France Dimanche > Actualités > Patrick Dempsey : Traité comme un handicapé mental !

Actualités

Patrick Dempsey : Traité comme un handicapé mental !

Publié le 29 septembre 2016

Avant de devenir le séduisant Dr Mamour, l’acteur américain Patrick Dempsey souffrait d’une infirmité qui a bien failli lui gâcher la vie…

Il est l’un des hommes les plus sexy de la planète… télévision ! Pourtant, Patrick Dempsey a bien failli ne jamais devenir une star du petit écran ! L’acteur de Grey’s Anatomy souffrait en effet d’une infirmité qui lui a gâché son enfance et l’a lourdement désavantagé : « Jusqu’à l’âge de 12 ans, je ne savais ni lire ni écrire », a confié le comédien. On m’avait mis dans une classe pour handicapés mentaux jusqu’à ce que l’on comprenne tardivement quel était mon problème. »

Comme avant lui Albert Einstein, Gustave Flaubert, Léonard de Vinci ou Steven Spielberg, le beau Docteur Mamour est né dyslexique. Malheureusement, aucun médecin ne l’a diagnostiqué à temps.

Pour remédier à cette affection avant qu’elle ne s’installe, elle doit être détectée avant l’âge de 6 ans. L’enfant est alors confié à un orthophoniste qui l’aide à compenser ce défaut de connexion entre certaines zones du cerveau.

Calvaire

« Gamin, j’étais dyslexique, et je me croyais mentalement inférieur aux autres. Je n’osais pas prendre la parole, j’étais persuadé de ne pas pouvoir tenir une conversation », a-t-il encore confié.
Au collège de Lewis-ton, dans le Maine, où il a grandi, ses camarades le mettent à l’écart, puis le prennent en grippe parce que, pour tout arranger, sa mère est la secrétaire du principal. De plus, ils le surnomment « le nabot », du fait de sa petite taille.

« J’en ai souffert, on me prenait pour un cancre illettré, un cas social […] J’étais la risée de la classe parce que j’écorchais les mots que je lisais et je comprenais tout de travers », a aussi raconté l’acteur de 50 ans.

À 17 ans, il monte à New York pour étudier la comédie. Là encore, sa différence lui joue des tours : « Apprendre mes textes était un véritable calvaire. Aujourd’hui encore, je dois recourir à des subterfuges pour mémoriser mes répliques. »

Quoique retenu pour le casting de Dr House, son stress l’empêche de décrocher le rôle. Plus détendu, il obtient celui du Dr Shepherd. S’il éprouve toujours des difficultés de lecture et d’écriture, Patrick Dempsey a beaucoup progressé : « Vous savez, ce qui me réjouit, c’est qu’à force de travail et de concentration, j’arrive à lire moi-même l’histoire du soir à mes enfants… »

Un bel exemple pour tous les dyslexiques !

Dominique Préhu

À découvrir