France Dimanche > Actualités > Paul Walker : Emporté par sa passion pour la vitesse !

Actualités

Paul Walker : Emporté par sa passion pour la vitesse !

Publié le 12 septembre 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Enfant, Paul Walker a joué dans des séries avant de connaître la célébrité avec “Fast and Furious”. Un accident de la route le fauche en pleine gloire, à 40 ans…

Féru de voitures de sport, l’acteur avait monté sa propre écurie de course avec son ami Roger Rodas, lui aussi pilote chevronné.

Gueule d’ange, carrure d’athlète, carrière de rêve : au volant de ses Mitsubishi, Nissan Skyline et autres Camaro Yenko, le héros de la saga Fast and Furious a été le digne héritier de James Dean. Comme lui, il aimait la vie, la vitesse ; comme lui, il a été mannequin avant de devenir acteur ; comme lui, il est mort prématurément dans un tragique accident de voiture…

Aîné d’une fratrie de cinq, Paul voit le jour à Glendale, en Californie, le 12 septembre 1973. Son père, Paul William Walker, est un entrepreneur passionné de boxe, sa mère, Cheryl, travaille dans le mannequinat. Avec son réseau, elle n’a aucun mal à imposer la beauté de son petit ange qui, très jeune, apparaît dans de nombreuses publicités. L’enfant, parfaitement à l’aise devant les caméras, est vite enrôlé dans les séries du moment : Les Routes du paradis, Arnold et Willy, Les Feux de l’amour… Mais si Paul a déjà tout d’une star, il n’en prend pas la grosse tête pour autant. Dans sa tribu, adepte du mormonisme, on privilégie le sens de la famille, l’altruisme, le désir de progresser.

La mer l’attire. Fan du commandant Cousteau et surfeur chevronné, il opte après le lycée pour une formation en océanographie. Mais, sur les bancs de l’université, « le vagabond » – comme le surnomment ses amis car il ne tient pas en place – s’ennuie. Alors il revient à ce qu’il sait faire : jouer devant une caméra, où il peut être ni tout à fait le même ni tout à fait un autre. En 1986, il décroche son premier rôle au cinéma dans la comédie d’horreur Monster in the Closet.

À la suite du terrible séisme qui a ravagé Haïti en janvier 2010, il crée sa fondation pour acheminer l’aide d’urgence en cas de catastrophe.

Il lui faudra attendre douze ans avant d’obtenir son passeport pour la gloire grâce au film fantastique Pleasantville, dans lequel il interprète l’un des personnages principaux. Sa prestation est remarquée par le réalisateur Rob Cohen qui, en 2000, lui propose de partager l’affiche avec Joshua Jackson dans The Skulls : Société secrète. Entre-temps, Paul est devenu papa de Meadow, née de sa relation avec Rebecca Soteros. Il est chef de famille, il doit assurer… Et sa bonne étoile veille.

En 2001, Rob Cohen lui propose d’incarner le policier Brian O’Conner dans son projet Fast and Furious. Un rôle sur mesure pour l’acteur, fan de vitesse et de belles carrossées ! Le succès est immédiat. Le film d’action remporte de nombreux prix, dont celui de la meilleure révélation masculine que le jury des Hollywood Film Awards décerne à Paul Walker… Il a 28 ans et un brillant avenir l’attend.

De 2003 à 2013, il va tourner dans les six autres volets de cette saga surdosée en adrénaline. Mais cet éternel curieux a aussi besoin d’explorer de nouveaux horizons. Il s’essaye ainsi au genre historique avec Prisonniers du temps (2003). Deux ans plus tard, sous la houlette de Clint Eastwood, il tourne Mémoires de nos pères. En 2008, on le retrouve à l’affiche du thriller Projet Lazarus… Son temps libre, il le partage entre sa fille, sa nouvelle compagne Jasmine Pilchard-Gosnell et ses activités caritatives.

Cet homme au grand cœur a en effet monté une association, Reach Out Worldwide, destinée à venir en aide aux victimes de catastrophes. En janvier 2010, il se rend ainsi en Haïti afin de porter secours à la population décimée par un puissant séisme. Deux mois plus tard, il s’envole pour le Chili, dévasté par un autre tremblement de terre…

Le 30 novembre 2013, avec l’un de ses amis, Roger Rodas, il revient d’ailleurs d’un gala de charité destiné à soutenir les victimes du typhon Haiyan qui vient de frapper les Philippines. La Porsche, pilotée par Roger – fou comme lui de vitesse et de courses automobiles –, s’encastre à plus de 160 km/heure dans un arbre, tuant son conducteur sur le coup. Paul, lui, périt dans les flammes qui embrasent le véhicule après la collision. Il venait d’avoir 40 ans…

Lili CHABLIS

À découvrir

Sur le même thème