France Dimanche > Actualités > Pierre Perret : Il déclare la guerre aux intégristes !

Actualités

Pierre Perret : Il déclare la guerre aux intégristes !

Publié le 5 novembre 2010

Après avoir demandé qu'on ouvre la cage aux oiseaux, Pierre Perret veut libérer les musulmanes de la bourka* avec sa dernière chanson, "La femme grillagée".Après avoir demandé qu'on ouvre la cage aux oiseaux, Pierre Perret veut libérer les musulmanes de la bourka* avec sa dernière chanson, "La femme grillagée".

Une tignasse bouclée, devenue plus sel que poivre, un regard mélancolique, un sourire jovial et, au milieu du menton, cette fossette malicieuse. Depuis ses débuts, il y a près de cinquante-cinq ans, l'irrésistible Pierre Perret, à la gouaille inimitable et à l'humour canaille, s'est toujours plu à croquer les petits bonheurs et les grands maux de société.

Tour à tour tendre et engagé, ce polisson de la chanson française est connu et aimé pour aborder tous les sujets, qu'ils soient légers ou graves, sans tabou ni censure. Le zizi, en son temps, lui avait déjà valu des critiques acerbes des bien-pensants. La petite Kurde, qui traite des absurdités de la guerre, ou encore Lily et La bête est revenue, invitations à combattre le racisme, démontrent aussi que cet artiste n'a pas peur de se faire des ennemis.

Cet amoureux des belles-lettres se déclare ravi que ses textes soient étudiés aux épreuves du bac, et tant pis si, parfois, ceux-ci dérangent. « Je suis bien dans mes pompes, a-t-il confié au Journal du dimanche, je suis resté un mec libre d'écrire sur tous les sujets, même ceux qui font mal. »

->Voir aussi - Pierre Perret : Trahi par le film tiré de son roman !

Et ne comptez pas sur les années qui passent pour que le poète tendrement provocateur s'assagisse, car « avec l'âge, déclare-t-il, toujours au JDD, on devient plus féroce et intolérant face à la connerie. » Aujourd'hui d'ailleurs, alors qu'il a fêté ses 76 printemps, le 9 juillet dernier, Pierre Perret sort un nouvel album choc qui n'a pas fini de faire couler de l'encre.

Intitulée La femme grillagée, cette chanson coup de poing, qui est aussi le titre de son dernier opus, est une attaque cinglante contre le sort réservé aux femmes portant la bourka. Un thème sensible qui semble lui tenir à cœur car en 2003 déjà, en pleine polémique sur le port du voile dans les écoles, Pierre s'indignait déjà dans France-Soir : « C'est la régression du bon sens. On n'accepte pas des jeunes en bonne sœur, en curé ou avec une kippa !»

Indignation

Sept ans plus tard, il va encore plus loin dans son indignation, au risque de déplaire, de choquer, voire de s'attirer de violentes représailles. Car, en s'attaquant à un sujet aussi délicat, le chanteur sait d'avance ce à quoi il s'expose. Mais peu lui importe : Pierre n'a jamais pratiqué le politiquement correct. Non, il chante les choses comme il les ressent au plus profond de son cœur, avec sincérité.

Il écrit : « Quand la femme est grillagée, toutes les femmes sont outragées / Les hommes les ont rejetées dans l'obscurité » Puis, il poursuit : « Elle ne prend jamais la parole en public, ce n'est pas son rôle / Elle est craintive, elle est soumise / Pas question de lui faire la bise / On lui a appris à se soumettre, à ne pas contrarier son maître / Elle n'a droit qu'à quelques murmures, les yeux baissés sur sa couture ». Avant de poursuivre par ces paroles : « Jusqu'aux pieds sa bourka austère, est garante de sa décence / Elle prévient la concupiscence des hommes auxquels elle pourrait plaire / Un regard jugé impudique serait mortel pour la captive / Elle pourrait finir brûlée vive, lapidée en place publique. »

Alors que la sortie de ce dernier album est prévue pour le 16 novembre prochain, il interprétera sa nouvelle chanson le 13, à l'occasion du grand retour de Champs-Élysées, sur France 2. Ce soir-là, Pierre chantera en direct de l'émission présentée par Michel Drucker, avec tous les dangers que cela implique... Personne ne l'empêchera de se battre contre les injustices et de lutter contre les ségrégations. « Et même si c'est un combat à la don Quichotte, a-t-il confié dans Télé Star, je ne m'arrêterai jamais ...»

* Ou burqa. Nous avons respecté l'orthographe choisie par Pierre Perret.

Pierre Perret ne serait pas le premier à subir les foudres des extrémistes islamistes. D'autres avant lui ont bien failli payer de leur vie leur liberté d'expression !

Personne n'a oublié le sort promis à Salman Rushdie , écrivain anglo-indien et auteur des Versets sataniques, sortis en 1988. À l'époque, dans une fatwa, l'ayatollah Khomeini, chef religieux et maître de l'Iran, avait invité tout musulman à liquider le romancier dont l'ouvrage portait atteinte à leur foi.

La même année Véronique Sanson sort l'album Moi le venin, dans lequel figure le titre Allah, très vite censuré par les médias. Si l'artiste souhaitait délivrer un message pacifique, sa chanson, dans le contexte tendu de l'affaire Rushdie, lui vaut des menaces de mort. Véronique craint alors pour sa sécurité, au point d'être mise sous protection rapprochée, lorsqu'elle se produit à l'Olympia l'année suivante. Scène sur laquelle elle renoncera à interpréter son tube.

Philippe Val, alors patron de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, a été traduit devant la justice pour avoir diffusé certaines des douze caricatures publiées le 30 septembre 2005, dans le journal danois, le Jyllands-Posten, notamment celle mettant en scène Mahomet, prophète fondateur de la religion musulmane.

En 2007, Enrico Macias renonce à un retour sur sa terre natale, l'Algérie, des fanatiques menaçant de le tuer. En avril 2009, à la suite d'une campagne haineuse de la chaîne du hezbollah, Al-Manar, Gad Elmaleh annule sa tournée au Liban.

Harry Roselmack s'est récemment vu, lui aussi, menacé de mort pour avoir consacré un numéro de En immersion, sur TF 1, aux fondamentalistes musulmans. Le journaliste a été accusé d'inciter à la haine raciale et de pratiquer un amalgame dangereux entre la religion musulmane et les extrémistes salafistes.

On l'aura donc compris, à trop toucher à ces sujets très chauds, l'on risque de se brûler les ailes.

Claude Leblanc

À découvrir

Sur le même thème