France Dimanche > Actualités > Patrick Bruel : Face au Sida !

Actualités

Patrick Bruel : Face au Sida !

Publié le 12 août 2015

Mettre sa vie en péril pour sauver des millions de gens ? Aucun problème pour Patrick Bruel. Contacté, soi-disant, par le ministre de la santé, le chanteur n'a pas hésité un seul instant à l'idée de se faire inoculer le virus du Sida pour sensibiliser l'opinion. Mais rien ne s'est passé comme prévu...

Patrick Bruel est un homme très engagé. Donateur régulier aux Restos du coeur, touché par la cause des enfants à l'étranger, le chanteur est un citoyen qui prend soin de ses prochains. Lorsque son téléphone a sonné et que son interlocuteur, le ministre de la Santé, lui a demandé s'il accepterait de se faire inoculer le virus du Sida pour soutenir l'élaboration d'un vaccin destiné à mettre fin à la maladie, c'est en toute simplicité que l'artiste a répondu favorablement. Pourtant, loin d'avoir été réellement confronté à ce projet, l'acteur a été victime bien malgré lui du pro du canular... Gérald Dahan. Interviewé sur le plateau de BFM TV, l'humoriste est revenu sur cette blague téléphonique qui aurait pu très mal tourner... Et pour cause, "J'ai oublié de lui dire que c'était un canular" explique l'imitateur.

‘Je t’assure, je suis médecin, il y a 93% de fiabilité’.

"J’ai quelques regrets sur certaines personnes que j’ai oublié de prévenir" déplore Gérald Dahan. Avec plus de 500 canulars à son actif, l'humoriste est un pro de la dissimulation. Travestir sa voix, ça le connaît. Si nombre de ses blagues peuvent être encore aujourd'hui érigées en modèle pour les amateurs de farces et attrapes, certaines "privées" ou trop fâcheuses n'ont jamais pu être diffusées, notamment celle de Patrick Bruel...

"On n’a pas diffusé le canular et il a longtemps cru à ce que je lui avais fait croire, et ça a eu des conséquences dans sa vie", commente l'imitateur avant de détailler sa blague. "Avec la voix de Philippe Douste-Blazy (Ancien ministre de la Santé), je lui ai fait croire qu’on avait trouvé le vaccin contre le sida et je disais ‘Moi je vais le faire et j’ai besoin de personnalités connues qui le fassent aussi pour lancer une grande campagne de sensibilisation’. Il me dit qu’il est d’accord et j’ajoute: ‘Je t’assure, je suis médecin, il y a 93% de fiabilité. On t’inocule le virus dans le vaccin’. Et il y avait donc 7% de risques qu’il chope la maladie", raconte Gérald Dahan à BFM TV.

Gérald Dahan rappelle ensuite le piégé pour lui dévoiler le pot aux roses, mais il tombe sur son répondeur, et... il oublie définitivement de le recontacter.

"Sa femme n'était pas du tout d'accord"

Patrick Bruel, ignorant tout de la supercherie, reste donc sur les propos de celui qu'il prend pour son ministre. Poussé par sa belle générosité, le chanteur n'en demeure pas moins inquiet... Les probabilités de contracter la maladie, énoncées par son interlocuteur, ne sont tout de même pas nulles. Mais si Patrick, au moment de franchir le cap, hésite, sa femme, elle n'hésite pas une seconde : c'est hors de question !

Il est resté avec ça en tête, poursuit Gérald Dahan, et ça lui a posé des problèmes au sein de son couple. Evidemment, quand sa femme a appris qu’elle vivait avec quelqu’un qui allait se faire inoculer le virus du sida (...) elle n’était pas du tout d’accord". Et tandis que Gérald Dahan oublie l'anecdote et sa potentielle victime, Patrick Bruel, lui, reste préoccupé.... jusqu'à sa rencontre au détour d'un dîner, avec le vrai ministre de la Santé.

L'humoriste décrit alors la scène entre Bruel et Douste-Blazy. : "Il (Bruel) lui a dit ‘J’ai réfléchi, je ne vais pas le faire’. Et lui a répondu ‘De quoi tu me parles?’, ‘Je n’ai pas envie de m’inoculer le virus du sida’. ‘Pourquoi tu vas faire ça?’ ‘Parce que tu me l’as demandé’. Et Douste-Blazy, qui savait que je prenais souvent sa voix pour piéger des gens, lui a dit qu’il se faisait sans doute piéger par Gérald Dahan".

Si Patrick Bruel en a longtemps voulu à l'humoriste, qui aurait pu mettre son couple en péril, les deux artistes, sont aujourd'hui plus amis que jamais. Qui aime bien châtie bien...

Célia de Veyle

À découvrir