France Dimanche > Actualités > Patrick Henandez : Découvrez les secrets de son tube !

Actualités

Patrick Henandez : Découvrez les secrets de son tube !

Publié le 21 juin 2018

capture-d-e-cran-2018-06-21-a-16

En 1979, Patrick Hernandez souhaitait faire de « Born to be Alive », une ballade…

On ne le présente plus. À 69 ans, Patrick Hernandez a fait danser, swinguer et se déhancher des générations entières avec son tube « Born to be Alive » sorti en 1979.

Vous connaissez les paroles par cœur ? Peut-être. Pourtant aucun doute que vous ignorez encore, et plus pour très longtemps, les secrets de sa genèse…

Dans un entretien avec Nikos Aliagas pour Paris Match, le chanteur aux multiples disques d’or et de platine lève le voile sur ce mystère trop longtemps resté secret…

«  Lorsque j’ai composé ce titre, j’habitais près de Pigalle à Paris et cette chanson était une réaction aux culs de plomb qui m’entouraient à l’époque. Je voulais leur dire : « Bougez-vous et vivez ! » […] En anglais, Born to be alive ne se dit pas mais ce pléonasme cachait une dimension presque philosophique qui me plaisait. », révèle le chanteur.

Pari gagné pour l’interprète ! Il s’en est pourtant fallu de peu pour que cette chanson festive et entrainante ne voit jamais le jour…


À l’époque, celui qui est devenu « musicien et chanteur après avoir écouté un album des Beatles quand [il] était gamin » souhaite faire de « Born to be Alive », une ballade aux notes douces et mélodieuses : « Au départ je pensais à une version acoustique à la guitare en mode John Lennon. », explique-t-il.

Changement de cap pour l’interprète qui lui préférera finalement une version plus « funk »… « On avait tellement peur que ce ne soit pas un tube », expliquait il y a quelques mois le chanteur.

Aujourd’hui, « Born to be Alive » a été vendu à plus de 25 millions d’exemplaires et continue de faire le bonheur des amateurs de disco. En novembre dernier, l’interprète de ce titre inoubliable avait même révélé que cette chanson lui rapportait « entre 800 euros dans les mauvaises années et 1 500 euros par jour, les très, très bonnes années » !

Un titre « né pour être vivant », certes, mais aussi fait pour rapporter de l’argent visiblement !

Estelle LAURE

À découvrir