France Dimanche > Actualités > Pierre Niney : Un pompier lui a sauvé la vie !

Actualités

Pierre Niney : Un pompier lui a sauvé la vie !

Publié le 30 décembre 2018

Quand il avait 11 ans, Pierre Niney a fait une grave chute à snowboard et est tombé sur le dos !

Il y a des rôles plus marquants que d’autres. Et pour les porter, des comédiens qui semblent plus sensibles que d’autres. Pierre Niney, que le grand public a vraiment découvert grâce au magnifique film Yves Saint Laurent, de Jalil Lespert, sorti en 2014, dans lequel il incarnait avec beaucoup de justesse le grand couturier, fait partie de ces acteurs exceptionnels.

Aujourd’hui, il crève l’écran dans un nouveau long-métrage, Sauver ou périr, de Frédéric Tellier, qui vient de sortir. Pierre Niney y incarne Franck, un pompier de Paris, dont on découvre le quotidien incroyablement dur et stressant, reflet très proche de ce que vivent vraiment ces soldats du feu. Car cette histoire est inspirée de faits réels, et le metteur en scène a choisi de présenter au public une œuvre que l’on pourrait prendre pour un documentaire.

Niney y joue donc l’un de ces hommes exemplaires, capables de donner leur vie pour sauver celle des autres. Un garçon qui, depuis l’âge de 18 ans, le cœur débordant d’amour pour ses semblables, est prêt à se jeter dans un brasier pour se sentir utile. Mais un jour, lors d’une intervention, il est happé et dévoré par les flammes… Son visage et une partie de son corps sont gravement brûlés. En un instant, son existence bascule et ne tient plus qu’à un fil, très fragile, très ténu.

Le véritable sujet du film est là, dans le long et impressionnant chemin que le soldat du feu va devoir accomplir pour revenir parmi les vivants. Pour devenir le jeune père que sa compagne a fait de lui, en accouchant de jumelles. Peu à peu, grâce à l’amour de ses proches, grâce à cet instinct de vie que ceux qui l’aiment essaient de ranimer, il va pouvoir se retrouver.

« Sauver ou périr est un scénario qui m’a bouleversé, c’est inspiré d’une histoire vraie, sur la force de l’empathie, de l’espoir, de la résilience, c’est tout ça qui m’a dit : j’y vais à fond », a-t-il expliqué sur le plateau du 20 heures de TF1, dimanche 25 novembre. Et quand Pierre Niney dit qu’il y est allé « à fond », il ne ment pas. Pour parvenir à se mettre vraiment dans la peau de son personnage, à être crédible, il a passé quatre mois en totale immersion à la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Et il n’est pas resté dans la caserne à observer les allées et venues. Il est allé sur les lieux des drames, s’est retrouvé dans la chambre d’un jeune suicidé, après un appel désespéré de sa mère. « Quand on est parti en pleine nuit d’une caserne avec eux pour sauver quelqu’un d’une overdose, d’une tentative de suicide ou d’un accident de deux-roues… la vie, elle n’est plus la même une fois qu’on a vu ça », a-t-il confié au média en ligne Brut.

Et pour ressembler à ces héros anonymes, il a aussi transformé son corps, sans la moindre hésitation. Il a d’abord pris 10 kg de muscles ! Un défi qui l’a conduit à passer le très difficile exercice de « la planche » ! Qui n’est évidemment pas le fait se laisser flotter sur l’eau… « C’est une épreuve très symbolique et magnifique, que les pompiers doivent passer chaque jour pour aller prendre leur service : une planche, à 2,40 m du sol. Il faut se hisser à la force des bras, donc ça demande un peu de technique. Moi, ça m’a pris un peu de temps pour comprendre vraiment comment on faisait, mais ça faisait partie du challenge technique du film », a-t-il expliqué à Anne-Claire Coudray sur TF1. Mais après avoir pris du poids, l’acteur a rapidement dû le perdre, puisqu’il incarne aussi un homme blessé, alité, qui ne peut plus se mouvoir. Une nouvelle prouesse qu’il a accomplie en se nourrissant presque uniquement de jus de fruits.

Et si l’acteur arrive à incarner si parfaitement son personnage et a accepté de se jeter à corps perdu dans cette aventure, c’est peut-être parce qu’un jour il a été sauvé par un de ces hommes formidables. Il en a fait la révélation dans les colonnes de notre confrère Gala. « J’ai un souvenir très marquant lié aux pompiers, a-t-il raconté. J’avais 11 ans, et ils m’ont secouru après une chute à snowboard. Je m’étais fait très mal au dos… J’étais entièrement paralysé et, pendant quatre heures, je ne savais pas si j’allais pouvoir marcher à nouveau ! Ma mère était paniquée. Mais tout s’était bien terminé grâce aux pompiers. »

Un aveu qui explique, au moins en partie, le choix qu’a fait le comédien d’accepter ce défi à la fois très physique et dur psychologiquement. Rendre hommage à ceux qui, chaque jour, risquent leur peau, se sacrifient pour que d’autres puissent continuer leur route, était sans doute une de ses motivations profondes.

Et puis, il y a aussi la foi en l’existence qui anime Pierre Niney, ce à quoi il croit et avait envie de partager : la possibilité de continuer à vivre, même après avoir connu le pire. C’est ce qu’il a expliqué sur le plateau de TF1 : « Si on a eu un accident, petit ou grand, peu importe, une épreuve à surmonter dans la vie – on en a tous eu et on en aura tous –, comment on trouve la force, en soi-même, dans l’amour, dans les gens qui nous entourent, de continuer à vivre, de se reconstruire, de se réinventer. » 

Ce sont ces valeurs que le comédien a eu envie de montrer, de défendre. Des valeurs qui nous touchent tous autant que nous sommes et qui nous invitent à espérer, et à croire, encore et encore, malgré tout, en l’homme.

Laurence PARIS

À découvrir