France Dimanche > Actualités > Philippe Bas : Le beau gosse abandonné !

Actualités

Philippe Bas : Le beau gosse abandonné !

Publié le 2 juillet 2020

.photos:bestimage

À 46 ANS, Philippe Bas révèle à quel point il désespère de rencontrer la femme de sa vie.

Avec son doux regard, ses tempes grisonnantes et son sourire de tombeur, on pensait que le héros de Profilage les faisait toutes craquer… Eh bien, pas du tout ! À en croire ses récentes déclarations, c’est d’ailleurs plutôt lui qui serait sur le point de craquer à force d’être… désespérément seul.


Il y a dix ans, il vivait une jolie idylle avec la chanteuse Lorie, rencontrée sur le tournage du téléfilm Un mari de trop. Mais malgré toute la passion qui les unissait, c’est de concert qu’ils annonçaient leur rupture, deux ans plus tard, via les réseaux sociaux.

Puis, en 2016, le comédien confiait à Télé-Loisirs être en couple avec quelqu’un du métier, sans pour autant dévoiler son identité : « Elle est technicienne, c’est un peu comme ma meilleure amie, comme une sœur, une maîtresse… »

Il assurait qu’il était très amoureux, mais que l’anneau qui ne quitte pas son annulaire gauche n’était toutefois « pas une alliance, juste une bague que j’aime beaucoup ». Et depuis… plus rien. À l’écouter, Cupidon semble avoir déserté la sphère de son cœur.

Lassé de ces longs mois de célibat, l’acteur, habituellement assez discret sur sa vie amoureuse, vient étonnamment de se lâcher dans l’émission Ça fait du bien, sur Europe 1. Se désespérant de ne pas trouver l’âme sœur, il s’est carrément inscrit sur l’application de rencontres Tinder, et n’a pas manqué de dévoiler son pseudonyme. « J’ai mis Phil ! » Mais même par ce biais, c’est visiblement loin d’être gagné. « Je rame, vous savez ! confie-t-il aussi. Les gens ne me connaissent pas, mais quand ils prennent un café avec moi, après, c’est fini. »

Anne Roumanoff et ses invités sont alors stupéfaits. Personne dans le studio ne veut croire que ce beau gosse, si sympa et charmant, galère autant pour trouver l’amour. Qu’il doit forcément exister des dizaines de jeunes femmes qui rêvent de le rencontrer… « Mais alors pourquoi elles ne m’appellent pas ? rétorque-t-il. Je n’ai pas leur numéro, moi ! Vous savez, je vis comme un moine, je ne bois pas d’alcool, je reste chez moi – un peu trop d’ailleurs –, et donc, du coup, je ne sais pas tous les gens qui me désirent comme ça. »

Elles, par contre, savent désormais toutes qu’il est un cœur à prendre, et à prendre très vite, car Philippe se désole, lui dont le « but est d’aimer et d’être aimé. [Car] il n’y a que ça qui compte en réalité. » Alors, à bonnes « entendeuses »…

Laura VALMONT

À découvrir