France Dimanche > Actualités > Pierre Douglas : Il doit tout à Thierry Le Luron !

Actualités

Pierre Douglas : Il doit tout à Thierry Le Luron !

Publié le 15 mars 2019

Après l’avoir vu parodier Georges Marchais, Thierry Le Luron a convaincu Pierre Douglas d’abandonner le journalisme pour la scène.

Personne ne niera que cet ancien journaliste a le goût du risque. À 36 ans, alors qu’il suivait la voie royale d’un professionnel de l’information, avec au bout la présentation du JT de 20 heures sur TF1, il devient artiste. Une décision qu’il doit à sa rencontre avec Thierry Le Luron, le 14 juillet 1977.

Pierre Douglas travaillait au service politique de la Une et couvrait le gala de l’humoriste à Tinchebray. À l’issue du spectacle, il devait interviewer l’imitateur et l’attendait, avec ses confrères, dans le hall du théâtre. Pour passer le temps, le journaliste s’était mis à imiter Georges Marchais et tout le monde riait aux éclats, y compris la star arrivée sur ces entrefaites qui l’a applaudi et lui a dit : « Vous êtes formidable ! Il faut que vous montiez sur scène ! J’ai débuté au Don Camilo : vous ferez comme moi ! »C’est ainsi qu’est né leur duo : Thierry imitant Giscard et Pierre jouant la doublure de Marchais.

Humble, il reconnaît n’avoir que trois voix à son répertoire : le défunt patron du Parti communiste français, Léon Zitrone, dont il fut le « nègre », et François Mitterrand dont il fut le chauffeur de salle pendant sa campagne de 1981. 

Ce dernier était aussi l’un de ses plus grands fans. Il invitait l’ex-journaliste à sa table et, au moment du dessert, lui demandait d’imiter Georges Marchais. « Je lui tendais la main et lui demandais en empruntant la voix de Marchais : “François ! Passe-moi le sel !” Il pleurait de rire et disait, entre deux larmes : “Il le fait bien, n’est-ce pas ?” »


À 77 ans, Pierre ne regrette pas un seul instant d’avoir opté pour une vie de saltimbanque. Et le public du théâtre du Gymnase à Paris où il triomphe tous les soirs dans Ça reste entre nous, donnant la réplique à Michèle Garcia (la bourgeoise de la série Nos chers voisins  sur TF1), Isabelle de Botton et Bruno Chapelle. En pleine forme, celui qui continue de faire du vélo et de jouer au tennis, ne veut pas entendre parler de retraite : « Je m’amuse trop ! » nous a-t-il confié.

Et son plaisir est d’autant plus grand qu’il revient de loin, après son grave accident de scooter survenu en 2001 : « J’ai été renversé par un camion sur l’A4, ce qui m’a valu une fracture à l’épaule, mais je ne me souviens plus de rien : j’ai immédiatement perdu connaissance et suis resté dans le coma de 13 h 30 à 16 heures. C’est arrivé un jour où mon épouse, médecin anesthésiste, était de permanence à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil. »

Quand Pierre a repris connaissance, sa femme et ses enfants lui ont fait promettre de ne plus circuler à scooter : « Depuis, je prends les transports en commun. L’avantage, c’est que cela me donne le loisir de lire la presse. »

Journaliste un jour, journaliste toujours…

Dominique PRÉHU

À découvrir