France Dimanche > Actualités > PPDA : Hors la loi

Actualités

PPDA : Hors la loi

Publié le 24 août 2007

Patrick Poivre d'Arvor (PPDA), le plus célèbre de nos présentateurs du journal télévisé, a passé du bon temps, chez lui, dans les Côtes d'Armor.

C'est bientôt la fin des vacances. Dans quelques jours, la plupart des Français vont reprendre leurs postes de travail, bronzés et surtout bien reposés. C'est pareil pour PPDA.

Il vient de les passer chez lui, plus précisément dans le petit village de Trégastel, à 12 km de Lannion. Et c'est au bord d'un lac qu'est située sa ravissante petite maison de pêcheur, sur un terrain où les hortensias inondent un jardin sculpté artistiquement.

Mais le « clou » de cette propriété, c'est certainement la cabane qu'il s'est fait construire... dans un arbre ! Un rêve d'enfant qui a pris forme il y a bientôt deux ans. Solidement perché à 13 m du sol, dans un des cyprès, Patrick y a une vue imprenable sur la mer et la ville de Trégastel.

->Voir aussi - PPDA : Au secours de son fils

Cette cabane est en quelque sorte le refuge où il peut se livrer à sa grande passion : l'écriture. Et voilà que, brusquement, le havre de paix de PPDA s'est transformé en motif de guerre ! Au point que, aujourd'hui, Trégastel est littéralement coupé en deux à cause de la malheureuse cabane, qui n'en demandait pas tant !

D'abord, il y a les défenseurs de Patrick, pour qui on doit laisser leur « grand homme » en paix. « Je trouve que PPDA ne mérite pas qu'on l'ennuie comme ça car il fait tellement pour la Bretagne, regrette Jean-Marc, un riverain. C'est une sacrée publicité de l'avoir comme habitant à Trégastel ! »

De l'autre côté, il y a une association de protection de la nature, « Sites et patrimoine » ( anciennement « Comité de défense des sites de Trégastel »), qui a carrément décidé d'attaquer Patrick Poivre d'Arvor devant les tribunaux ! Pour quelle raison ? Il y en a, en fait, plusieurs...

Tout d'abord, une question se pose : avait-il le droit de bâtir un tel habitacle à cet endroit ? La loi dit qu'en dessous de 20 m 20, il n'est pas besoin de demander un permis de construire, seule une autorisation de la mairie suffit. Or la cabane augmentée de sa terrasse ne dépasserait pas 17 m 2.

Qu'en pense Patrick Laporte, le président de l'association « Trégastel Demain », qui lutte pour améliorer la condition de ses habitants et de ses habitués ? « Ça pourrait peut-être gêner les aigrettes, une espèce d'oiseaux protégée de la région. Mais bon, ça m'étonnerait beaucoup. Je sais juste que la législation est un peu vague quant à la construction de ce genre de maisonnette dans un site classé comme celui-là. »

Faux problème

Allons voir ce qu'en pense le voisin le plus proche, M. Batellier, expert honoraire auprès des tribunaux : « En fait, il existe un faux problème. Patrick a fait construire sans demander de permis. Pour une raison simple : c'est qu'il n'existe aucune loi concernant une construction au-dessus du sol !» « J'ai entendu parler d'une association qui protestait contre la cabane de PPDA, nous a confié une bénévole de la bibliothèque municipale. Apparemment, il existerait un vide juridique ...»

Amand Le Ray, président de « Sites et patrimoine », a décidé de réagir. « Une affaire est effectivement en cours, nous confirme-t-il au téléphone. C'est pourquoi je préfère ne pas trop en parler jusqu'à ce qu'une décision soit prise au tribunal. La seule chose que je peux vous conseiller, c'est de consulter l'article 146-6 du code de l'urbanisme ...»

L'article en question explique que des aménagements légers peuvent être implantés dans des sites et paysages remarquables du littoral, lorsqu'ils sont nécessaires à leur gestion, à leur mise en valeur notamment économique ou, le cas échéant, à leur ouverture au public. Ce qui ne semble en effet pas être le cas de cette cabane. C'est donc bien un vent mauvais qui souffle sur le refuge de PPDA...

Jean Joyon

À découvrir

Sur le même thème