France Dimanche > Actualités > PPDA : Il a voulu faire un enfant à la compagne de son frère !

Actualités

PPDA : Il a voulu faire un enfant à la compagne de son frère !

Publié le 16 août 2013

Quand il a appris qu'Olivier était stérile, le journaliste PPDA, qui a été sept fois papa, a accepté de lui donner un bébé et de devenir ainsi à la fois oncle et père

Avoir un enfant, le guider dans ses jeunes années, le voir grandir et l'aimer... Tel est le programme, qui semble si simple, d'un bonheur quotidien qui remplit une existence. Mais que se passe-t-il quand cet espoir si fort est cruellement déçu ? Cela ressemble à un cauchemar sans doute, comme celui qu'a vécu Olivier Poivre d'Arvor, le frère du célèbre journaliste PPDA.

Pourtant, jusqu'à la cinquantaine, cet homme n'avait jamais ressenti le besoin d'avoir une descendance. C'était même plutôt le contraire. Heureux de jouir de sa liberté sentimentale et sexuelle, il s'était attaché à son indépendance. Son travail - il est directeur de France Culture -, l'écriture de ses livres, sa curiosité, ses nombreuses conquêtes aussi, avaient suffi à son épanouissement.

Peut-être le cap symbolique des 50 ans a-t-il été le déclencheur secret de cette révélation : lui aussi voulait devenir père. Mais alors que cette évidence aurait dû le ravir, il a eu le terrible choc de découvrir qu'il était stérile ! Il faut sans doute beaucoup de courage pour avouer cette « tare, ce handicap », selon ses propres mots, dans un ouvrage bouleversant qui sortira à la fin du mois chez Grasset.

« C'est perçu comme une forme d'impuissance sociale », a-t-il confié au Figaro. Il lui aura aussi fallu de l'humilité pour affronter les regards de ceux qui allaient découvrir la terrible vérité.

->Voir aussi - PPDA : Il n'est plus à la fête !

À commencer par son frère ! Car Olivier est le cadet, le petit, celui qui n'a pas réussi comme son aîné. « Plus grand, plus beau, plus intelligent », écrit-il dans son livre, en observateur impartial d'une situation qui a dû longtemps le faire souffrir. Mais l'aîné est aussi et surtout « plus fertile » !

L'ancienne star de TF1 a eu son premier enfant lorsqu'il avait seulement 16 ans, et si, comme on le sait, il a eu la douleur de perdre trois enfants, il a été père sept fois... Aussi, quand Olivier réfléchit aux possibilités qui s'ouvrent à lui après avoir découvert sa stérilité, une solution évidente s'impose : il va proposer à son grand frère un pacte incroyable.

Un arrangement qui devrait mettre fin à sa détresse et lui permettre d'exaucer son vœu le plus cher : lui demander d'être le père de son enfant !

Revirement

Si Patrick accepte cette proposition, Olivier pourra « conserver une filiation biologique », explique-t-il. Leurs liens, si forts, leur proximité intellectuelle et affective, justifient cette demande.

Olivier connaît une « très jolie fille » de 30 ans à qui il est lié, Messaouda. Si l'on en croit l'auteur, elle « rêvait de se faire faire un enfant par un type connu, plus âgé qu'elle, capable de reconnaître le bébé et de subvenir en partie à ses besoins ». Si, dans un premier temps, Olivier pense être cet homme, il doit réaliser qu'il ne pourra jamais jouer ce rôle.

Il s'ouvre à la jeune femme de sa détresse. Sans doute touchée par la tristesse de son amant, celle-ci lui propose de tomber enceinte d'un autre homme et de le laisser, lui, reconnaître le bébé. Mais Olivier va aller plus loin dans le raisonnement de son amie : quitte à ce que Messaouda porte un enfant, autant que ce soit le fils ou la fille d'un être très proche de lui.

Qui d'autre que PPDA pouvait le mieux correspondre au profil recherché ? « Avec un peu de chance et de probabilité génétique, l'enfant me ressemblerait », écrit encore Olivier. La proposition est aussitôt acceptée par la jeune femme.

C'est ainsi que, lors d'un déjeuner, Olivier explique sa situation à son frère et lui montre une vidéo de la belle Messaouda. « Patrick me donna immédiatement son accord », se souvient Olivier. Seule ombre au tableau : PPDA ne veut pas d'une insémination artificielle. Bien que cette option ait l'air de contrarier

Quitte à ce que son amie Messaouda porte un enfant, autant que ce soit celui d'un être proche de lui un moment son frère, un instant plus tard, Messaouda et Patrick se parlent au téléphone et prennent déjà rendez-vous pour le grand jour dès la semaine suivante... Pourtant, le lendemain, après une nuit agitée, Olivier annule le rendez-vous prévu sous un faux prétexte.

La raison de ce revirement ? Dans son autobiographie, il écrit que l'idée que son aîné puisse à la fois lui rendre ce grand service et faire l'amour à Messaouda lui était insupportable. Il redoutait aussi d'être à jamais redevable à PPDA, dont il était déjà si proche. En un instant, Olivier avait lui-même cassé son rêve.

S'était-il condamné à être à jamais privé d'enfant ? Non ! Car quand les rêves se brisent, d'autres les remplacent. Ainsi, quelque temps plus tard, c'est au Togo qu'Olivier a trouvé son bonheur. Elle s'appelle Amaal et a aujourd'hui 11 ans. En l'adoptant, Olivier Poivre d'Arvor est devenu son père. Et c'est elle qui est au cœur du livre qui va bientôt sortir, intitulé Le jour où j'ai rencontré ma fille.

Laurence Paris

À découvrir

Sur le même thème