France Dimanche > Actualités > Philippe Poutou : Convoqué par la police !

Actualités

Philippe Poutou : Convoqué par la police !

Publié le 8 mars 2022

.photos:patrick-bernard-/-bestimage

C’est officiel, Philippe Poutou fait partie des douze prétendants à l’Elysée. Sa candidature a été validée hier par le Conseil constitutionnel mais l’heure n’est pas à la célébration. Le représentant du Nouveau parti anticapitaliste a des ennuis avec la police et devra être entendu par les enquêteurs…

Hier, lundi 7 mars, le Conseil constitutionnel a validé la candidature, pour le scrutin présidentiel, de Philippe Poutou, le représentant du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA). Les élections se tiendront les 10 et 24 avril prochains et nous retrouverons douze prétendants à l’Élysée. Poutou a pu présenter 596 signatures d’élus sur le 500 minimum qui devaient être réunies. Elles devaient provenir d’au moins trente départements et ne pas se concentrer à plus de 10 % sur le même territoire. Le candidat a surtout marqué les esprits avec son franc-parler et son sens de la répartie lors de l’élection présidentielle de 2017 où il avait finalement remporté 1,09 % des suffrages.


Sauf que l’heure n’était pas à la célébration pour la candidat du NPA… On apprenait hier qu’une enquête a été ouverte pour ses déclarations d’octobre dernier sur « la police (qui) tue ».  Le parquet de Paris a d'ailleurs confirmé, dans la foulée, avoir ouvert une enquête le 8 novembre dernier. C’est dans un communiqué, diffusé hier sur Twitter, que le NPA a annoncé que son candidat « a en effet récemment reçu une convocation pour être auditionné par la police (mardi) dans le cadre d’une enquête pour ‘injure publique envers une administration publique’ ».

Sa convocation prévue ce mardi devant les enquêteurs a cela dit été repoussée sine die pour cause d’élection présidentielle. On pouvait lire sur le réseau social à l’oiseau bleu : «  Le ministre de l’Intérieur  Gérald Darmanin semble donc avoir mis ses menaces à exécution, lui qui avait annoncé porter plainte contre Philippe Poutou après que celui-ci eut dénoncé les violences et crimes policiers ». Selon la convocation à la Brigade de la répression de la délinquance contre la personne (BRDP) diffusée par Philippe Poutou, sur Twitter et datée du 4 février, il était convoqué en qualité de « suspect », sous le régime de l’audition libre, pour des déclarations datant précisément du 13 octobre 2021.

En effet, le candidat du NPA avait déclaré : « La police tue, évidemment la police tue. Steve à Nantes, à Marseille pendant une manif des Gilets jaunes, une dame qui fermait ses volets, Rémi Fraisse il y a quelques années… Il faudrait voir les chiffres précisément mais dans les quartiers populaires, c’est une quinzaine de jeunes qui sont tués par la police annuellement ». Gérald Darmanin avait annoncé, en réponse à ces propos « insultants » et « indignes », avoir déposé une plainte pour injure publique. Affaire à suivre…

Kahina Boudjidj

À découvrir