France Dimanche > Actualités > Patrick Sébastien : La malédictions’acharne sur lui !

Actualités

Patrick Sébastien : La malédictions’acharne sur lui !

Publié le 10 septembre 2019

Viré de France Télévisions, Patrick Sébastien n’a pas cessé depuis d’être frappé par le sort…

Les coups durs, il en a pris son lot. Que ce soit sur les terrains de rugby du côté de Brive ou tout au long de sa carrière d’amuseur public. Mais avec sa carrure d’ancien troisième ligne et grâce aussi à la ferveur de ses fans, Patrick Sébastien sait encaisser sans jamais rompre. Et le temps qui passe n’a fait que rendre son cuir un peu plus épais, si bien qu’à 65 ans, l’homme semblait pour ainsi dire invulnérable. Pourtant, rien ne pouvait le préparer à subir les assauts du destin qui s’acharne sur lui depuis quelques mois. Une série noire qui aurait de quoi effacer le sourire éclairant d’ordinaire le visage de ce bon vivant.


Cette très mauvaise passe commence en octobre 2018, lorsque Delphine Ernotte, patronne de France Télévisions, pourfendeuse d’« hommes blancs de plus de 50 ans » décide de mettre à son tableau de chasse le Monsieur Loyal de l’émission Le plus grand cabaret du monde. Si, dans l’univers de l’audiovisuel, le prétexte le plus courant pour se débarrasser d’un collaborateur est la baisse de son sacro-saint taux d’audience, la coupeuse de têtes ne pouvait même pas invoquer cet argument pour trancher celle de Patrick. À mots à peine couverts, certains évoquaient la supposée vulgarité du roi de la fête comme seul alibi à sa disgrâce. De là à affirmer que l’une des dernières figures des chaînes publiques avait été victime d’un « délit de sale gueule », il n’y avait qu’un pas, franchi en mai dernier par Philippe Risoli sur les ondes de RTL, quelques jours après les adieux émouvants de son ami lors d’un ultime numéro des Années bonheur

L’injustice d’une telle sanction après vingt-trois ans de bons et loyaux services en aurait abattu plus d’un, et d’aucuns imaginaient déjà Sébastien se morfondre, s’étioler loin des caméras et des projecteurs qui éclairaient sa vie depuis des décennies. Et, comme un mauvais présage, le 18 mai, Patrick apprend la mort de l’une des danseuses du Plus grand cabaret du monde, l’Ukrainienne Alla Klyshta, tuée près de Rust, en Allemagne, par son ex-compagnon. Ce drame allait-il le plonger dans la déprime ? Pas du tout ! Car un tel personnage se relève chaque fois qu’il tombe, comme si les avanies de l’existence lui insufflaient un surcroît d’énergie. La preuve ? 

Tout juste quelques semaines après sa disparition du petit écran, l’interprète du Petit bonhomme en mousse retrouvait ses fidèles pour un seul en scène, Avant que j’oublie. Plus actif que jamais, Patrick enchaînait par l’enregistrement d’un nouvel album au titre de circonstance, Le Sébastien nouveau est arrivé, dans lequel il reprenait, entre autres, Toulouse, l’un des grands classiques de son idole Claude Nougaro. Impatient d’aller à la rencontre de son public lors d’une tournée, ce boulimique de travail envisageait aussi de revenir à ses premières amours, la littérature. Car comme il le rappelait récemment dans les colonnes du Midi libre, le futur imitateur et humoriste a commencé par des études de lettres. Bref, vous l’aurez compris, ce colosse au fort tempérament s’était bien remis de sa brutale éviction des plateaux de télévision.

Hélas, ses malheurs ne faisaient que commencer car, alors que Patrick se trouvait dans le Sud avec son épouse, Nathalie, et sa petite dernière, Lily, le sort a encore frappé. Tandis qu’il goûtait un repos bien mérité, le 3 août, des cambrioleurs ont profité de son absence pour visiter et saccager son appartement à Boulogne, dans la proche banlieue parisienne. Les vacances de l’animateur ont soudain eu un goût très amer, et tous ceux parmi vous ayant connu une telle mésaventure savent combien elle peut s’avérer traumatisante. Car au-delà du préjudice financier, lequel serait estimé en l’occurrence à plusieurs centaines de milliers d’euros, c’est surtout le viol de votre intimité qui vous accable lorsque des inconnus malveillants s’introduisent à votre domicile, s’emparant souvent d’objets, de souvenirs à la valeur plus sentimentale que pécuniaire.

Et comme si cela ne suffisait pas à son malheur, Patrick pleure aujourd’hui un proche parmi ses proches, son complice aussi fidèle que discret depuis des décennies. Un deuil qui le touche au point qu’il a tenu à partager sa douleur avec les fans qui le suivent sur Twitter : « C’est avec une immense tristesse que je viens d’apprendre la disparition de Robert Jaffray, le directeur photo de toutes mes émissions depuis plus de trente ans […] C’était un artiste et un ami. » Souhaitons que cette perte ne sonne pas pour lui comme un coup de grâce et qu’il songe que toutes les séries, aussi noires soient-elles, ont une fin.

Alain MORLAIX

À découvrir