France Dimanche > Actualités > Pierre Arditi : Dévoré par le jeu !

Actualités

Pierre Arditi : Dévoré par le jeu !

Publié le 28 décembre 2019

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Pierre Arditi

Complètement dépendant au jeux, Pierre Arditi a vécu une véritable descente aux enfers.

Cette addiction aussi redoutable que celle à la drogue ou à l’alcool qui entraîne les accros au jeu dans une spirale infernale qui semble sans fin, Pierre Arditi ne la connaît que trop bien. Élevé dans un milieu modeste, l’acteur a toujours eu un rapport compliqué à l’argent. De peur de manquer sans doute, il lui en faut constamment davantage…

Un jour, des copains l’entraînent dans un cercle de jeu parisien, près de l’Opéra. Fasciné, Pierre s’y sent vite parfaitement à l’aise. Et, comme c’est souvent le cas le premier soir, il gagne. Du coup, il y revient, seul cette fois. Pour lui, rien ne sert de jouer « petits bras ». Il adopte bien vite un principe : « Miser gros pour gagner gros. »

Un raisonnement que semblent d’ailleurs partager les autres joueurs. Sauf qu’à miser gros, on risque de perdre gros ! Et l’acteur va vite en faire la pénible expérience. « J’ai commencé à inventer des excuses bidon pour ne plus aller travailler et retourner jouer en espérant me refaire », se souvient-il dans Gala. Mais il perd encore et encore, jusqu’à devoir emprunter beaucoup d’argent.

Au bout d’un moment, il est tellement endetté qu’il imite la signature de certains proches afin d’obtenir des prêts. Devenu complètement accro, il continue pourtant à se voiler la face et espère remonter la pente en misant des sommes toujours plus importantes.


Sa famille ne comprend pas pourquoi, à la maison, il n’y a jamais un sou… Eh bien, c’est tout simplement parce que Pierre a tout flambé au jeu ! Jusqu’au jour où il éprouve une terrible honte : « Un soir, j’ai perdu l’argent des vacances, confie-t-il. Mon épouse et mon fils m’attendaient pour partir le matin même. En quittant le cercle, il me restait cinquante balles. »

Pris de remords, il décide de récupérer coûte que coûte la somme qui venait de s’envoler en fumée. « Afin qu’ils puissent quand même partir, je suis entré dans une cabine téléphonique où, entre 5 heures et 7 heures du matin, j’ai passé des coups de fil pour récupérer cet argent. » Ceux à qui il quémande des sous en inventant des scénarios rocambolesques pensent alors qu’il se drogue. 

Une fois chez lui, il s’enferme dans la salle de bains et se regarde dans la glace. Il se voit « défiguré, défait, croulant ». « Je me suis dit : “Mon pote, il y a deux écoles, tu te tires une balle ou tu arrêtes tout et tu rembourses.” » Il choisit la seconde solution, mais il mettra dix ans à éponger ses dettes.

Fort heureusement, cette triste histoire remonte à plus de quarante ans, à l’époque où le comédien est marié à l’actrice Florence Giorgetti avec laquelle il a eu un garçon, Frédéric. Aujourd’hui, les salles de jeux ne sont plus, pour l’acteur de 74 ans, qu’un mauvais souvenir… Et c’est tant mieux !

Valérie EDMOND

À découvrir