France Dimanche > Actualités > Renaud : Et maintenant, l’épreuve du cancer !

Actualités

Renaud : Et maintenant, l’épreuve du cancer !

Publié le 23 février 2020

.photos:bestimage
© BESTIMAGE Renaud

Les mois de janvier sont meurtriers pour Renaud. Après son frère et sa mère, l’an passé, il vient de perdre son ami. Le deuil de trop.

Nous avons tous vécu la sensation qu’il y a des cycles dans l’existence. De grands moments de joie, puis, après une période heureuse, les soucis, les problèmes qui viennent prendre la relève, comme si cette suite était inéluctable. Cela dure, mais là encore, toujours question de cycle, c’est le soleil qui revient après la tempête. L’éclaircie, soudain, arrive, celle à laquelle on n’osait plus croire. Et la vie continue ainsi, la douceur nous permettant de souffler après les rudes attaques. Nous reprenons des forces, nous respirons, en ayant conscience que bientôt, sans doute, de nouveaux tracas viendront. Mais entre deux drames, entre deux difficultés, nous avons réappris à aimer la vie, à l’amadouer.


Hélas pour Renaud, depuis des mois, un an plus précisément, il semble que la douleur soit toujours au rendez-vous. Que jamais, pas un instant ces derniers temps, le chanteur n’ait connu le moindre répit. Juste un trop grand enchaînement de souffrances qui l’a, peut-être, plus affaibli encore, lui dont la santé était déjà si fragile.

On sait en effet que ses problèmes d’addiction ont beaucoup affecté son corps. Il a beau chanter « On va pas s’laisser pourrir par cet alcool à la con » dans son dernier album Les mômes et les enfants d’abord sorti en novembre, ces breuvages destinés à amadouer ses angoisses ont affecté ses forces. Et s’il a récemment réussi à triompher de ce fléau, il n’est pas encore parvenu à lâcher la cigarette, malgré toute sa volonté, et son désir d’en finir avec le tabac. Et lorsqu’on est diminué psychiquement, physiquement, c’est souvent là que le mal frappe, et qu’il est, dès lors, très difficile de lutter contre lui…

Or, le moral de Renaud, on le sait, a aussi été très affecté par de terribles chocs qui, jusqu’à maintenant, continuent d’avoir des répercussions sur lui. La disparition de son frère aîné, Thierry Séchan, le 9 janvier 2019, emporté par un AVC à l’âge de 69 ans, l’a profondément meurtri. Quelques jours plus tard, le 25, alors que le chanteur, sans doute abîmé par la douleur de la perte de son frère, avait fait une grave chute dans les escaliers, se brisant les deux poignets, c’était sa mère chérie, Solange, que la mort prenait sous son bras. Deux deuils impossibles, deux raisons d’être malheureux.

Et aujourd’hui, c’est Serge, un compagnon de longue date et de longue route, qui lui fausse compagnie, pour toujours, laissant Renaud encore un peu plus seul. Serge Thomassin appartenait à ce monde magique de la musique, auquel l’interprète de Mistral gagnant est tellement attaché. Cet univers, qui avec son fils, Malone, fait sa raison de vivre.

Serge était bassiste. Avec le temps, il était aussi devenu régisseur. Il s’occupait de l’organisation sur scène des instruments, de l’orchestre. Il avait travaillé avec de nombreuses stars, comme Julien Clerc, en 1983. Jane Birkin, en 1991. Et bien sûr, Renaud.

Sa disparition à la suite d’un cancer le 19 janvier, à l’âge de 70 ans, a sans doute profondément bouleversé la star. Comment aurait-il pu en être autrement ? Quand on a partagé tant de jours et de nuits dans cette incroyable bulle qui se crée lors d’une tournée, les liens qui se nouent sont très forts. Indéfectibles. Personne d’autre que les musiciens ne peut mieux comprendre ce qui se passe dans la tête d’un chanteur, quand il se retrouve face à son public. L’après concert, quand les lumières s’éteignent, et que l’adrénaline est au plus haut dans le sang… Les dîners à pas d’heure où chacun redevient lui-même. Et puis les villes, le bus que l’on prend la nuit, qui vous emmène vers un nouveau public.

Serge avait connu longtemps cette vie d’artiste, depuis que, dans les années 70, il avait fait partie du groupe de country rock Nuage rouge. Plus tard, tout en continuant à accompagner des chanteurs sur scène, il avait participé à une autre formation, Stringers in The Night… Et, plus récemment, avec sa bande de copains musiciens, Serge Thomassin, entre musique soul et rhythm and blues, se produisait avec eux sous le nom de The Ol’Stars.

Nombreux sont ceux qui ont tenu à témoigner de son humanité et de son talent. « Je me souviens de ton anniversaire, tes 39 ans sur la tournée de Renaud. Tes amis t’avaient confectionné un gâteau en forme de santiag ! Tu étais émerveillé, heureux ! », a, entre autres, écrit une douce Chantal, sur le site d’Une Rose blanche…

Des souvenirs qui doivent aussi remonter à la mémoire de Renaud et qui, espérons-le, ne l’atteindront pas trop, lui qui a déjà été tellement éprouvé par l’existence.

Laurence PARIS

À découvrir