France Dimanche > Actualités > Renaud : Son silence a sauvé le président Mitterrand !

Actualités

Renaud : Son silence a sauvé le président Mitterrand !

Publié le 20 janvier 2012

De puissants liens d'affection unissaient ces deux hommes si dissemblables, Renaud et Mitterrand. À l'origine de cette amitié, un secret jalousement gardé.

«Tonton, laisse pas béton ! » L'injonction lancée par Renaud à François Mitterrand, le 7 décembre 1987, dans Le Matin de Paris, a marqué les esprits. Pour inciter le président sortant à se représenter, le « chanteur énervant » s'était offert rien de moins qu'une pleine plage du quotidien, afin d'y clamer son amour pour le premier des socialistes.

Entre le président féru de culture classique, somme toute assez « vieille France », et la « chetron sauvage » du chanteur, icône de la jeunesse des années 80, on imagine assez mal que quelque chose ressemblant à de l'amitié, ou même à une affection réciproque, puisse naître. Ce fut pourtant le cas.

Mais ce que l'on ignorait jusqu'à aujourd'hui, c'est que des liens encore plus profonds unissaient ces deux hommes a priori si dissemblables. Car, depuis toujours ou presque, Renaud connaissait mieux que personne le plus grand secret de la vie de François Mitterrand, celui que l'homme d'État faisait tout pour maintenir enfoui.

->Voir aussi - Renaud : Écrasé par un douloureux secret de famille

Tendresse

Mais ce n'était pas le seul élément fondateur de leur proximité. Ainsi, le chanteur ne manquait pas d'envoyer chacun de ses nouveaux disques au président. Et celui-ci, à son tour, n'omettait jamais de l'en remercier de sa main, avec quelques lignes du genre de celles-ci : « Cher Renaud, l'envoi de votre disque et le petit mot qui l'accompagnait m'ont beaucoup touché. Je suis toujours très sensible aux sentiments d'estime que vous voulez bien me témoigner. »

En effet, Renaud ne se contente pas d'adresser ses disques à François Mitterrand : il lui écrit également, lorsque l'envie lui en prend. Et son ton est alors d'une liberté étonnante, comme en témoigne la lettre signée de lui que cite Claude Fléouter dans Putain de vie, son livre sur le chanteur : « Cher François, je suis en vacances sur mon bateau en Guadeloupe et je ne sais pas ce qui m'a pris ce soir : j'étais énervé, il y avait des moustiques, j'ai eu envie de vous écrire. »

Curieuse façon de s'adresser à un président de la République, on en conviendra ! D'autant que, dans la suite, après quelques considérations rapides sur la politique mondiale, Renaud conclut ainsi : « À part ça, tout baigne. Je suis en train d'écrire les chansons de mon prochain album qui seront d'une impertinence rare, car ma vision du monde et des hommes est devenue aussi sombre que votre chapeau, au demeurant fort beau. Je voterai encore pour vous malgré tout, car mon âme de gauche est indulgente et parce que je vous aime bien. »

On aurait payé cher pour voir la mine de François Mitterrand au moment où il lisait cette lettre, non ? Une chose est certaine : il a conservé toute sa tendresse à Renaud, puisque, en 1991, alors que le chanteur vient de manifester violemment son opposition à la guerre du Golfe, François Mitterrand l'invite à déjeuner et lui précise qu'il aime toujours beaucoup ses chansons, « y compris celles du dernier album... »

Cachée

Il semble évident que leurs petites dissensions politiques n'étaient rien en comparaison de ce qui les rapprochait. Ces deux hommes que tout aurait dû séparer avaient appris à se connaître et à s'apprécier, car ils étaient liés par un secret fort émouvant... Le 18 décembre 1974, à Avignon, une certaine Anne Pingeot donne naissance à une petite fille, qui sera prénommée Mazarine. À l'époque, personne ne sait que ce nourrisson est la fille de François Mitterrand. Mais certains vont l'apprendre quasiment tout de suite... dont Renaud, justement.

Simplement parce que, pour l'assister dans son accouchement, la maman a fait appel à une de ses amies, une obstétricienne répondant au nom de Séchan, et qui n'est autre que la tante du jeune musicien, la sœur du père de Renaud ! Et, comme son premier single, Hexagone, sortira quelques semaines plus tard, il n'est pas exagéré de dire que le succès du chanteur, alors encore inconnu, est né en même temps que la fille cachée du futur président de la République !

Le visage de Renaud allait devenir familier de tous, tandis que celui de Mazarine restera jalousement caché des années durant... Une sorte de destin inversé qui fera qu'au cours des vingt années suivantes, jamais Renaud ne trahira le secret de son « cher François »...

Pierre-Marie Elstir

À découvrir

Sur le même thème