France Dimanche > Actualités > Renaud : Sauvé par Daniel Guichard !

Actualités

Renaud : Sauvé par Daniel Guichard !

Publié le 3 mai 2016

C’est en découvrant que son ami Daniel Guichard avait réussi à se débarrasser de ses addictions que le chanteur Renaud a eu le courage de relever le défi à son tour.

Cela fait sept mois, jour pour jour, qu’aucune goutte d’alcool, jaune, rouge ou blanc, n’a coulé dans le gosier de Renaud. « Même dans un Mon Chéri », a-t-il confié, avec cet humour si juste, à notre confrère Télérama. Un temps très long pour un homme qui se tenait à peine debout, avec les forces illusoires que semblait lui procurer l’alcool.

Cette déclaration d’abstinence est le signe que le chanteur est enfin revenu à lui. Et pas les mains vides ! Avec un magnifique album, dont le titre porte le nom de l’artiste, confirmant qu’il est « toujours debout ». Telle une renaissance, Renaud revient donc avec le même talent, la même envie qu’avant ses déboires alcoolisés.

->Voir aussi - Renaud : La Corse, son nouveau refuge !

Retrouvailles

Pour fêter ce retour de captivité, Michel Drucker, qui a toute sa confiance, l’a invité à venir s’asseoir sur le divan rouge de Vivement Dimanche, le 10 avril dernier, deux jours après la sortie tant attendue de son dernier disque. Et, comme il fallait s’y attendre, le spectacle de ces retrouvailles avec le chanteur n’a pas déçu, loin de là !

Car c’est vraiment un homme debout qui est arrivé sur le plateau de France 2, un Renaud volontaire, ému, et très reconnaissant de l’accueil magnifique que lui a fait son public. La salle, transportée de bonheur, n’a pu faire autrement que se mettre debout elle aussi, applaudissant à tout rompre.

->Voir aussi - Renaud et Romane Serda : "Inséparables !"

Et elle n’ovationnait pas seulement un auteur-compositeur de génie, sincère, tendre, particulier. Elle saluait aussi, et peut-être surtout, le courage d’un homme qui semblait avoir abandonné la partie, perdant sa vie à souffrir et à se maudire, et qui, comme par magie, est parvenu s’extirper de sa dépendance à l’alcool.

Quel en a été le déclic ? Qu’est-ce qui a permis à Renaud de se défaire de son addiction ? Ce que l’on savait jusque-là, et le chanteur l’a redit à Michel Drucker, c’est que c’est Grand Corps Malade qui lui a redonné le goût de l’écriture :

« Un jour, il est venu me trouver, a raconté Renaud. J’étais encore sous l’emprise de ces boissons anisées. Et il m’a proposé d’écrire une chanson pour son album, ce que j’ai fait. C’est une chanson qui s’appelle Ta batterie. Elle parle de mon fils qui voulait jouer et qui joue de la batterie. » Un titre qui figure dans l’album du slameur, Il nous restera ça, sorti fin 2015, mais aussi dans le nouveau CD de Renaud.

« Je pense qu’il avait besoin de reprendre un peu confiance, car il n’avait pas écrit depuis longtemps, avait expliqué Grand Corps Malade en octobre 2015, à BFMTV. Juste le fait d’écrire ce texte, ça l’a relancé. Il m’a appelé une semaine après, il m’a dit “J’ai deux nouvelles chansons”. Il m’a appelé un mois après, il m’a dit “J’en ai huit autres !” Il a retrouvé le goût, c’est génial ! »

Génial, oui ! Mais si l’inspiration était revenue à Renaud, il restait encore et toujours dépendant de l’alcool. Et à l’époque où il a commencé à enregistrer ses chansons en studio, à Bruxelles, il était toujours sous sa coupe…

C’est alors qu’un homme, un confrère, un ami de longue date, a endossé le rôle de la bonne fée et a su lui parler. Un chanteur qui, tout comme lui, a connu les affres de l’addiction, l’enfer de la boisson, et qui a triomphé de ce lien terrible. Cet homme, tout le monde le connaît, et même s’il est moins présent aujourd’hui sur nos ondes et nos petits écrans, personne ne l’a oublié.

Daniel GuichardIl s’agit de Daniel Guichard qui témoigne début 2015 dans Ici Paris : « Imaginez ce que j’ai vécu quand je faisais près de 200 concerts par an ! Imaginez quelqu’un dans ce cas de figure, qui n’aime pas monter dans une voiture, déteste la route, les mondanités… Et qui de plus n’est pas toujours bien entouré. Il y a deux options : soit vous passez votre temps à vous foutre sur la gueule avec tout le monde, soit vous picolez pour oublier… »

Persuasion

C’est cette seconde option que l’artiste avait alors choisie. Mais à force de volonté, il était parvenu à s’arrêter, luttant de tout son être pour ne plus jamais replonger. Un pari qu’il a réussi !

Cette expérience, il a voulu la transmettre à son ami Renaud, comme l’a expliqué ce dernier sur le plateau de Vivement Dimanche : « Lui, c’est un vrai ami, a-t-il dit, regardant avec douceur Daniel Guichard. Parce que pendant mes années noires, les dix dernières années qui viennent de s’écouler, il me téléphonait, il m’envoyait des textos, me disant : “Je suis passé par là, je sais ce que c’est. Tu vas t’en sortir, comme je m’en suis sorti.” »

C’est la force de persuasion de son aîné qui a permis à Renaud de croire que c’était possible. Car Daniel Guichard avait lui aussi connu l’enfer : « Y a trente ans, je buvais quatre litres de champagne par jour, a-t-il confié à Michel Drucker. Je fumais trois ou quatre paquets de Gitanes sans filtre ! Et un jour, j’ai dit stop. Depuis ce jour-là, j’ai plus fumé une cigarette, j’ai plus bu un verre d’alcool. »

Une déclaration qui a véritablement foudroyé l’interprète de Mistral gagnant : « Quand il m’a dit ça, ça m’a bouleversé. Je m’suis dit, faut qu’je fasse comme lui. S’il a réussi, avec quatre litres de champagne par jour… » Et aujourd’hui, les deux hommes savent qu’ils ont accompli un exploit. Ils savent aussi, sans doute, qu’ils ne seront jamais tout à fait sortis d’affaire. Qu’ils devront continuer à rester vigilants.

Mais pour Renaud, ces sept mois passés loin de l’alcool représentent beaucoup. Un premier pas qui l’emmènera vers un destin plus doux, plus beau, plus gai, où il pourra être l’homme qu’il a toujours rêvé être : le père adoré de Malone, 9 ans, le pilier de sa fille Lolita, 35 ans, et un artiste magique, soutenu et aimé par son public.

Laurence Paris

À découvrir