France Dimanche > Actualités > Pierre-Jean Chalençon : “Le monde de la télévision est un monde de hyènes !”

Actualités

Pierre-Jean Chalençon : “Le monde de la télévision est un monde de hyènes !”

Publié le 24 juin 2022

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Pierre-Jean Chalençon est un homme haut en couleur. S'il a quitté le petit écran au profit de projets personnels, l’idée de retrouver la télévision n’a jamais vraiment disparu...

France Dimanche : Après une année faite de polémiques, comment allez-vous ? 

Pierre-Jean Chalençon : Vous savez, je suis un insubmersible. Je crois que je me suis un peu égaré avec Affaire Conclue. Le monde de la télévision est un monde de hyènes. C’est vrai que je m’en suis pris plein la gueule, c’était méchant et injustifié, mais quand on est heureux, on est souvent jalousé. Je suis sans doute quelqu’un de trop heureux. 

France Dimanche : Il n’y aura donc pas de réconciliation en vue avec Caroline Margeridon ? 

PJC : Cette femme est folle ! Elle me doit beaucoup. Sans moi, Caroline Margeridon n’est rien. Elle est la méchanceté même, il faudrait qu’elle s’envoie en l’air un peu plus souvent, je pense. J’ai été suffisamment gentil, j’ai fermé ma gueule, maintenant ça suffit.  

France Dimanche : Vous sentez-vous le bouc émissaire de la télévision ? 

PJC : Je pense que je suis un peu le dernier trublion du PAF, celui qui dit tout haut ce que les autres pensent tout bas, cela ne plaît pas toujours. Avant la télé, je ne demandais rien à personne. Je suis devenu le mec que toute la télévision s’arrachait. Ils ont créé un monstre, ils devront désormais faire avec !  

France Dimanche : À propos des obsèques de Régine, comment avez-vous vécu le fait d’être écarté ? 

PJC : C’est encore une fois Caroline Margeridon qui a été raconter des horreurs avec une de ses copines héritières en manque de notoriété. Elles ont dit des saloperies à mon égard. Si j’avais voulu aller aux obsèques de Régine, j’y serai allé sans aucun problème. Simplement je n’étais pas là, j’étais en Egypte. Quant à Régine, ça a été une femme extraordinaire, que j’ai adorée. On s’était disputés, c’est vrai, mais une de ses meilleures amies m’a encore dit qu’avant sa mort, elle lui avait confié qu’elle m’aimait beaucoup ! 

France Dimanche : Vous fêtez votre anniversaire le 29 juin au cabaret Oh ! César Paris. Que réserve cette soirée ? 

PJC : Depuis 2-3 ans, on ne fait plus le fête à Paris alors je me suis dit que j’allais appeler tous mes copains. Il y aura Sabine Paturel, Jean-Pierre Savelli, Richard Dewitte, Richard Sanderson, Tex, tout ce petit monde réuni pour une incroyable soirée. L’idée, c’est simplement de faire la fête tous ensemble. 

France Dimanche : Le public est également convié ? 

PJC : Je me suis dit : ‘On ne va pas toujours rincer les mêmes !’ donc évidemment c’est ouvert au public. On a prévu un diner spectacle avec entrée, plat, dessert et boissons pour 100€. Qu’on ne vienne pas me dire que je fais des diners à 5000 balles parce qu’en plus, s’il y a un petit reliquat, ce sera versé à une association. Ça va être un peu années 80, avec un menu Corse, on va bien s’amuser. 

France Dimanche : On vous a beaucoup reproché vos soirées au Palais Vivienne pendant le confinement justement. C’est un peu votre revanche ? 

PJC : On n'arrête pas de me critiquer en disant ‘Ah Pierre-Jean Chalençon, l’ancien acheteur, l’homme qui a organisé des diners clandestins’. Les gens n’ont que ça à la bouche. En attendant je n’ai jamais rien organisé, et deuxièmement j’ai totalement été blanchi par la justice. Donc il faudrait commencer par fermer sa gueule, il y a des gens qui ont fait pire que moi. Je me suis simplement dit : “Merde, tant qu’à faire, autant faire une grande soirée comme ça on pourra dire : Pierre-Jean Chalençon, roi de la fête !” 

France Dimanche : Avez-vous d’autres projets en vue ? 

PJC : Beaucoup ! Déjà deux projets télé. Je voudrais lancer une émission sur le palais Vivienne et puis une autre de variété d’après-midi. Je suis encore plus variété qu’avant puisque je suis moi-même maintenant chanteur, j’ai sorti Donne-moi ton QR Code, cet été on va cartonner avec Le Chalenslow. Je prépare un livre avec Michel Lafon pour la fin de l’année dans lequel je fais un point sur toutes les péripéties qui se sont écoulées. Et puis une grande exposition à la chapelle des Jésuites à Saint Omer du 18 juin au 25 septembre, avec 250 pièces de ma collection sur Napoléon, c’est la plus grande exposition de France réalisée depuis trente ans. 

Andréa Meyer

À découvrir