France Dimanche > Actualités > Renaud : Comateux, il ne peut plus parler !

Actualités

Renaud : Comateux, il ne peut plus parler !

Publié le 21 septembre 2018

Ayant retrouvé Renaud chez lui dans un état désespéré, sa fille Lolita l’a fait hospitaliser d’urgence.

Le 9 août dernier, Lolita Séchan fêtait avec son père ses 38 ans. Un anniversaire célébré en famille dans le repaire du chanteur, à L’Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse. Un moment fort et émouvant que la fille unique de Renaud a immortalisé sur les réseaux sociaux en publiant une photo d’elle et de son cher papa, une image de tendre complicité qui se voulait rassurante pour tous les fans de la star, accompagnée de ce commentaire : « Plus joli cadeau : un sourire de papou. »

Nul doute qu’en écrivant cet attendrissant message, la jeune femme espérait encore que son père bien-aimé allait se ressaisir, qu’en sa présence, il retrouverait la force d’arrêter de se détruire, qu’il reprendrait le chemin de la vie.


Après tout, ne l’avait-il pas déjà fait ? Souvenez-vous, en 2016, on le croyait débarrassé de ses démons, prêt à vivre de nouveau dans la lumière : il avait épaté ses fans en leur offrant son bien nommé Phénix Tour et un nouvel album, dont le titre Toujours debout pouvait laisser croire à une réelle et durable résurrection.

Mais, en février dernier, une rechute l’avait poussé à entrer de lui-même dans une clinique spécialisée, au château de Garches, en région parisienne. Dans ce cadre paisible et verdoyant, l’artiste écorché vif s’était installé un mois durant pour oublier le goût de l’alcool. Et voilà que, à peine cinq mois après ce séjour porteur de tant d’espoir, l’ex-loubard n’a pu s’empêcher de retomber dans l’antre de ses vieux démons. Dans son village du sud de la France, Renaud/Renard a replongé : le regard perdu dans le vague, la démarche titubante, c’est un homme à la dérive qui a été vu tout au long de l’été dans les rues inondées de soleil de la Venise provençale.

Inquiète de ces nouvelles désastreuses, Lolita avait décidé de passer une partie de ses vacances avec lui. Sans doute pensait-elle que, grâce à son amour, grâce à sa tendresse, son cher papa arriverait à remonter la pente, à faire taire pour de bon le diabolique Mister Renard, son côté sombre, qui lui susurre sans cesse de s’étourdir d’alcool, de ne plus s’accrocher à la vie…

Hélas, après quelques semaines passées avec lui, Lolita a dû se rendre à l’évidence : ce papa qu’elle aime tant, qui lui a tant donné, ce père si fragile doublé d’un artiste qu’elle admire, avait vraiment touché le fond. Il semble aujourd’hui n’être plus que l’ombre de lui-même et ne peut désormais même plus parler !

Spectatrice impuissante de la lente et inexorable descente aux enfers de cet homme devenu incapable de s’exprimer de façon intelligible, qui ne parvient plus à s’ancrer dans la réalité, Lolita aurait pris la décision la plus grave, la plus douloureuse de son existence. Pour ne pas perdre à tout jamais celui qui lui a donné la vie, elle aurait dû finalement se résoudre à prendre une mesure extrême : faire interner son père ! On peut imaginer combien il a été difficile pour la jeune auteure de se résoudre à cette douloureuse décision. Et sans peine supposer que, chaque jour de ce mois d’août passé à voir l’état de son père se dégrader, la pauvre Lolita redoutait ce moment où elle n’aurait d’autre choix que de le sauver, malgré lui. Début septembre, il n’était plus possible pour elle de reculer face à l’inéluctable. C’était devenu une question de vie ou de mort.

Bouleversée, la maman d’Héloïse, qu’elle a eue avec le chanteur Renan Luce, aurait signé les papiers permettant à la clinique d’hospitaliser son père. Les yeux mouillés de larmes, le cœur gros, la pauvre Lolita a laissé les ambulanciers de l’établissement emmener Renaud, à peine conscient. Un séjour de la dernière chance, où, entouré par les meilleurs médecins spécialistes des addictions, l’interprète de Mistral gagnant, âgé maintenant de 66 ans, devrait passer au moins trois mois. Espérons que, cette fois, Mister Renard, son double maléfique, y laissera définitivement sa peau…

 

Clara Margaux

À découvrir