France Dimanche > Actualités > Patrick Poivre d'Arvor : De nouvelles accusations glaçantes !

Actualités

Patrick Poivre d'Arvor : De nouvelles accusations glaçantes !

Publié le 18 novembre 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Huit femmes racontent les agressions qu'elles auraient subi de la part du présentateur télé. Âmes sensibles, s'abstenir…

C'est le portrait d'un prédateur sexuel que viennent de livrer, en exclusivité, ces femmes au journal Libération. Et face à la force de ces témoignages qui glacent le sang, on doute que Patrick Poivre d'Arvor obtienne la clémence de la justice. Ainsi, Muriel Reus, 63 aujourd'hui, était en 2005 directrice adjointe d'une fi liale de TF1. Le journaliste l'invite, à l'accompagner sur le plateau du 20 heures. Une fois le journal terminé, PPDA ferme la porte à clé. Elle se souvient : « Je n'ai pas le temps de réagir qu'il est déjà en face de moi, il essaie de m'embrasser, il défait sa ceinture et baisse son pantalon… » Pour éviter un viol, la malheureuse tente une ultime manœuvre qui va la sauver : « Patrick, proteste-t-elle. Tu connais mes relations avec la direction de TF1. » Apeuré, le présentateur remonte son pantalon…


Pire encore : le témoignage de Stéphanie Khayat, journaliste aujourd'hui âgée de 51 ans, qui a commencé sa carrière aux côtés de PPDA en 1994. À l'époque, la jeune femme de 24 ans, qui, souffre d'anorexie, rêve de travailler dans une émission littéraire. Elle contacte donc le journaliste qui vient de lancer Place aux livres sur LCI. La technique d'approche du prédateur sexuel est toujours la même : l'une de ses assistantes l'invite à entrer dans son bureau, à TF1. « PPDA ferme la porte. On échange quelques mots puis il prend un appel […] Je ne l'entends pas s'approcher. Il me retourne brusquement, m'oblige à me baisser et enfonce son sexe dans ma bouche. Je ne suis pas là depuis dix minutes. Ça a été brusque, soudain, rapide. Je pesais 30 kg, j'étais anorexique, il était impossible de ne pas le voir. On n'impose pas une fellation à qui que ce soit mais mettre de force quelque chose dans la bouche d'une anorexique, lui faire avaler du sperme, c'est encore plus violent que violent. »

Mais le plus sordide n'est-il pas de se conduire ainsi avec une jeune femme qui souffrait d'anorexie, la même maladie que sa défunte fi lle Solenn, qui s'est suicidée le 27 janvier 1995 ? Soit un an après ce sordide viol… 

Georges BOISGONTIER

À découvrir

Sur le même thème