ne voulait pas me prendre la marchandise, parce que j’étais en retard. Un collègue à lui arrive et dit : « Tu es Patricia de Koh-Lanta ! » On a fait une séance photos devant le camion, et ils ont débarqué la marchandise.

Recueilli par Cyril Bousquet

À découvrir