France Dimanche > Actualités > Philippe Bouvard : Ses propres aveux sur son infidélité !

Actualités

Philippe Bouvard : Ses propres aveux sur son infidélité !

Publié le 2 avril 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Marié depuis 67 ans avec Colette, le journaliste Philippe Bouvard confie sans détour n’avoir pas toujours “été un mari exemplaire.”

Philippe Bouvard est un homme heureux. Après 60 ans de tumulte parisien et une immense carrière dans la presse, la radio et la télévision, il coule actuellement des jours heureux dans le sud de la France. Une retraite bien méritée pour le journaliste de 91 ans, qui vit à Cannes, toujours avec sa femme Colette. Ensemble, ils se sont mariés en 1953 et cette dernière a dû supporter pendant toutes ces années le rythme effréné de l’homme de presse. 


Philippe lui reconnaît d'ailleurs une indulgence exemplaire et un soutien indéfectible. Dans les colonnes de Gala, il raconte à ce sujet : "Ma femme est passée en soixante-sept ans du statut de jeune mariée à celui d’arrière-grand-mère de mes arrière-petits-enfants. À la patience qu’il lui a fallu pour me supporter, elle ajoute une mémoire sans faille et une grande capacité à préparer de petits plats. Elle est la reine de la ruche familiale dont je ne suis que le vieux bourdon." 

Les deux retraités forment toujours à ce jour un tandem serein et solide, mais leur couple a néanmoins traversé de nombreux remous. Philippe Bouvard l’avoue lui-même, il n’a pas “été un mari exemplaire, loin de là”. "Je n’ai été qu’un coureur tout juste capable de rattraper les dames qui ne marchaient pas trop vite, ajoute-t-il. Mais finalement, vous voyez, c’est Colette qui a accompagné ma vie." 

Philippe Bouvard, coureur de jupons oui, mais jamais suffisamment épris pour quitter sa femme. C’est ainsi que Colette et lui ont eu deux filles, Dominique née en 1954, et Nathalie née en 1964. L’ex animateur des Grosses Têtes a, par ailleurs, dit de lui qu’il a été “un père absent” mais qu’il a toujours “essayé de transmettre des principes à sa progéniture.” 

"Je ne suis pas un moraliste mais à mes deux filles - qui m’ont donné quatre petits-fils et deux arrière-petits-fils -, j’ai parlé de ce que je connaissais : de la valeur du travail. J’ai insisté là-dessus notamment quand je l’ai trouvé dévalorisé par les trente-cinq heures de madame Aubry", raconte Philippe, avant de poursuivre : “Et puis, j’ai fait passer ce message qu’il n’y avait pas plus beau métier que celui de journaliste. Pour moi, l'humanité se divise en deux : les journalistes et les autres. Parmi mes enfants, l'une a longtemps eu une carte de presse et l'autre est devenue publicitaire." 

Si Philippe Bouvard peut se féliciter d’avoir transmis sa passion pour le journalisme à ses filles, il peut également compter sur les épaules solides de Colette, toujours présente malgré ses frasques. Bien conscient de sa chance, le nonagénaire conclura ainsi : "A certains moments, le fait qu’elle ne fasse pas partie de mes groupies m’a déçu. Mais je m’en suis accommodé, parce qu’avec le temps les groupies se sont éloignées et elle est toujours là." Une jolie déclaration d’amour finalement.  

Andréa Meyer

À découvrir

Sur le même thème