France Dimanche > Actualités > Renaud : Trahi, il crie sa colère!

Actualités

Renaud : Trahi, il crie sa colère!

Publié le 18 février 2017

L’artiste Renaud, en tournée dans toute la France, a poussé un coup 
de gueule contre celui qu’il avait précédemment qualifié de  “parfait
  honnête homme”.

“Fillon et sa Penelope dehors !” 
a lancé le chanteur lors de son concert à Chambéry, devant quelque 4.600 personnes
 Quel rapport y a-t-il entre Renaud et François Fillon ? La question vous paraîtra sans doute incongrue…

Eh bien, aussi bizarre que cela puisse sembler, il y a un énorme sentiment de trahison ! Si, parmi les Français décidés à voter pour le candidat Les républicains à la prochaine élection présidentielle, un grand respect s’était manifesté à l’égard de l’homme politique, vous avouerez que la nouvelle d’un Renaud déçu par son « poulain » paraît difficile à envisager !

->Voir aussi - Renaud : Il déclare sa flamme à Virginie !

Il n’est, en effet, un secret pour personne que les opinions de l’auteur de Mistral gagnant ont toujours été profondément ancrées à gauche, voire à l’extrême gauche, en faveur des droits de l’homme et de l’écologie, ou ouvertement anti-militaristes. Un attachement sincère à l’idée d’un changement social et un anticapitalisme affiché qu’il a toujours clamé haut et fort. Et assumé.

Ainsi a-t-il toujours soutenu ceux qui s’engageaient à améliorer les conditions de vie des plus pauvres. En 1981, il proclamait clairement son soutien à François Mitterrand. Même si, par la suite, l’artiste n’a pas toujours été d’accord avec la politique menée par le président socialiste…

->Voir aussi - Renaud : La Corse : Son nouveau refuge !

Aussi quelle n’a pas été la surprise des fans de la première heure de la star lorsqu’ils ont entendu, en avril dernier, leur idole affirmer dans le Journal du dimanche, que l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy était « un parfait honnête homme » et qu’il voterait peut-être pour lui à la prochaine élection s’il gagnait la primaire de la droite ! Et, malgré une rectification faite a posteriori dans la presse, dans laquelle il expliquait vouloir voter Fillon s’il se retrouvait face à Marine Le Pen au deuxième tour, Renaud a tout de même insisté sur le fait qu’il ne donnerait plus jamais sa voix à ceux qu’il soutenait autrefois.

Engagé et sincère jusqu’à l’épuisement, tendre et douloureux jusqu’à l’autodestruction, dès ses débuts en 1968, Renaud n’a jamais cherché à se cacher derrière une image lisse et propre, au risque parfois de décevoir. Chez lui, ni sourires hypocrites ni masque trompeur. Une personnalité pleine d’aspérités et de contradictions qui s’est de nouveau exprimée sans fard depuis ce qu’on a nommé « sa résurrection » en 2016 et la sortie de son dix-septième album studio, Toujours debout.

Car au cours de cette année de renaissance, avec ce recueil de chansons plus sages, lui, l’ancien soixante-huitard, s’est mis à chanter qu’il avait « embrassé un flic » et n’a cessé de répéter à l’envi qu’entre lui et la gauche, c’était fini. Mais de là à opérer un virage à 180 degrés et à s’affirmer « de droite », il ne faut peut-être pas exagérer…

En tout cas, le 3 février dernier, lors de son concert à Chambéry, devant quelque 4.600 personnes ravies de pouvoir vérifier par elles-mêmes que leur idole était bel et bien toujours debout, après avoir souhaité une bonne année à tous, et rêvé tout haut d’un monde sans terroristes, « le chanteur énervant » s’est écrié : « Fillon et sa 
Penelope dehors ! », manifestant ainsi son immense déception…

Certes, l’affaire des emplois présumés fictifs occupés par l’épouse de l’ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy fait depuis le 25 janvier grand bruit. Et l’on comprend qu’un artiste comme Renaud ne se prive pas de dire ce qu’il pense de cette honteuse pratique, à sa manière, toujours si spontanée, tellement à fleur de peau. Tout comme des millions de Français, outrés d’apprendre que le candidat qui se vantait d’être au-dessus de tout soupçon aurait, lui aussi, enfreint la loi.

Exaspération

Dans le quotidien Libération du 3 février, on peut lire l’écœurement et l’exaspération de nos concitoyens face à cette malhonnêteté. « C’est parmi les politiques qu’il y a le plus d’escrocs », déplore un habitant de Palavas-les-Flots interrogé dans les colonnes de notre confrère. « On galère comme des cons pour gagner trois fois rien et eux, ils se gavent », tempête un autre au sujet de nos politiques.

« Ce n’est pas normal qu’on se rende compte de leurs petits arrangements des années après, alors que nous, on sait nous harceler très vite. Pour une facture de cantine de 27 euros que j’ai oublié de payer, on m’envoie direct un avis de poursuite », s’écrie une autre. « Ça devient dramatique, ils ont tous des casseroles au cul », vocifère un dernier.

L’indignation du peuple français rejoint celle de l’auteur de Laisse béton, enjoignant le candidat conservateur à « laisser tomber » justement ! Quant à monsieur Renaud, qui a arrêté de boire et recouvré les mots, la rime et 
les notes qui vont avec, on est heureux de voir qu’il a également retrouvé sa faconde, son inimitable façon de s’indigner devant les injustices…

Clara Margaux

À découvrir