France Dimanche > Actualités > Prince Charles : Le fou qui parle aux tomates

Actualités

Prince Charles : Le fou qui parle aux tomates

Publié le 1 octobre 2010

 Charles, le fils aîné de la reine Elisabeth s'est fait traiter de fou par les quotidiens du Royaume-Uni quand il a avoué qu'il parlait... à ses plantes.

Les Anglais sont sous le choc. Dans un récent documentaire de la BBC, le prince Charles s'est laissé aller à des confidences qui leur font craindre le pire sur sa santé mentale. Un état qui suscite de vives inquiétudes chez les Britanniques depuis déjà plusieurs années. Jugé excentrique lorsqu'il s'était lancé dans la culture biologique, le fils aîné de la reine Elisabeth s'était fait traiter de fou par les quotidiens du Royaume-Uni quand il avait avoué qu'il parlait à ses plantes.

"J'ai reçu beaucoup de critiques", s'est plaint le prince au cours de son entretien dans les jardins de sa maison de Highgrove avec le jardinier Alan Titchmarsh. "Cinglé par-ci, dingue par-là, comme si j'avais fait quelque chose de vraiment mal".

Délire paranoïaque

Des critiques qui ont marqué au fer rouge le malheureux Charles. Car si communiquer avec des plants de tomates pour les faire pousser plus vite n'est somme toute que la manifestation inoffensive d'un petit grain de fantaisie, sa dernière manie relève, elle, de la paranoïa.

C'est hélas d'un vrai délire de la persécution, une maladie psychiatrique grave liée à la conviction d'être la victime de complots, dont semble souffrir l'héritier de la couronne. L'héritier de la couronne est tellement persuadé que tout le monde dit du mal de lui, qu'il espionne les quelque 30 000 visiteurs autorisés à parcourir son domaine chaque année pour surprendre leurs conversations. Et afin de savoir en quels termes ils parlent de lui, le futur roi d'Angleterre, un homme toujours tiré à quatre épingles, n'hésite pas à salir son beau costume : "vous devez vous coucher par terre lorsqu'ils sont juste sous les fenêtres", a-t-il avoué au cours de son interview avec la BBC.

Une confidence bien imprudente, dont la presse anglaise a fait des gorges chaudes. Heureusement, le prince Charles peut compter sur ses plantes pour l'aider à ne pas perdre la tête : "c'est crucial pour moi de les écouter et de leur parler. Elles sont un peu comme mes enfants".

Catherine Venot

À découvrir