France Dimanche > Actualités > Renaud : "Mon fils me manque !"

Actualités

Renaud : "Mon fils me manque !"

Publié le 18 mai 2012

Exilé volontaire dans le Vaucluse, le chanteur Renaud, sobre depuis six mois, regrette de ne pouvoir serrer Malone dans ses bras.

C'est un message qui nous arrive de loin, du fond d'une retraite faite de courage et de silence... Celle que s'impose Renaud depuis maintenant six mois, la retraite de la dernière chance. Le chanteur a eu 60 ans le 11 mai. Soixante : un compte rond, une excellente occasion pour remettre toutes les pendules à l'heure et tenter de prendre un nouveau départ.

C'est ce que l'artiste tente de dire à tous ceux qui l'aiment, dans la lettre ouverte qu'il leur a adressée, le 9 mai, sur la page Facebook que certains de ses admirateurs, inquiets de ce qu'ils pouvaient apprendre sur lui, ont ouverte pour le soutenir et l'encourager. Ce qu'on peut y lire est à la fois rassurant et un peu angoissant, tour à tour. Car si Renaud semble s'être engagé sur la voie d'une renaissance, il reconnaît que sur ce chemin se dressent des obstacles terribles, et qu'il n'avait pas forcément prévus.

Mais commençons par la renaissance. Elle s'est amorcée en novembre dernier, lorsque, abattu par son divorce d'avec Romane, miné par la dépression et ravagé d'alcool, Renaud a soudain pris la décision de fuir Paris pour aller se réfugier dans sa maison provençale, à L'Isle sur la Sorgue.

->Voir aussi - Renaud : Son nouveau grand bonheur

Fuite doublement salvatrice, puisque le chanteur a commencé par laisser la boisson derrière lui pour se remettre à l'eau minérale ; et ensuite parce que, sur place, grâce à la fameuse page ouverte sur le célèbre réseau social, qui s'appelle simplement « Soutenons Renaud Séchan », il a eu le doux bonheur de renouer avec Claudie Khokhlov, dont l'amitié et la tendresse remontent à leur enfance commune ! Comme cette quinquagénaire resplendissante vit à Marseille, il lui est facile de venir jusqu'à L'Isle sur la Sorgue, c'est pourquoi Renaud et elle ont rapidement retissé les liens du passé - ce qui a fait le plus grand bien à l'artiste, privé de tout repère.

Seulement, nous le disions, cet éloignement salutaire a aussi ses zones d'ombre, et peut même engendrer des souffrances nouvelles, que Renaud va devoir surmonter, apprivoiser, s'il veut poursuivre dans sa voie rédemptrice. Il le révèle lui-même sans détour, dans sa lettre ouverte, sobrement intitulée « Salut les potes, salut les filles ». « Je vois pas souvent mon fils qui me manque terriblement ni ma petite-fille Héloïse... »

En ces quelques mots, tout est dit. Isolé volontaire, reclus par choix, Renaud est aussi, désormais, un père frustré de l'amour et des rires de son enfant, doublé d'un grand-père qui souffre de ne pas pouvoir jouer aussi souvent qu'il le voudrait avec la fille de Lolita. C'est d'autant plus dur à supporter pour lui qu'il ne peut accuser personne de ces nouveaux tourments qui l'accablent.

"Définitivement"

« Mais bon, poursuit-il, je me suis éloigné de ma famille pour un moment, c'est ma faute. » Bien sûr, il enchaîne tout de suite en disant à ses fans : « J'ai ici une famille de potes, comme vous, à l'amitié indéfectible. »

Mais est-ce que les potes peuvent remplacer la famille, la vraie, pour quelqu'un comme Renaud qui a toujours fait preuve d'un amour immodéré pour la sienne, et particulièrement pour ses enfants ? Sans doute pas. Et beaucoup de ses admirateurs doivent trembler que ce poids supplémentaire de souffrance ne l'incite à lâcher prise une nouvelle fois et à renouer avec ses terribles démons. Heureusement, pour le moment, il semble tenir bon, même s'il sait que rien n'est gagné encore.

Il écrit : « J'voudrais pas crever avant d'être mort même si l'inspiration m'a un peu déserté, j'ai la banane, je bois quasiment plus, même si j'apprécie toujours une bonne bière. Ricard et autres Pastis oubliés définitivement depuis plus de six mois que je vis dans le Sud. » Définitivement : le voilà, le mot important ! Il veut dire que la star y croit ; que les souffrances qu'il endure volontairement - l'absence de son fils et de sa petite-fille - ne l'empêcheront pas de s'extraire du puits noir dans lequel il s'était laissé sombrer.

Il veut, il va redevenir le Renaud que l'on a connu, et il tient à le faire savoir : « [...] de mon côté j'essaie d'écrire pour vous, pour moi, pour le simple fun d'en faire râler quelques-uns et de vous charmer, vous séduire, comme vous le faites pour moi à votre façon... »

Abandon de l'alcool d'un côté, reprise de l'écriture de l'autre : avec le soutien discret mais attentif de Claudie, l'amie des jours heureux de l'enfance, tout cela est finalement de bon augure. Et tout ce qu'on peut lui souhaiter c'est que l'été approchant permette à Renaud d'avoir plus souvent et plus longtemps auprès de lui Malone et Héloïse, qui lui manquent tant...

Didier Balbec

À découvrir