France Dimanche > Actualités > Renaud : En pleine forme !

Actualités

Renaud : En pleine forme !

Publié le 1 décembre 2014

Pour la première fois
depuis cinq ans,
le chanteur
Renaud
a posé sa voix
sur une chanson.

Pour aller de L’Isle-sur-la-Sorgue (dans le Vaucluse) au Liberia, il existe des raccourcis. Dimanche 23 novembre, Renaud a décidé de prendre un de ces raccourcis en montant dans un TGV pour Paris. Sitôt arrivé dans la capitale, le chanteur s’est rendu au mythique studio Grande Armée, dans le XVIIe arrondissement.

Il y a retrouvé de nombreux amis : Louis Bertignac, JoeyStarr, Vanessa Paradis, Thomas Dutronc, Yannick Noah et le chanteur d’Indochine, Nicola Sirkis… Ces talentueux artistes étaient réunis afin de venir en aide aux victimes du virus Ebola, qui sévit en Afrique, principalement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée.

L'interprète de
L'interprète de "Mistral Gagnant au studio Grande Armée avec Nicolas Sirkis, du groupe Indochine © twitter, Nicolas Sirkis

Serein

À l’initiative du chanteur Bob Geldof, ils ont formé le Band Aid 30, un collectif caritatif. À leurs côtés, Renaud a posé sa voix sur le morceau Noël est là, écrit par Carla Bruni. La chanson sort en France le 1er décembre, et tous les bénéfices liés à son exploitation serviront à la lutte contre le virus. Rappelons que, depuis sa résurgence, à l’hiver dernier, Ebola aurait déjà fait plus de 5 500 victimes.

Pour Renaud, c’est un retour aux sources. Le reclus de L’Isle-sur-la-Sorgue n’avait plus chanté depuis Molly Malone, balade irlandaise, un album de reprises de chansons traditionnelles sorti en novembre 2009 ! Pour la bonne cause, il a repris le micro. Selon RTL, il a appelé Bob Geldof le vendredi 21 novembre au soir avant de prendre le train le surlendemain seulement. À l’évidence, cet homme fatigué souhaitait passer le moins de temps possible dans la capitale, si riche en tentations.

Quelques photos de la séance d’enregistrement, postées sur les réseaux sociaux, montrent un Renaud certes pâle, mais au visage serein, vêtu d’un pantalon à rayures, d’une chemise verte et d’une veste blanche. L’auteur de SOS Éthiopie, en 1985, a chanté une phrase que l’on pourra entendre dès l’ouverture de l’hymne contre Ebola. « Sa voix était top », a confié à RTL une personne présente durant l’enregistrement.

La preuve que, malgré les années et les excès, il n’a rien perdu de son talent. Est-ce la promesse d’un nouvel album ? Ses fans, dont nous sommes, croisent les doigts très fort.

Benoît Franquebalme

À découvrir