France Dimanche > Actualités > Rex : C’est la star préférée des lecteurs de “France Dimanche”

Actualités

Rex : C’est la star préférée des lecteurs de “France Dimanche”

Publié le 29 septembre 2019

Nous recevons chaque semaine des dizaines de lettres nous demandant des nouvelles du chien Rex. Massimo Perla nous raconte l'histoire passionnante de deux de ses compagnons.

France Dimanche  : Comment avez-vous choisi Aki et sa doublure Tokyo pour la série ?
Massimo Perla : D’abord sur leur physique. Pour assurer une continuité, tous les chiens devaient ressembler au premier berger allemand de la série : Reginald von Ravenhorst. Je recherchais un masque plutôt sombre, qui donne un air mystérieux, une allure souple et de réelles aptitudes physiques. Tout compte, jusqu’à la courbure de l’échine. Je voulais un animal agile, très doux, à l’aise devant la caméra. Il me fallait aussi un chien des villes, qui soit habitué à la circulation, aux klaxons, à l’agitation d’une grande cité. Et, bien sûr, il devait avoir un minimum de confiance en l’être humain. J’ai commencé en 2012 avec Aki, issu d’un élevage à Cisliano, près de Milan. Quand je l’ai acheté, il avait déjà 15 mois. C’était un animal très expansif, pas du tout craintif, plein de joie de vivre toujours prêt à jouer. Tokyo, que j’ai pris à l’âge d’un an, est né près de Rome et il est plus réservé.

FD : Comment fonctionne le système des doublures ?
MP : Dès qu’un chien commence à vieillir, pour le soulager, dans les scènes les plus physiques, on prend un animal plus jeune, plus vif et destiné a priori à le remplacer quand le titulaire prend sa retraite.

FD : Quelle est votre méthode de dressage ?
MP : J’ai participé au tournage de 760 films et feuilletons, de quoi avoir une belle expérience. Je sais ainsi qu’un animal peut faire passer beaucoup d’émotion par le regard, à condition de savoir la provoquer au bon moment. Un chien est aussi très sensible aux éclairs, au tonnerre et qu’il sera difficile de le faire jouer les jours d’orage. Je suis toujours très attentif, jamais je ne le force. Je protège les animaux contre les accidents, je veille à ce qu’ils ne soient pas mis en danger mais je ne les traite surtout pas comme des stars.

FD : Qui est le plus difficile à dresser, le chien, les acteurs humains ou le réalisateur ?
MP : J’ai eu mes plus gros conflits avec certains réalisateurs, mais jamais dans la série Rex. Un, en particulier, voulait anesthésier mon chien qui devait faire le mort. Sous prétexte qu’on voyait son ventre se soulever à chaque respiration. Comme si, une fois endormi, il allait s’arrêter de respirer. 

FD : Comment se passaient les relations entre les acteurs et les chiens ?
MP : Dans l’ensemble sans souci. Même si chaque commissaire était différent dans ses rapports avec l’animal. Ettore Bassi (Davide Rivera) était très cérébral, très intellectuel. Et, son successeur, Francesco Arca (Marco Terzani) était plus instinctif. Il a d’ailleurs été élevé avec plusieurs chiens et il dit souvent qu’ils sont plus humains que les bipèdes. Je connais bien aussi Kaspar Capparoni alias Lorenzo Fabbri, qui a travaillé avec la dresseuse américaine, Teresa Ann Miller. Il adore les chiens, dans sa propriété près de Rome, il possède huit magnifiques bergers suisses.

FD : Que pensez-vous de ce dresseur de cinéma, aux États-Unis, qui a obligé un berger allemand visiblement terrifié à plonger dans un bain à remous ?
MP : Il a juste prouvé qu’il était stupide et incompétent. Un chien déteste l’eau en mouvement, il aurait suffi de l’habituer en le faisant nager dans un bassin tranquille et, petit à petit, quand il aurait été en confiance, on aurait pu déclencher les remous.

FD : Aki vous a-t-il un jour désobéi sur le tournage ?
MP : Pas vraiment, mais il avait beaucoup de mal à se concentrer dès qu’il y avait des pigeons. Impossible de lui demander quoi que ce soit tant qu’il ne les avait pas tous chassés. On y perdait du temps, de l’argent et de l’énergie. Alors, j’ai eu l’idée avant qu’il n’arrive de déplacer les oiseaux le plus loin possible en les appâtant avec des graines.

FD : Qui est, à votre avis, le meilleur chien acteur de l’histoire du cinéma et de la télévision ?
MP : Rintintin a été la première star non humaine, mais j’admire particulièrement le jeu d’un border collie très agile, appelé Shonik. Il jouait aussi un chien policier dans la série Turbo, concurrente de Rex, il est également connu pour avoir eu comme partenaire une ex-Miss Italie.

FD : Rex est-il une star dans votre pays ?
MP : Absolument. Il y a même plusieurs fan-clubs. Mais il demeure surtout célèbre en Europe, même si la série reste la plus vendue au monde juste après Alerte à Malibu.

FD : Que sont devenus Aki et Tokyo ?
MP : Ils vivent avec moi à Rome, Aki a aujourd’hui 10 ans et Tokyo, 9. Et ils sont en pleine forme.

Le club des cinq

Reginald von Ravenhorst, le pionnier (saisons 1 à 4). Né en 1991 en Bavière, son véritable nom était Santo von Haus Ziegelmayer.

Rhett Butler (saisons 5 à 10). Né en 1997 en Allemagne, il a conclu le cycle germanique, Kommissar Rex.

Henry (saisons 11 à 13). Ce chien américain inaugure le cycle italien, Il commissario Rex.

Nick (saisons 14 et 15). Américain, c’était un chien très intelligent, selon sa dresseuse Teresa Ann Miller.

Aki (saison 16 à 18). Le dernier de la liste. Né en 2010 en Lombardie, il vit actuellement chez son dresseur, Massimo Perla, à Rome.

Les remplaçants Certaines stars de Rex avaient leur doublure. Ainsi Alex remplaçait Rhett Butler vieillissant pour les scènes les plus physiques. Et Tokyo était l’ombre de Aki.

Béatrix GREGOIRE

À découvrir