France Dimanche > Actualités > Pierre Ménès : En sursis ?

Actualités

Pierre Ménès : En sursis ?

Publié le 12 décembre 2018

Deux ans après avoir survécu à la maladie du soda, le journaliste sportif Pierre Ménès se confie sur les conséquences de sa maladie…

« Quand j’ai été greffé, j’étais à trois jours de la mort », confie Pierre Ménès sur le plateau de Sud Radio cette semaine. Il y a deux ans, le chroniqueur du « Canal Football Club » a survécu in extremis à un terrible fléau : la maladie du soda.

Aussi appelée Nash, cette maladie s’attaque au foie. Sans que le patient ou le médecin ne puisse la détecter, elle se développe et détruit progressivement cet organe. Six millions de Français en souffrent. L’homme de 55 ans a carrément failli y laisser la vie.

Pour contrer la mort, l’ancien chroniqueur a donc eu recours à une double-greffe du foie et du rein le 12 décembre 2016. Une opération miracle qui lui a permis d’avoir la vie sauve. « Quand je suis monté au bloc opératoire, les chirurgiens étaient très inquiets. C’est pour ça qu’ils étaient si contents quand je me suis réveillé », nous éclaire-t-il, la voix tremblante, sur l’antenne de nos confrères.


Depuis cette date bénite pourtant, Pierre a la terrible sensation de vivre « en sursis ». La raison ? Avant que les médecins ne lui apprennent qu’un donneur avait été trouvé, le mari de Mélissa Acosta s’était résolu à mourir. « J’attendais la mort tranquillement », confiait-il sur le plateau de Anne-Elisabeth Lemoine en 2017.

S’il a aujourd’hui le sentiment « de faire du rab », Pierre Ménès promet une chose : il est « heureux ». Selon lui, c’est la meilleure manière de remercier la famille du donateur qui lui a offert une seconde chance. 

Estelle LAURE

À découvrir