France Dimanche > Actualités > Renaud : Son dernier combat !

Actualités

Renaud : Son dernier combat !

Publié le 25 février 2016

  Maintenant qu’il a terrassé ses démons et retrouvé le chemin des studios d’enregistrement, le chanteur Renaud s’est lancé un ultime � défi � !

Casquette vissée sur le crâne et lunettes noires, c’est en toute discrétion que Renaud s’est mêlé, le 8 janvier dernier, aux centaines de personnes, connues et anonymes, venues assister aux funérailles de Michel Delpech. À son arrivée à l’église Saint-Sulpice à Paris, l’auteur de Mistral gagnant n’est pas seul.

À son bras, une femme élégante, vêtue d’un sobre costume noir. Cette dame qui semble si proche de Renaud, qui lui serre très fort la main, n’est autre que la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, ex-otage des Farc.

L’ancienne captive, qui a recouvré la liberté en 2008 après six ans de détention, a tenu à soutenir le chanteur dans cette épreuve. Il faut dire que ce dernier a beaucoup œuvré pour sa libération.

->Voir aussi - Renaud : Une absence inquiétante

Détermination

Pour la sortir de l’enfer, Renaud a en effet remué ciel et terre, devenant l’un des membres les plus actifs de son comité de soutien. Alors qu’elle vit l’horreur enfermée dans une cabane au fin fond de la forêt colombienne, il lui dédie même une chanson déchirante, Dans la jungle, dans laquelle il l’imagine « ligotée, bâillonnée, entourée de ces dingues ».

Un dévouement qu’Ingrid Betancourt n’a pas oublié. Avec son cœur gros comme ça, ce fidèle en amitié peut compter sur quelques vrais alliés toujours là pour le soutenir.

C’est grâce à ces proches qu’il a puisé en lui la force de se battre contre ses démons. Car après six ans d’absence, alors qu’on le disait fini pour de bon, vaincu par son ennemi de toujours, l’alcool, Renaud revient, fidèle à lui-même. La preuve en chansons avec son dernier album (à paraître au printemps) dont un premier extrait au titre évocateur, Toujours debout, est disponible sur Internet. Il y raconte qu’il est « retapé », « ressuscité » et qu’il veut « continuer à chanter pour tous les sauvageons », ses fans…

Il a d’ailleurs tenu à les rassurer sur son état de santé en envoyant une missive poignante à son fan-club le plus actif sur Facebook, une page communautaire intitulée Renaud Séchan – le phénix. Dans cette lettre, mise en ligne le mardi 26 janvier, l’artiste se livre avec une touchante sincérité. Non, il n’est plus ce fantôme hagard qui hante les bistrots de L’Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse, où il réside désormais.

Aujourd’hui, comme il l’a confirmé dernièrement sur France Inter, il a arrêté de boire depuis plus de quatre mois et ça lui réussit ! « Je suis encore et toujours en pleine forme, me couche à 1 heure du mat’, me lève entre 3 et 5 heures, pars fumer et boire force cafés dans la cuisine et lire, lire et encore lire jusqu’à midi, heure où je gambade pour des rendez-vous divers », révèle-t-il sur Facebook.

Avant d’avouer, bouleversé : « Je ne cesse de pleurer devant tous les messages de félicitations que j’ai reçus via Internet, sms, mails et appels téléphoniques pour me dire que ma voix, la mélodie et les arrangements de mon nouveau titre sont, selon eux, exceptionnels de rires, de larmes et d’émotions. »

À 63 ans, le « loubard » au cœur tendre n’a pas changé. Il avait pris l’habitude de dissimuler ses fêlures sous son Perfecto. Comme pour renouer avec le passé, le Titi de la chanson française ressort, pour ses apparitions publiques, son mythique blouson. Sous le cuir tanné, il arbore désormais un tee-shirt au message explicite : « Yvan Colonna, otage de la raison d’état ».

Car ce rescapé qui a besoin de sauver les autres, peut-être aussi pour se sauver lui-même, s’est découvert un dernier combat : faire sortir de prison ce berger corse incarcéré depuis quinze ans pour l’assassinat du préfet Claude Érignac à Ajaccio en 1998, et qui n’a cessé de clamer son innocence.

L’artiste engagé compte même rendre visite au détenu condamné à la perpétuité à la maison d’arrêt d’Arles « très prochainement, l’avocat d’Yvan Colonna s’occupant des démarches à suivre pour cela », dévoile-t-il, toujours sur Facebook.

Une cause que Renaud défend au côté de Guy Bedos et qui va lui demander une bonne dose d’énergie et de détermination…

Sophie Marion

À découvrir