France Dimanche > Actualités > Richard Berry : Le témoignage insoutenable de sa fille !

Actualités

Richard Berry : Le témoignage insoutenable de sa fille !

Publié le 19 février 2021

.photos:bestimage
© BESTIMAGE -

Entendue par la police le 9 février après ses accusations d'inceste, Coline Berry a livré des détails choquants. Âmes sensibles s'abstenir…

Lorsque nous vous avons raconté, la semaine dernière, les terribles accusations que la fille de Richard Berry, Coline, formulait à l'égard de son père, nous étions loin de nous douter que les choses auraient à ce point avancé en quelques jours. À ce point dégénéré, plutôt… Car ce qui pouvait apparaître, pour certains, comme les déclarations d'une jeune femme un peu fantasque qui aurait mal accepté que la compagne de son père attende un enfant au moment où elle-même s'apprêtait à connaître ce bonheur, semble prendre aujourd'hui une toute autre tournure.


Rappelons les faits : quelques jours après la parution du livre de Camille Kouchner, La Familia grande (éd. du Seuil) – dans lequel l'auteure révèle l'inceste commis sur son frère jumeau par leur beau-père, le journaliste Olivier Duhamel –, la fille aînée de l'acteur, Coline, 45 ans, née de sa relation avec la comédienne Catherine Hiegel, a déposé une plainte pour « viols, agressions sexuelles et corruption de mineur » auprès du procureur de la République de Paris. Un acte des plus graves, qui met en cause non seulement cet acteur réputé, parrain de l'association Enfance Majuscule (qui défend les droits des enfants), mais aussi sa compagne d'alors, la chanteuse Jeane Manson. Si Richard Berry s'est longuement exprimé, niant absolument, nous avions aussi voulu donner la parole à Jeane Manson qui s'était dite « dévastée » d'être l'objet de telles accusations.

Depuis, d'autres protagonistes de cette sordide affaire ont tenu à parler. À commencer par Coline elle-même, qui a été entendue le 9 février par la justice et a, enfin, révélé sa terrible vérité. Déjà, le 3 février, en réponse à son père, elle avait témoigné sur Instagram en ces termes : « Mon dépôt de plainte, acte grave, réfléchi et pondéré, est désormais réduit par mon père à un récit “qui aurait évolué” depuis la grossesse de sa femme actuelle », ajoutant que sa façon de raconter son calvaire n'avait pas changé, contrairement à ce qu'affirmait son père. « C'est cette enfant, celle qui était embrassée par son père sur la bouche avec la langue, celle avec qui son père n'a jamais eu la moindre pudeur, celle qui a dû participer à ses jeux sexuels dans un contexte de violences conjugales notoires, c'est elle qui a déposé plainte », poursuivait-elle…

La parole de Coline Berry a aussi été recueillie dans les colonnes du journal Le Monde. La jeune femme y a expliqué que lorsque le couple que son père formait avec Jeane Manson avait terminé ses ébats, il leur était arrivé de « convier » les enfants dans leur chambre. Le quotidien rapporte ainsi certains termes de la plainte : « Le père de la plaignante lui aurait alors proposé de jouer à l'orchestre avec ses organes sexuels et ceux de sa partenaire (pénis, seins), les deux adultes étant nus. Mme Coline Berry aurait donc été contrainte d'apposer sa bouche sur le sexe de M. Berry, le tout en présence de l'autre enfant et de manière répétée. »

Un tel récit ne peut que glacer le sang et provoquer un sentiment de révulsion. Et seule la justice sera à même de démêler le vrai du faux de cette tragédie familiale. Car tragédie il y a, quelle que soit la conclusion de cette affaire : si ce que raconte Coline est véridique, évidemment, mais aussi si ses accusations se révélaient non avérées. Dans tous les cas, il s'agit de blessures qui seront bien difficiles à cicatriser…

En attendant que les enquêteurs accomplissent leur nécessaire travail, d'autres personnes ont eu besoin de dire, elles aussi, leur façon de penser, notamment par le biais des réseaux sociaux. À commencer par « l'autre enfant », celle citée dans la plainte, c'est-à-dire Shirel, la fille de Jeane Manson. « La vérité triomphe toujours, a-t-elle ainsi écrit le 4 février. […] Je prends aujourd'hui la parole afin de condamner le mensonge d'un souvenir inventé ! » En revanche, Josiane Balasko et sa fille, la comédienne Marilou Berry, soit la tante et la cousine de Coline, lui ont apporté leur soutien : « J'ai toujours été aux côtés des associations qui luttent contre les violences faites aux femmes et aux enfants, ce n'est pas aujourd'hui que je vais réagir différemment parce que cela concerne ma famille […]. Ça fait sept ans que je soutiens Coline dans cette démarche. […] Il faut arrêter de bâillonner la parole », a confié Marilou à Télé Star.

Aujourd'hui, tout ce que l'on espère, c'est que cette parole soit en effet libérée. Et étayée. Afin d'éclaircir cette douloureuse histoire, et que ceux qui souffrent soient enfin reconnus comme légitimes dans leur blessure…

Laurence PARIS

À découvrir