France Dimanche > Actualités > Prince Charles : Des lettres très embarrassantes !

Actualités

Prince Charles : Des lettres très embarrassantes !

Publié le 24 avril 2015

Exhumés du passé, ses écrits pourraient lui coûter le trône que le prince Charles lorgne depuis des décennies.

Le soir, lorsque son épouse Camilla s’est retirée, il n’est pas rare de voir le Prince Charles s’isoler dans son bureau pour écrire des lettres à différentes personnes publiques. Une habitude prise il y a plusieurs années, mais qui risque aujourd’hui de lui coûter son trône !

Car le jeudi 26 mars, après une querelle juridique qui a opposé neuf ans le gouvernement au quotidien britannique The Guardian, la Cour suprême du Royaume-Uni a finalement autorisé la publication des missives secrètes que le prince de Galles avait envoyées à sept minis­tres du gouvernement travailliste de Tony Blair entre septembre 2004 et avril 2005.

Or, comme nous vous l’avions expliqué dans un précédent numéro, ces notes sont considérées outre-Manche comme une ingérence dans la politique du gouvernement.

Il faut rappeler que Charles ne pratique pas la langue de bois et n’hésite pas à prendre la plume pour informer politiciens et hauts fonctionnaires de ses avis éclairés sur toute une gamme de sujets, allant de l’environnement au droit du travail ou à la réforme de l’hérédité des lords.

Selon le Daily Mail, il a ainsi écrit au ministre des Finances d’alors pour critiquer les nouvelles lois en vigueur dans les maisons de retraite visant à empêcher des dames volontaires de cuisiner chez elles les repas pour les personnes âgées. « Ce sont des dames d’âge mur qui ont fait ça toute leur vie et n’ont jamais tué personne », écrit-il dans une note publiée par le quotidien.

Dissident

Charles s’en prend aussi aux nouvelles règles qui permettent aux soldats de faire des procès à leurs supérieurs. « Pourquoi ces pilotes prendraient-ils des risques s’ils savent qu’ils peuvent être poursuivis en justice ? » se plaint-il au ministre de la Défense.

Dans une missive adressée à un député travailliste, il fustige également le texte interdisant la chasse à courre dans son île. « Je peux tout aussi bien quitter l’Angleterre et passer le reste de ma vie à faire du ski ! » se lamente-t-il.

Des prises de position qui sont inadmissibles de la part d’un futur souverain à qui il est interdit de s’immiscer dans les affaires publiques, la neutralité politique du monarque étant l’une des règles fondamentales de la constitution britannique.

Le sujet est aujourd’hui d’autant plus sensible que le prince Charles est de facto le régent du royaume, et qu’il exerce de nombreuses fonctions de représentation au nom de sa mère.

L’arrêt de la Cour suprême a donc fait trembler Clarence House et le gouvernement. Si un porte-parole du palais s’est contenté de se dire « déçu que le principe de vie privée n’ait pas prévalu », David Cameron, le Premier ministre, est allé plus loin. Pour tenter de protéger la monarchie, il a fait savoir à l’héritier à la Couronne qu’il essaierait de modifier la loi pour interdire la publication de ces lettres.

Charles, qui se considère comme un dissident politique, va néanmoins devoir rentrer dans le rang s’il veut devenir un jour roi d’Angleterre.

Catherine Venot

À découvrir