France Dimanche > Actualités > Patrick Sébastien : Une terrible séparation !

Actualités

Patrick Sébastien : Une terrible séparation !

Publié le 25 avril 2014

Dès le mois prochain, l'animateur Patrick Sébastien sait qu'il devra partir sans se retourner... et sans aucun espoir de retour.Dès le mois prochain, l'animateur Patrick Sébastien sait qu'il devra partir sans se retourner... et sans aucun espoir de retour.

Un divorce, une rupture sont toujours douloureux. Surtout après seize ans de rendez-vous réguliers, de rapports sans nuage. Et encore plus si, comme c'est le cas de Patrick Sébastien en ce moment, on ne rêvait que d'une chose : poursuivre la belle aventure, faire en sorte que tout continue comme avant. Mais les forces du destin sont souvent plus puissantes, hélas, que la volonté des hommes...

Une rupture, ce n'est pas forcément quitter quelqu'un, mettre fin à une histoire amoureuse. Ce peut être aussi l'obligation que l'on a brusquement de devoir abandonner tout ce qu'on aimait : un environnement, un paysage, une ville, une maison. En d'autres termes, la rupture peut être synonyme d'exil.

C'est bien cela, l'épreuve à laquelle Patrick s'est trouvé brutalement confronté. À la fin du mois de mai en effet, il devra dire un adieu définitif au décor familier qui était le sien depuis 1998, s'efforcer d'oublier tous les merveilleux souvenirs qui y flottent dans l'atmosphère, fermer la porte derrière lui et partir sans espoir de retour.

->Voir aussi - Patrick Sébastien : Blessé par Francis Cabrel !

Que se passe-t-il donc ? Il se passe que les studios de cinéma et de télévision de Bry-sur-Marne, commune située à une quinzaine de kilomètres à l'est de Paris, s'apprêtent à fermer définitivement leurs portes. Ainsi en a décidé, pour cause de rentabilité, le promoteur brésilien qui vient de les racheter, mettant fin à une fantastique aventure artistique commencée en 1987.

Aussitôt, de nombreuses personnalités se sont mobilisées pour tenter d'éviter l'irrémédiable. De Josiane Balasko à Jean-Pierre Jeunet (qui a tourné là son Long dimanche de fiançailles), en passant par le réalisateur François Ozon ou Gérard Jugnot, ils ont été plus de deux mille à signer la pétition adressée à Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, pour lui demander de sauver ce site mythique. Hélas sans grand espoir : les studios appartiennent en effet à un groupe privé, la vente à un autre groupe privé a déjà été signée ; du coup, on ne voit pas trop ce que l'État pourrait faire.

Parmi les artistes que cette disparition rend à la fois furieux et tristes, le plus touché est peut-être Patrick Sébastien. Touché si profondément que, pour une fois, lui, la « grande gueule », a préféré s'enfermer dans le silence plutôt que de commenter ce qui doit ressembler à un véritable déchirement.

Plaisir

En effet, Patrick est en quelque sorte le patriarche des habitués de Bry-sur-Marne. C'est là qu'il a enregistré, sur le plateau B1 de mille mètres carrés, tous ses Plus grand cabaret du monde, là qu'il a vécu, c'est le cas de le dire, ses Années bonheur.

L'animateur a dit à plusieurs reprises le plaisir qu'il avait, en reprenant régulièrement le chemin de ces studios ; plaisir de se retrouver dans un décor familier, bien sûr, dont il maîtrisait parfaitement aussi bien les avantages que les contraintes ; mais aussi plaisir de travailler avec des artisans du spectacle, tous amoureux de leurs divers métiers et qu'il connaissait chacun par son prénom, depuis le temps.

De belles équipes qui vont être impitoyablement dispersées, qui ne travailleront plus ensemble, sous la houlette de Patrick, afin d'offrir aux téléspectateurs de France 2 ce Grand Cabaret dont ils étaient si fiers.

Souvenirs

Il en reste deux, pourtant, à « mettre en boîte » avant l'été. Dans quelques jours, puis le mois prochain, Patrick Sébastien empruntera donc encore la route de Bry-sur-Marne, pour reprendre possession de son plateau préféré, dont la porte affiche toujours l'avertissement qu'il y a apposé lui-même : « Entrée interdite aux stars, réservée aux artistes ». Mais il lui faudra sans doute prendre sur lui et appeler à la rescousse tout son professionnalisme, pour paraître gai et insouciant alors que ces deux retrouvailles sonneront pour lui comme un glas.

En effet, dès la rentrée, pour enregistrer de nouveaux Cabaret, Patrick devra prendre le chemin de La Plaine Saint-Denis, où se trouve l'ultramoderne Cité du cinéma voulue et construite par Luc Besson. Oh ! Patrick sait fort bien qu'il y trouvera des conditions de travail ultrasophistiquées, beaucoup plus qu'à Bry-sur-Marne, où les studios commençaient à accuser leur « grand âge » !

Mais, quand on a vécu près de vingt ans dans une vieille maison à la campagne, quand on doit y laisser à la fois ses souvenirs et sa jeunesse, c'est une piètre consolation de savoir que, dans l'immeuble moderne où l'on est contraint de déménager, les fenêtres seront mieux isolées et le salon plus clair...

De tout cela, bien sûr, les téléspectateurs ne verront rien et continueront de s'enthousiasmer pour tous les artistes que Patrick Sébastien a toujours été le seul à savoir dénicher pour eux. Mais lui, dans le fond de son cœur, saura qu'une page de sa vie est définitivement tournée.

Didier Balbec

À découvrir